Les babioles, les gadgets à la con, les trucs inutiles qui encombrent nos tiroirs : on en raffole. Plus c’est con, plus on achète. Et ce n’est pas ce top qui vous prouvera le contraire. Grâce à nous, à nos pulsions et à notre façon très équilibrée d’utiliser notre argent : des dizaines d’inventeurs s’en sont mis plein les poches. Une richesse qui repose sur une seule et unique chose : la connerie humaine.

1. iBeer

Vous vous souvenez de cette appli RÉVOLUTIONNAIRE ? Mais siiii, celle que vous avez tous téléchargé sur votre iPhone 3G+ ! Rien de plus con : sur l’écran, une image de bière. Vous penchez le téléphone en direction de votre bouche, et le liquide diminue, comme si vous la buviez. Alors qu’en fait, c’est du fake. Hihihi, trop drôle. Des barres. Trop stylé. Une petite boutade qu’il fallait quand même acheter 2.29 $ sur l’AppStore. Résultat, son inventeur, Steve Sheraton gagnait entre 10 et 20 000 $ par jour, quand l’app était la number one.

2. Le caillou de compagnie

Comme quoi, prendre les gens pour des cons, ça rapporte ! Un jour, un mec s’est dit qu’il allait vendre des « pierres de compagnies », présentant ça comme l’animal domestique le moins chiant à élever. Et bam, des milliers de personnes sont allés adopter leur « pet rock » pour 3 euros l’unité. Résultat : 1,5 millions d’exemplaires vendus. Bande de truffes.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Owner of Pet Rock Net

3. Les doggles

Des lunettes d’aviateur pour chien. 2.6 milliards d’euros de bénéfice pour l’entreprise qui a inventé cette connerie monumenta…AWWWWW MAIS REGARDEZ COMME IL EST TROP MIGNON !!!

4. La salade de pommes de terre

Zack Brown décide, un beau jour, de ridiculiser la terre entière en prouvant par A+B qu’il était possible de récolter de l’argent sur Internet pour tout et n’importe quoi, y compris pour les trucs les plus inutiles. Victoire. Il lance un appel au don pour récolter 10 euros, et cuisiner une salade de pomme de terre. Résultat : 7000 participations, et 55 000 dollars amassés. Pour des patates. Qu’il a mangé seul. Votre générosité vous perdra. Peace, love & potato salad. MON CUL OUI. Money, money & you’re trop cons ouais.

5. Une langue pour caresser ton chat

Quooooooua ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire encore ? Un mec a eu l’idée, un beau jour, d’inventé une « fausse langue en plastoc », à mettre dans ta bouche, pour faire des léchouilles à ton chat. MAIS WHAT. Et après, on s’étonne qu’il se comporte comme le roi de la baraque ? Bon le « licky brush » n’a (HEUREUSEMENT) pas non plus explosé, mais quand même. 52 000 dollars de fonds levés, pour te soumettre à cet animal ingrat. Chat part trop en couilles, là.

6. Des pets en bocaux

Stephanie Matto, une influenceuse américaine s’est fait des couilles en or en vendant… Ses pets. Oui, oui. Ses gaz. Ses prouts. Ses flatulences, pour nos lecteurs du 16ème. Un marché qui pète (lol) tous les scores ! En une semaine, la jeune femme s’est fait plus de 50 000 dollars. Malheureusement pour elle, et pour tous les gens qui ont payé pour ça, ce business a été stoppé net : qui dit pet à foison, dit alimentation de merde. Et donc douleur à l’estomac. Et petit tour aux urgences. Il faut souffrir pour réaliser ses rêves, il parait.

Dans la même lignée, une autre influenceuse a vendu l’eau de son bain, après avoir pris du bon temps. Même succès. Ce monde est pervers.

@stepankamatto

Thank you to my repeat customers ? taking orders again soon! #cashapp13plus #MyBrawlSuper

? original sound - Joe Exotic ?

7. Le Fliz

Un vélo sans selle. Ni pédale. Un harnais avec deux roues, en somme. Utilité ? Je cherche encore. Bilan : près d’1,5 millions d’euros. Les gars, vous avez perdu les pédales ou quoi ?

(Avantage : votre selle ne sera plus jamais volée.)

8. Le Silly Putty

Rien que dans le nom, y’a un indice : « silly », en anglais, ça veux dire « bête ». « Teubé ». « Idiot ». En gros, c’est une sorte de pâte à modeler élastique cheloue et dégueu, que tu peux jeter contre ton mur. Ou transformer en balle rebondissante. Youhouuuuuuu, tellement de fuuuun. Recette de ce produit de l’enfer : 5 millions par an. Voilà, voilà.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Glitch010101

9. Silly Bandz

Je ne ferais pas de sarcasme. Mais une nouvelle fois, tout est dans le nom du produit. Les Silly Band ce sont ces élastiques/bracelets, de toutes les couleurs, et en forme d’animaux, d’objet, de chiffres ou encore de lettres. En plus d’être laids, ça ne sert vraiment à rien. Mais nous avons été nombreux, dans notre tendre enfance (nous, les enfants des années 2000) à avoir collectionné ces merdes (je plaide coupable.) Tellement nombreux, que, en quelques années, l’entreprise créatrice s’est bâtie un petite cagnotte de 100 millions de dollars.

Quelqu’un pour un échange ? J’ai trois élastiques en forme de cactus jaunes, j’en cherche un rose et un vert.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Melinda Shelton

10. Le "FlowBee"

Comme son nom ne l’indique pas cette fois, le Flowbee reste un objet dont on se serait bien passé. Enfin, il ne nous aurait pas manqué, quoi. En gros, c’est une tondeuse à cheveux aspirateur. Alors, oui, ok, ça évite un bon coup de balai. MAIS QUAND MÊME, se faire couper les cheveux par un aspi, c’est pas ultra rassurant, si ??Le produit connaît un franc succès. Surtout depuis que Georges Clooney (oui oui) a avoué l’utiliser depuis des années. 2 millions d’exemplaires vendus et grosse rupture de stock après cette déclaration. En plus d’être des moutons, nous sommes aussi des groupies… Mais bon. George Clooney. On comprend.