Bonjour, commençons par un petit cours de grec : « auto » = tout seul, et « tomie » = couper. Voilà. Du coup, l’autotomie, c’est le fait de se couper tout seul. Et chez les animaux, c’est la capacité à perdre volontairement une partie de son corps, généralement pour survivre. Un peu chelou, me direz-vous : imaginez que vous puissiez laisser une de vos jambes derrière vous sans trop d’effort, ce serait n’importe quoi. C’est pourtant le genre de truc dont sont capables certains animaux. Je les dénonce ici illico presto.

1. Les lézards

La majorité des lézards possède ce super pouvoir qui consiste à laisser volontairement leur queue se détacher si on essaie de les attraper par là. Sachez que leur queue peut même parfois continuer à se dandiner toute seule histoire de faire diversion pendant qu’ils se font la malle. Après, la queue des lézards peut repousser et ils peuvent continuer à kiffer leur vie normalement. Enfin je sais pas s’ils « kiffent » la vie mais à la limite c’est pas mon problème.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Iker Cortabarria from Palma, España

2. Les langoustes

Peut-être l’avez-vous remarqué en observant des aquariums ou des documentaires animaliers (vous faites ce que vous voulez de vos week-ends), les langoustes ont de grandes antennes. Et ces antennes, si on tente de les attraper, peuvent se détacher de leur porteur histoire qu’il ne se fasse pas capturer. Y’a pas trop à s’inquiéter puisqu’elles repoussent à la prochaine mue de l’animal. Car oui, les langoustes muent. Vous en apprenez des choses ici hein ?

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Georges Jansoone

3. Le muscardin

Déjà, là, vous me dites : « Mais Quentin, qu’est-ce qu’un muscardin ?? » et moi de vous répondre : « il s’agit d’un micromammifère de la famille des Gliridae, et ça ressemble à une sorte de rongeur tout mimi », soit un mélange de citation wikipedia et de mes propres observations. Bref, le muscardin, il a une queue, et si on essaie de la saisir, il peut s’en détacher. Et il a intérêt à s’en détacher aussi émotionnellement parce que, dans son cas, elle ne repoussera plus jamais. RIP la queue.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Danielle Schwarz

4. Le Goniobranchus tinctorius

Le Goniobranchus tinctorius a un nom moche, il est moche, et il peut faire quelque chose d’encore plus moche : perdre son pénis. Parce que oui, cette grosse limace des mers possède un pénis qui se détache de son corps pendant l’accouplement et qui peut, par la suite, repousser. Mais attention, il n’a que 2 pénis en réserve (je ne pensais pas écrire ces mots un jour dans ma vie), et après c’est FINI le sexe. Ça laisse relativement peu d’occasions de s’améliorer pour devenir un dieu du cul.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Richard Ling

5. L'écureuil indien

En plus d’apprendre que l’écureuil indien est un animal qui existe, vous apprenez aujourd’hui que l’animal peut perdre la peau de sa queue pour échapper à un prédateur. Ensuite, il peut se moquer de son assaillant en le pointant du doigt et en l’insultant, mais généralement il se contente de fuir en courant comme une grosse victime.

Crédits photo (Creative Commons) : Original uploader was Bapt1steD at fr.wikipedia

Regardez là c’est une image de queue qui s’est détachée (mdr la honte) :

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Ildar Sagdejev (Specious)

6. Les souris

Plusieurs espèces de souris peuvent faire ce coup désormais classique de perdre leur queue pour qu’on les laisse tranquilles. Ça commence à être blasant tous ces animaux qui arrivent à faire ça alors que nous tout ce qu’on arrive à perdre c’est des cheveux.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Tiia Monto

7. Les souris épineuses

Ouiii j’ai déjà parlé des souris, mais les souris épineuses (nom ridicule, en passant (oui, j’aime égratigner tout le monde animal)) peuvent perdre leur peau !!!!! OUIIIII MESSIEURS DAMES !!!! Bon après elles perdent des lambeaux de peau et pas l’entièreté de leur épiderme, mais c’est quand même hyper impressionnant, d’autant plus que le truc se régénère par la suite. On (et quand je dis « on », je parle des scientifiques) essaie de voir si on ne pourrait pas imiter ce système chez les humains, pour les grands brûlés par exemple. On a beaucoup à apprendre des souris épineuses, sachez-le.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Olei

8. L'abeille

Eh oui on finit sur une note triste puisque ce que je n’avais pas précisé, c’est que l’autotomie pouvait parfois être fatale à l’animal qui la pratique. C’est le cas de l’abeille, qui, quand elle plante son dard dans un animal, se détache de son dard et meurt. L’aiguille, elle, reste plantée dans l’animal en question pour qu’il souffre bien sa race, du coup on ne va pas non plus trop plaindre l’abeille. C’est la dure loi de la vie, celle qui fait bien réfléchir les soirs d’hiver au coin du feu.

Crédits photo (Domaine Public) : Ken Thomas

Si vous voulez apprendre plein de belles choses sur les animaux, je vous fais une superbe sélection : les animaux qui ont un cœur chelou, les animaux qui ont un grand dimorphisme sexuel et quelques anecdotes sur les animaux.