Lascaux, les alignements de Carnac ou encore Niaux… Des sites préhistoriques mondialement célèbres, qui ne doivent pourtant pas faire de l’ombre à des endroits plus confidentiels mais parfois au moins aussi intéressants. Des spots où, il y a bien longtemps, nos ancêtres ont laissé leur marque…

1. La grotte de Bédeilhac (Ariège)

Fréquentée par l’homme depuis environ 15 000 ans, cette grotte à l’entrée relativement spectaculaire fut la première dans laquelle on découvrit une peinture pariétale paléolithique (en 1906). Pourtant, pendant la Seconde Guerre mondiale, on s’en servit comme d’un entrepôt. On y trouve également des stalagmites, dont une particulièrement appréciée, appelée le bénitier.

2. La grotte du Mas-d'Azil (Ariège)

On reste encore un peu en Ariège avec cette grande grotte traversée par une route. On y a trouvé beaucoup d’ossements de mammouths, d’ours et de rhinocéros laineux. À la Préhistoire, l’homme y prend ses quartiers comme ont pu le prouver les objets retrouvés, comme un propulseur magdalénien et un joli bouton gravé. Le crâne d’une jeune fille datant de 14 000 ans fait aussi partie des trouvailles remarquables. Toute l’histoire du lieu est relatée dans le musée au village d’à côté.

3. Les grottes de Cougnac (Lot)

Deux grottes, dont une ornée de gravures remarquables, découvertes successivement en 1949 et 1952. Exploitées par Claude Chabrol pour Le Coucher et par Georges Lautner pour Quelques messieurs trop tranquilles, ces sites comprennent des dessins de mégacéros, de bouquetins et de mammouths. Fin du fin, on peut les visiter. Et autant dire que ça vaut franchement le détour !

4. Terra Amata (Gard)

Un site situé près de Nice, où furent retrouvés des outils datant de 380 000 ans. Forcément, il s’agit de l’un des plus anciens d’Europe. Son étude aida d’ailleurs les chercheurs à dater le début de la domestication du feu.

5. Les gorges de la Save (Haute-Garonne)

Les premiers hommes à s’être installés ici, au paléolithique, ont laissé suffisamment de traces pour permettre au site de se classer parmi les plus riches d’Europe. Un endroit constitué de plusieurs cavités et autres grottes, dans lesquelles furent découverts plusieurs objets dont certains assez exceptionnels, comme la Vénus de Lespugue, soit l’une des plus célèbres représentations féminines de la Préhistoire.

6. La grotte de Cussac (Dordogne)

Riche de plus de 150 gravures datant du Paléolithique, cette grotte fut le théâtre de nombreuses découvertes de restes humains. Les experts estiment en cela qu’il s’agissait d’un lieu de sépulture.

View this post on Instagram

? Do you know what’s the Gravettian is ? . The Gravettian was an archaeological industry of the European Upper Paleolithic circa 33,000 years BP. . It is archaeologically the last European culture many consider unified, and had mostly disappeared by c. 22,000 BP, close to the Last Glacial Maximum. . After this explication from @wikipedia let’s continue this triptych - « Prehistoric Art of the Gravettian ». . . . The Grotte de Cussac is a cave containing over 150 Paleolithic artworks as well as several human remains. It is located in Dordogne, France. . The cave was discovered in 2000, by amateur speleologist. . The cave's artworks are almost exclusively engravings, made with stone tools on the walls, or with fingers on clay soil. They include both classic instances of Upper Paleolithic animal art (bison, horses, mammoths, rhinoceroses, ibex) and rarer images including birds, enigmatic figures, and perhaps four female profiles: like this one. . The cave's human remains appear to be one of very few associations of parietal works and human burials in Paleolithic Europe. At least 5 people were deposited in the cavities, with bones dated approximately 25,000 years in age. . @wikipedia . . . La Grotte de Cussac est une grotte contenant plus de 150 œuvres d'art paléolithiques ainsi que plusieurs restes humains. Elle est située en Dordogne. . La grotte a été découverte en 2000 par un spéléologue amateur. . Les œuvres de la grotte sont presque exclusivement des gravures, réalisées avec des outils en pierre sur les murs ou avec les doigts sur un sol argileux. Ils incluent à la fois des exemples classiques de l'art animalier du Paléolithique supérieur (bisons, chevaux, mammouths, rhinocéros, bouquetins) et des images plus rares comprenant des oiseaux, des figures énigmatiques et quatre profils féminins: comme celui-ci. . Les restes humains de la grotte semblent représenter l'une des très rares associations d'œuvres pariétales et de sépultures humaines en Europe paléolithique. Au moins 5 personnes ont été déposés dans les cavités, avec des os datés d’environ 25 000ans. . @wikipedia . . . ? 142th post of 2020 ? #DailyMuseum ? Triptych : Prehistoric Art of the Gravettian

A post shared by Vincent M (@dailymuseum_) on

7. La grotte d'Aldène (Hérault)

Ornée de gravures, cette grotte située au sud de la Montagne noire fut fréquentée par l’homme dès le Paléolithique inférieur. On y retrouva plusieurs traces de pas et des frottis de torches mais aussi des preuves que l’endroit était toujours plébiscité durant l’âge du bronze et l’âge du fer.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : JYB Devot

8. La grotte de Rouffignac (Dordogne)

Connue pour ses grottes de Lascaux, qu’on ne présente plus, la Dordogne renferme d’autres magnifiques sites préhistoriques. La grotte de Rouffignac par exemple, abrite plusieurs gravures représentant des rhinocéros, des mammouths (158 dessins au total), des bisons ou encore des chevaux. Il s’agit de l’un des sites les plus importants de toute l’Europe. Il est par ailleurs classé à l’Unesco.

Crédits photo (Domaine Public) : Cave painter

9. La grotte Cosquer (Bouches-du-Rhône)

Direction Marseille, près du cap Morgiou pour pénétrer dans cette grotte riche de plus de 200 dessins. Un sanctuaire découvert en 1985 dont les œuvres datent du Paléolithique supérieur, avec des traces de mains, réalisées au pochoir, des bouquetins, des bisons ou encore des animaux marins comme les grands pingouins, les phoques et des méduses.

10. La grotte du Vallonnet (Alpes-Maritimes)

Entre Menton et Monaco, la grotte du Vallonnet fut découverte en 1958 par une fillette de 8 ans. Y furent retrouvés des traces du passage de plusieurs animaux, comme des ours, des panthères et des tigres à dents de sabre mais aussi de l’homme, avec plusieurs outils lithiques comme des marteaux et autres ustensiles de découpage. Les recherches permirent de conclure que les hommes qui fréquentaient le lieu n’avaient pas encore découvert le feu.

« Vous n’hésitez pas, même si c’est pour boire un coup, passez à ma grotte. »

Et si vous voulez en apprendre plus, on a pour vous tout un tas de trucs de vous ne saviez sûrement pas sur la Préhistoire.