Entre les imprudents, les têtes en l’air, les complotistes et les sans-gêne, nombreux sont les touristes qui continuent de braver les interdictions de voyager malgré les restrictions sanitaires décidées un peu partout dans le monde. Où comment risquer de transformer un séjour au soleil, en séjour à l’ombre.

1. 89 touristes (dont 20 Français) arrêtés dans un bar en Thaïlande

Fin janvier, une descente de police dans un bar de l’île de Ko Pha Ngan au sud-est de la Thaïlande a permis d’arrêter 89 touristes étrangers venus passer le temps entre « confinés ». Ces derniers ont en effet expliqué qu’ils étaient bloqués sur l’île à cause des mesures prises dans leur pays respectifs pour lutter contre le Covid-19 et qu’ils s’occupaient comme ils pouvaient… En buvant des caisses de Shinga jusqu’au bout de la nuit par exemple. Heureusement pour eux, les tests effectués après leur arrestation se révélèrent négatifs. Les contrevenants furent remis en liberté, écopant d’une amende 40 000 bahts d’amende (1000 euros environ) chacun !

2. 19 Français arrêtés dans un bordel en Catalogne

Le tourisme sexuel se passe parfois juste de l’autre côté de la frontière. En Espagne par exemple, dans la petite ville de Capmany près de la Jonquera, un hôtel transformé en bordel organisait régulièrement des fêtes entre voisins, espagnols et français. De petites sauteries amicales jusqu’à ce que la Police catalane ne siffle la fin de la partie fine et n’arrête les 32 clients dont 19 Français qui avaient ce soit là franchi la frontière malgré l’interdiction d’entrer en Espagne. Quant au respect des gestes barrières, l’enquête suit son cours.

3. Un New-yorkais à Hawaï grillé par ses photos sur Instagram

A peine débarqué à Hawaï en provenance de New-York, Tarique Peters a filé direction la plage pour une séance de surf bien méritée… mais non autorisée. Hawaï impose en effet aux touristes depuis plusieurs mois, une période de quarantaine de 14 jours avant de pouvoir aller postillonner à l’air libre. Un délai que le jeune touriste de 23 ans était donc loin de respecter, mais que les autorités auraient eu du mal à constater si ce dernier n’avait pas eu la mauvaise idée de poster dès son arrivée ses photos de vacances sur son compte Instagram.

4. Un touriste anglais arrêté à Majorque en train de tousser volontairement sur des passants

En juillet 2020, un touriste anglais de 43 ans a été arrêté par la police de la station balnéaire de Santa Catalina après avoir toussé volontairement sur plusieurs clients d’un bar en leur expliquant entre deux rots avinés qu’il avait le covid-19. Les tests prouvèrent plus tard que c’était des conneries ce qui ne l’empêcha pas d’écoper d’une amende salée et d’une publicité qui l’était au moins tout autant.

5. 6 touristes chopés aux Philippines avec de faux tests Covid négatifs

Si de plus en plus de pays exigent des touristes d’avoir un test PCR négatif à leur arrivée dans le pays, des gros malins préfèrent payer de faux résultats de tests plutôt que de se faire trifouiller les naseaux. Une ruse qui ne fonctionne pas à toujours comme le prouve ces 6 touristes chopés sur la petite île de Boracay aux Philippines.

Résultat : une jolie prune assortie d’une quarantaine obligatoire dans leur hôtel.

6. 2 touristes français supposés responsables d’une centaine de contaminations en Islande

L’information avait enflammé les réseaux sociaux et les médias en septembre dernier. Deux Français testés positifs à leur arrivée à l’aéroport de Keflavik n’auraient pas respecté les mesures d’auto-confinement qui leur avait été imposées. Quelques jours plus tard, l’épidémiologiste en chef islandais les avait même accusés publiquement d’être responsables d’une centaine de contamination sur l’île. Une version qui fut toutefois rapidement contestée par les autorités islandaises, expliquant que l’hypothèse selon laquelle les touristes français avaient violé la quarantaine ne reposait sur aucune preuve ! Trop tard pourtant, le tribunal des réseaux sociaux avait déjà rendu son verdict.

7. 100 personnes arrêtées à Dubaï lors d’une gigantesque soirée

Un DJ accompagné de deux responsables d’agence de tourisme organisaient des soirées RIP VIP sans aucune autorisation et malgré les mesures anti-covid. Arrêtés en même temps que la centaine de convives présents ce soir-là, ils pourraient payer cher leur envie de business. Quant aux fêtards, ils ont écopé chacun d’une amende de 10 000 AED, soit 2250 euros environ.

8. Deux Américains arrêtés à l’aéroport d’Honolulu en train de tenter de soudoyer un douanier

3000 dollars en liquide pour éviter de devoir passer par la case quarantaine, c’est le deal que proposaient ces deux touristes originaires de Louisiane, au douanier chargé de les contrôler à leur arrivée sur l’île. Dénoncés à la police des frontières, ils furent immédiatement été retournés à l’envoyeur.

9. Des touristes irlandais en voyage médical aux Canaries

Il y a encore quelques mois, seuls étaient autorisés à se rendre sur l’île de Tenerife, les Irlandais qui venaient s’y faire soigner les dents. Un prétexte qu’utilisèrent au fil du temps de plus en plus de touristes britanniques pour passer au travers des mailles du filet sanitaire et profiter d’un séjour au soleil des Canaries. Évidemment, depuis, les autorités locales ont revu leur copie, quitte à « plomber » encore un peu plus l’activité touristique de l’île.

De là à dire qu’ils font partie des plus gros connards de 2020, c’est peut-être un peu poussé. Peut-être à la rigueur les gens les plus relous sur le Covid.