Vous en avez certainement entendu parler, et sinon c’est très grave, le jeu vidéo Cyberpunk 2077 est sorti il y a peu de temps et fait beaucoup parler de lui. Quoi qu’on puisse dire sur ses qualités en tant que tel, son univers futuristique et dystopique est très complet et empreinte à de nombreuses oeuvres auxquelles il rend d’ailleurs parfois hommage, comme le film Blade Runner. Mais si cet univers nous semble éloigné du notre, il y a quand même quelques trucs de notre époque qui se rapprochent pas mal de ce cauchemar futuriste.

1. Les voitures du turfu

Bien que nous n’en soyons qu’aux prémices, les voitures futuristiques arrivent doucement mais sûrement. Qu’on parle des courbes, des matériaux, de fonctionnalités ou bien de performances, plusieurs prototypes de grandes marques ont déjà l’allure des véhicules de demain. Dans le jeu les voitures sont assez variées et on colle parfois assez bien avec l’idée qu’on se fait de grosses bagnoles de richoux de demain qu’on ne pourra jamais s’offrir car on aura pas les thunes et aussi parce que d’ici à ce qu’elles sortent vraiment on sera probablement morts.

2. L'implantation de micro-puces dans le corps

Bon, on ne parle évidemment pas d’implants semblables à ceux du jeu qui vous feront faire des doubles sauts (physiquement impossible) ou sortir des lames de vos bras (étonnement moins invraisemblable que le double saut) mais ça existe. La compagnie BioTeq (déjà ça fait nom de compagnie du futur un peu maléfique) a par exemple déjà implanté des micro-puces dans le corps de ses employés qui leur servent à ouvrir des portes, payer à la cafétéria, transporter quelques données ou se logger sur les ordinateurs automatiquement. Soit, si vous regardez bien, QUE des trucs qu’on peut faire très facilement sans avoir une puce de merde dans la main.

3. Les robots

Entre les chiens robots, les premiers androïdes et les intelligences artificielles de plus en plus poussées, les oeuvres de science fiction semblent largement crédibles. Dans le jeu on a surtout affaire à des robots armés et non à des androïdes comme dans « Detroit » par exemple. Alors si leur visages vous mettent mal à l’aise c’est tout à fait normal, ce phénomène a été baptisé « vallée dérangeante » (Uncanny Valley) par le roboticien japonais Mori Masahiro en 1970. L’idée est qu’on est moins dérangé par un robot qui ressemble à un « vrai robot » que par un autre auquel on aurait tenté de donner forme humaine et recouvert d’une fausse peau. Sans une réelle et bluffante ressemblance, ce sentiment d’horreur et de malaise est présent et on a envie de tout casser. La vue de Pascal Praud provoque le même sentiment.

4. Les tatouages électroniques

Ce qu’on appelle dans le jargon les « tech tats » seraient à terme une possibilité de réaliser des diagnostiques médicaux. Pour faire simple, plutôt que d’aller chez le médecin, votre tatouage serait en mesure d’envoyer directement au centre médical votre température, la pression de votre sang, votre rythme cardiaque et d’autres informations diverses comme la propreté relative de vos sous-vêtements. Après s’il faut choisir entre ça et le signe de l’infini, je pense qu’un paquet de tatoueurs ne seraient pas contre vous le faire. Dans le jeu, les personnages peuvent avoir des circuits imprimés sur le corps et ça fait même partie des trucs qu’on peut sélectionner en créant son personnage.

5. Les influenceurs virtuels

Le principe des influenceurs pourrait être résumé ainsi : des gens sont payés par de grosses marques afin de vous montrer que leur vie est mieux que la votre et que le seul moyen de vous en rapprocher est d’acheter un petit haut ou un produit cosmétique. Sur le principe c’est pas forcément con vu que ça marche très bien, ce qui a poussé l’entreprise américaine « Brud » à créer en 2016 une influenceuse entièrement virtuelle baptisé Lil Miquela. Le personnage en CGI possède un compte instagram suivi par 3 millions d’abonnés et a déjà fait des pubs pour Samsung, Prada et Calvin Klein. Oui ça semble improbable mais c’est réel (c’est ce qu’on appelle le futur).

6. Les exo-squelettes militaires

On en voit surtout dans le jeu Death Stranding, mais ces trucs futuristes qui permettent de porter des poids très lourds (comme moi par exemple mdr) sont bien réels. Le HULC par exemple permet de se déplacer tranquillement avec aisance en supportant 91 kilos de charges, ce qui le rend de ce fait plus performant que ma bagnole.

7. Des grosses corporations qui nous tiennent par les burnes

Dans le jeu, les deux grosses corporations qui se disputent le monde sont Militech et Arasaka. Elles sont plus puissantes financièrement que certains pays et n’obéissent finalement qu’à leurs propres règles. Ça vous rappelle certaines compagnies réelles ? C’est normal, c’est un peu le but du truc.

8. Imprimer de la nourriture

Ouais, ça peut sembler invraisemblable, un peu comme dans la série « Upload », mais KFC Russie a annoncé un partenariat avec la compagnie « 3D Bioprinting Solutions » afin de travailler sur de la viande imprimée. A base de cellules de poulet et de matière végétale, le produit devrait avoir le même goût et si ça marche on pourrait manger nos burgers sans tuer d’animaux. Oui c’est très chelou, mais si ça peut régler les problèmes d’abattoirs et d’élevages je veux bien tester perso. Ou arrêter la viande aussi. C’est peut-être le plus simple finalement.

9. Les voitures volantes

Dans le jeu, les véhicules volants sont appelés « Navi » et sont réservés aux forces spéciales et aux riches. Dans la vraie vie véritable, les marques Porsche et Boeing se sont associées afin de travailler sur des prototypes de voitures volantes (Toyota et SkyDrive également) et l’arrivée de voitures volantes et de « air taxi » semble de plus en plus imminente. Alors ne vous en faites pas si ça vous semble pas du tout sécurisé et que vous ne voulez pas monter dedans, ce sera probablement réservé aux riches qui ne savent plus quoi faire de leurs millions de toute façon.

10. Les interfaces cerveau-ordinateur

Ces petits gadgets permettent de contrôler grossièrement un ordinateur par signaux neuronaux. Des chercheurs de l’université de Cambridge ont déjà réussi l’expérience de faire contrôler un bras robotisé par un singe. Le pauvre animal utilisait alors le bras pour attraper des morceaux de banane et faire des doigts d’honneur aux scientifiques fous qui buvaient du champagne à côté de lui. Il n’en fallait pas plus pour que le milliardaire Elon Musk investisse dans la société « Neuralink » afin de poursuivre ce genre de recherches. Dans Cyberpunk on peut tout à fait controler les caméras de surveillance et pirater les ennemis grâce à ce type d’implants beaucoup plus évolués et qui ne servent pas qu’a juste se gratter le cul en utilisant un bras robot qui n’a rien demandé.

Ça en fait des trucs du futur qui sont déjà bien lancés. Quand on voit le monde de cyberpunk ça donne quand même moyen envie d’y vivre cependant. Bon vous pouvez aller voir les prédictions des films de science fiction, en espérant que le notre sera moins flippant que ceux là.

Sources : Listverse, The BalancesMb, RD.