On se lève parfois la tête pleine d’interrogations sur un sujet qu’on n’avait pas supposé nous intéresser un jour et puis personne n’est là pour nous répondre. C’est précisément ce qui m’est arrivé ce matin où je me suis demandé sans aucune raison plein de trucs sur les bracelets électroniques. Du coup on a décidé d’y répondre, au cas où vous vous les poseriez aussi, ça peut arriver.

1. C'est quoi comme objet concrètement ?

Évidemment comme son nom l’indique c’est un bracelet je suis pas complètement con, mais ça fonctionne comment ? Eh bien il s’agit d’un bracelet qui émet un signal à un boitier installé au domicile de la personne, lorsque celle-ci quitte son domicile le signal n’est pas envoyé, et si cela a lieu en dehors des heures permises une alarme se déclenche au centre pénitencier en charge de la surveillance.

2. Ça date de quand comme dispositif ?

La première fois qu’on a utilisé le dispositif des bracelets électroniques c’était aux États-Unis en 1983. En Europe c’est en 1989 que le système est arrivé dans quelques pays mais pour la France il aura fallu attendre 1996 pour que le placement sous surveillance électronique (PSE) soit adopté.

3. Il y a une balise de géolocalisation dans tous les bracelets ?

Non, on ne trouve pas de balises de géolocalisation dans tous les bracelets, on se base généralement sur le signal entre le bracelet et le boitier pour surveiller la personne. Cependant, certains bracelets en sont équipés pour savoir en temps réel la position du porteur, en général sur des récidivistes ou criminels plus « dangereux ».

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Jérémy-Günther-Heinz Jähnick

4. On peut le porter au poignet ?

La plupart des bracelets électroniques se portent à la cheville mais certains modèles existent pour les poignets. En général on favorise ceux à la cheville car ils sont plus discrets, moins encombrants et ont moins de chances d’être détériorés qu’au niveau du bras. Puis c’est assez tendance les bracelets de cheville quand même.

5. Est-ce qu'on peut travailler quand on a un bracelet ?

On peut faire des choses assez variées avec un bracelet électronique, tout dépend des autorisations données par le juge d’application des peines. Certaines personnes sont assignées à domicile, d’autres peuvent sortir à heures fixes, d’autres peuvent aller travailler, faire du sport ou des loisirs divers (mais c’est plus rare)… Selon le métier qu’on a on peut donc potentiellement continuer de travailler.

6. Est-ce qu'on prend sa douche avec ?

Les bracelets sont étanches, on peut tout à fait prendre sa douche avec. C’est une surveillance à domicile, pas le bagne non plus, vous aviez vraiment cru que les gens qui en portent ne pouvaient pas se laver ? Ce serait pas humain. Et les bracelets électroniques ne sonnent pas avec les portiques de magasins, rien à voir mais je vous le dis au cas où vous vous le demandiez.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Ctruongngoc

7. Comment on fait pour l'enlever ?

On ne peut pas enlever son bracelet électronique, c’est plus ou moins le principe du truc en fait. Ceci étant dit, si vous tentiez de le casser ou de le découper vous vous exposeriez à pas mal d’emmerdes. Généralement vous pouvez écoper d’une peine de prison, amendes ou sanctions diverses, comme laver le bracelet électronique de Patrick Balkany avec votre langue. Non je déconne, il n’en a pas.

8. Est-ce qu'on peut le bidouiller pour qu'il marche pas ?

Alors oui, c’est déjà arrivé plusieurs fois d’ailleurs. En fait d’une part il y a déjà eu pas mal de bugs ou de pannes avec certains boitiers, mais il y aussi eu des gens qui arrivaient à magouiller pour que le truc n’envoie plus de signal et sortir librement. Par contre je ne suis pas habilité à vous filer le détail des magouilles, principalement parce que je ne les connais pas.

9. Qui est susceptible de pouvoir porter un bracelet ?

Vous imaginez bien que tous les détenus ne peuvent pas porter de bracelet électronique et décider de sortir de prison, pour en porter un il faut cocher certaines de ces conditions :

– Avoir un projet sérieux de réinsertion

– Que la peine de prison qu’il reste soit inférieure à deux ans

– Être mis en examen (assigné à résidence avant jugement)

– Avoir été condamné à une condamnation « libre » et non ferme

– Être un ancien président de la république

Ici aussi plusieurs facteurs peuvent jouer sur la décision du juge pour permettre au condamné d’avoir un bracelet électronique, c’est un peu au cas par cas même si le nombre de détenus à domicile augmente avec les années (aussi pour désengorger les prisons et ça c’est plutôt une bonne chose).

Crédits photo (CC BY 2.0) : European People's Party

10. Est-ce qu'on peut recevoir des mails dessus comme sur une Apple Watch ? (ce qui avouons-le serait bien pratique)

Évidemment non, c’est vrai que ce serait plus pratique et classe, sans parler du fait que ce serait moins cher que d’acheter une Apple Watch mais bon, c’est mal foutu la vie. Enfin ça reste toujours mieux qu’être enfermé dans l’une des prisons les plus dangereuses du monde.

Dans un thème sensiblement proche vous pouvez aller voir les questions qu’on se pose sur les prisons, c’est pas mal aussi. Il y a aussi les pires prisons secrètes de l’histoire, mais là c’est flippant.

Sources : Wikipédia, Ministère de l’intérieur (1, 2), JDD, Voix du Nord, L’express, Le Monde.