Star du coronavirus, la fièvre apparaît comme l’un des symptômes notables du Covid-19. Pour autant, c’est un peu vague et comme dirait l’autre, y’a fièvre et fièvre. Y’a la bonne fièvre et la mauvaise fièvre. La fièvre qu’est bonne bah c’est la fièvre qui fait son boulot de fièvre mais elle est bonne et la fièvre qu’est pas bonne c’est la fièvre qui fait son boulot de fièvre mais c’est pas pareil. Bref, on a tous beau avoir déjà eu la fièvre, on ne sait pas vraiment de quoi il en retourne. Voilà pourquoi on se plonge aujourd’hui sur l’hyperthermie la plus connotée sexuellement de toutes les hyperthermies.

1. Qu'est ce que ça change dans notre corps concrètement ?

Tout d’abord commençons par faire la paix avec la fièvre. Si elle est là, c’est pour une bonne raison : il y a une infection dans notre corps (qui peut provenir d’un virus, d’une bactérie ou être une réaction à n’importe quel corps étranger qui taperait l’incruste) et pour combattre cette infection, le corps développe des mécanismes de défense. C’est ce qu’on appelle le système immunitaire (hyper pratique ce truc). Tels de vaillants soldats, des cellules de défense vont partir botter l’ennemi, et pour cela elle dégagent des molécules qu’on appelle « Cytokine » (peut-être une bonne suggestion pour le futur prénom de ton enfant) qui viennent chambouler la température de ton corps (on parle de fièvre quand la température dépasse les 38°). Bref en gros, quand tu as de la fièvre c’est que ton système immunitaire charbonne pour jarter ce qui va pas. C’est tout à fait naturel.

2. Est-ce qu'il faut se débérrasser de sa fièvre ?

Rapport à ce qu’on vient de dire plus haut, évidemment non. On peut la calmer quand elle est très forte en prenant du paracétamol (pas forcément des anti-inflammatoires, surtout quand on craint d’avoir le Covid-19 car ces derniers peuvent aggraver l’infection) mais de toute façon, une fièvre qui dure plus de 2 jours (pour un adulte) nécessite une consultation chez le médecin.

3. Est-ce qu'avoir la fièvre signifie forcément qu'on est malade ?

EH NON. En fait la fièvre est une simple réponse physiologique, elle peut donc survenir dans d’autres circonstances que la maladie : une récente opération, la prise de certaines drogues comme les ecstasy, la prise de certains antidépresseurs ou l’existence de troubles hormonaux peuvent en être la cause. Evidemment le plus important c’est de consulter un médecin.

4. Est-ce que les animaux aussi peuvent avoir la fièvre ?

Eh oui, parce qu’en fait ils ont beau ne pas avoir de compte en banque et de crédit immobilier, les animaux disposent eux aussi d’un système immunitaire et donc de mécanismes de défense comme la fièvre. Toutefois, pour un chien ou un chat on parle de fièvre quand leur température dépasse les 39° (et non les 38° comme pour un humain). En revanche, bon courage pour prendre la température « the rectal way » pour tes animaux.

5. A partir de quand faut-il s'inquiéter d'avoir la fièvre ?

Pour un enfant fiévreux (et plus encore un nourrisson) on arrête de niaiser dès 38 degrés de température. Pour l’adulte robuste et bien portant, on commence à s’inquiéter à partir de 40 degrés et on s’inquiète encore plus quand on arrive à réchauffer le pot-au-feu rien qu’en le posant sur son front.

Par ailleurs, la fièvre peut s’accompagner de tout un tas d’autres symptômes du genre problèmes respiratoires, vomito, chiassou, et folle envie de se refaire toute la filmographie d’Eric Rohmer. Dans ce cas, il est temps de prendre le taureau par les cornes et de ramper jusqu’au cabinet médical le plus proche.

6. Est-ce que c'est vraiment efficace de prendre un bain glacé pour baisser la fièvre ?

Comme on l’a déjà dit, la fièvre est un mécanisme naturel contre lequel il ne sert à rien de lutter, autant que faire se peut. En ce qui concerne les enfants, on conseille souvent de plonger un enfant fiévreux dans un bain d’eau tiède (pas glacé, je vous charriais, faites pas les cons), à une température de deux degrés en dessous de la température de l’enfant. EH BEN FAUT PAS. Non seulement, ça ne baisse pas vraiment la température mais en plus ça augmente le risque de convulsions. Donc tout ce qui est choc thermique du genre, on oublie. Au mieux on réduit les couvertures sur l’enfant, on l’hydrate, et surtout on l’emmène chez le médecin.

7. Pourquoi on a pris toute notre vie d'enfant la température dans les fesses avant de comprendre à l'âge adulte qu'on pouvait aussi la prendre avec l'aisselle ?

Je vous rassure, si vous avez été victime d’une prise de température rectale durant votre enfance, vos parents n’ont rien à se reprocher (et au mieux, cela a peut-être éveillé en vous des plaisirs insoupçonnés). C’est en effet la prise de température la plus précise. Seulement, une fois adulte on a tendance à réserver cette zone pour d’autres activités diverses et variées mais certainement pas pour y planter un thermomètre. Dommage, vous savez pas ce que vous loupez. Avec la Biafine, là…

8. Est-ce que quand quelqu'un dit qu'il a la fièvre, c'est une manière de dire qu'il a envie de faire du sexe ?

Si l’un des remèdes recommandés pour la grippe est une bonne partie de jambes en l’air, soyons honnêtes, la fièvre n’a rien de super excitant. On a été flingué par des chansons comme « fever » de Peggy Lee reprise environ 872 fois qui ont clairement associé la fièvre à une grosse envie de chafouiner jusqu’à ce que transpiration excessive s’ensuive. Bon en vrai je sais pas si vous avez déjà eu une fièvre de bâtard mais globalement on est davantage excité par une tisane et un lit frais que par une session doggy style.

Et sinon, on répond aussi à toutes les questions que vous vous posez sur le Doliprane. C’est génial non ?

Sources : Santé Magazine, Planète Santé