Bon, on ne part pas sur le top le plus joyeux de l’histoire de Topito, mais aujourd’hui on va parler d’un service essentiel sans lequel on serait bien emmerdés : les pompes funèbres. Généralement, c’est un domaine qu’on ne kiffe pas trop et dont on préfère rester éloignés, et pourtant on y aura tous affaire un jour ou l’autre. Du coup, autant savoir en quoi ça consiste. On a pris les questions qu’on se posait le plus sur ce joyeux milieu et on est allé chercher les réponses pour vous, comme ça vous mourrez moins bêtes (mais vous mourrez quand même).

1. Ça veut dire quoi le "pompes" de pompes funèbres ?

C’est vrai qu’on ne voit pas tellement le rapport entre une pompe et un mort. Genre il faut regonfler les cadavres parce qu’ils se sont ratatinés ? Pas du tout. En fait, comme souvent d’ailleurs, le terme vient de la Rome Antique : « pompa » désignait les grands cortèges rameutant pas mal de monde avec des démonstrations de luxe et de richesses. C’est pour ça qu’aujourd’hui on dit « en grande pompe » quand on met beaucoup de moyens dans un événement par exemple. Du coup, parmi les « pompa », il y avait les « pompa funebris », des grandes processions pour célébrer la mort des personnes importantes, et ça a donné « pompes funèbres » aujourd’hui. Même s’il n’y a pas forcément foule à tous les enterrements.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Jérémy-Günther-Heinz Jähnick

2. Les pompes funèbres, c'est les thanatopracteurs ?

Pas que. Le thanatopracteur, on en reparlera après mais c’est celui qui s’occupe particulièrement des corps des défunts (des cadavres, quoi). Dans les pompes funèbres, on trouve aussi des porteurs de cercueils, des maîtres de cérémonie qui, comme leur nom l’indique, assure le déroulement des obsèques, et des conseillers funéraires qui accompagnent les famille dans l’organisation des obsèques. Après il y a aussi les marbriers qui fabriquent les tombes et les fossoyeurs qui enterrent les cercueils au cimetière, mais ils ne bossent pas dans les entreprises de pompes funèbres.

3. Bon et alors il fait quoi le thanatopracteur ?

En gros, il prodigue des soins aux corps des défunts pour les conserver plus longtemps et il fait en sorte qu’ils soient présentables pour que la famille puisse les voir une dernière fois avant la cérémonie. Pour ça, il se charge de retirer certains fluides responsables de la décomposition rapide des corps, comme le sang, puis il maquille les cadavres pour leur donner une belle apparence. C’est un peu un mélange entre un chirurgien qui a un peu moins peur de perdre ses patients et un make-up artist dont les clients ne racontent pas leur vie pendant la séance. Dit comme ça, c’est assez sympa en fait.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Ausir

4. Ça gagne bien de bosser dans les pompes funèbres ?

Pour ça, il faut voir métier par métier :

Un porteur va gagner environ 1200 euros net par mois.

Un conseiller funéraire débutant gagne un peu plus de 1200 euros par mois lui aussi (plus primes éventuelles).

Un thanatopracteur gagne un peu plus du SMIC s’il est dans une entreprise de pompes funèbres, mais il peut aussi bosser à son compte et gagner jusqu’à 4000 euros par mois.

Le directeur d’une entreprise de pompes funèbres touche minimum 1800 euros par mois.

Un maître de cérémonie débutant commence avec environ 1300 euros par mois.

On n’est pas sur des salaires exorbitants, mais avec un peu d’ancienneté ou une boîte qui marche bien, il y a moyen de gagner correctement sa vie. En plus, c’est un secteur qui ne connaît pas la crise.

Crédits photo (Domaine Public) : Enrique Simonet

5. Il faut faire quoi comme études pour bosser dans les pompes funèbres ?

Là encore c’est du cas par cas :

Pour être thanatopracteur, il faut passer un diplôme national qui comporte environ 150 heures de formation et au moins 100 soins en stage avec un examen final théorique et pratique.

Pour être porteur, il faut passer une formation de 16 heures et avoir le permis B pour conduire le corbillard.

Pour être maître de cérémonie funéraire, il faut passer un diplôme avec 140 heures de formation.

Pour être conseiller funéraire, il faut passer un diplôme national avec 210 heures de formation.

On n’est pas sur des formations hyper longues, mais ça se fait souvent dans le privé donc c’est rarement donné. Mais y’a toujours moyen de se faire financer la formation au moins en partie.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Frank Vincentz

6. Combien de temps on peut garder un corps avant l'inhumation ou la crémation ?

Généralement, un enterrement a lieu entre 24h et 6 jours après le décès d’une personne. C’est la loi. Dans certains cas particuliers, comme quand le corps est rapatrié d’Outre-Mer, la préfecture peut autoriser un délai plus long, généralement d’un ou deux jours supplémentaires. Au-delà, ça commence à être compliqué de garder le corps dans un bon état de conservation.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Klafubra~commonswiki

7. Pourquoi on parle de "mise en bière" ?

Vous vous en doutez un peu, mais ça n’a absolument aucun rapport avec la boisson que vous vous enfilez en pintes ou en cannettes. La bière, en ancien français, c’était simplement la civière sur laquelle on transportait les cadavres. Par extension, ça a fini par désigner le cercueil et c’est pour ça qu’on parle de mise en bière quand on met un corps dans son cercueil. Ça donne presque soif quand même.

Crédits photo (Domaine Public) : Len Rizzi (photographer)

8. Et c'est ouvert tout le temps les pompes funbèbres ?

Ouaip. Le problème avec la mort, c’est qu’elle arrive n’importe quand, du coup les gens qui bossent dans les pompes funèbres peuvent être amenés à bosser à n’importe quelle heure pour s’occuper des corps et accompagner les familles. Après ils ont le droit de dormir quand même hein, mais ils se relaient et ont des périodes d’astreinte pour toujours être prêts au cas où. Comme dans pas mal de professions finalement.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Lionel Allorge

9. Ça coûte combien des funérailles ?

Ça, ça dépend de pas mal de facteurs. En moyenne, des funérailles coûtent environ 3500 euros. Mais, selon la région, les prestations demandées et les options choisies (comme le type de cercueil), on peut aller de 2000 à 10000 euros. Et comme d’hab, là où c’est le plus cher, c’est en Île-de-France. Pour payer tout ça, il y a généralement deux solutions : soit le défunt avait souscrit un contrat obsèques de son vivant et dans ce cas ça prend tout en charge, soit on prélève la somme sur les droits de succession. A priori vous ne devriez pas taper dans votre épargne pour enterrer un de vos proches.

Crédits photo (Domaine Public) : Albert Anker

10. Est-ce que les pompes funèbres s'occupent des concessions au cimetière ?

Non, ça c’est le rôle des mairies. C’est elles qui gèrent les cimetières, l’attribution et le paiement des concessions. Le rôle des pompes funèbres s’arrête plus ou moins après l’enterrement ou la crémation.

Crédits photo (CC BY 2.0) : jphilipg