La drogue, c’est mal : tout le monde le sait très bien. Le mieux c’est de n’en tester aucune évidemment mais s’il y a bien une substance qui ne doit JAMAIS toucher ton corps, c’est le crack. Que ce soit dans les films ou dans les couloirs de métro, on a tous déjà vu des gens accros au crack mais on ne sait pas vraiment ce que c’est que cette merde. Comme tu as sûrement plein de questions sur les drogues, on est là pour y répondre.

1. Comment c'est fait le crack ?

Le crack ou « free base », c’est la forme base libre de la cocaïne. C’est donc de la cocaïne en cristaux que l’on peut fumer et ce dérivé est bien plus puissant et toxique que le chlorhydrate de cocaïne qui est aspiré par le nez. La poudre devient des cristaux parce qu’elle est mélangée à du bicarbonate de soude ou de l’ammoniaque.

Crédits photo (Domaine Public) : DEA

2. Pourquoi ça s'appelle "crack" ?

La personne qui a donné son nom au crack n’avait pas beaucoup d’imagination et ça se voit. En fait, l’origine du mot « crack » vient du bruit qu’il fait quand on le chauffe, un craquement sonore bien bruyant. Parce que non, fumer du crack n’est jamais très discret ; en plus du bruit, il y a l’odeur horrible qu’on reconnait de loin.

3. Combien ça coûte ? (C'est juste par curiosité, n'appelez pas les flics)

En France, le crack est consommé presque uniquement en Île-de-France et dans certains DROM mais la consommation continue d’augmenter et les prix baissent. Aujourd’hui, un gramme de crack coûte entre 50€ et 70€ mais on peut trouver des doses à 20€ ou 30€, ce qui permet entre 3 et 5 prises.

4. Ça fait quoi comme sensation ?

Quand on fume du crack, les effets arrivent moins de deux minutes après la prise et ne durent que quinze minutes environ. Le but est d’altérer sa conscience car le crack provoque une montée immédiate et on a l’impression de flotter, d’être dans un rêve où les sensations seraient décuplées. C’est très rapide et c’est ce qui pousse les consommateurs à reprendre une dose rapidement.

5. Est-ce qu'on peut vraiment devenir accro dès la première dose ?

OUI ! Même une consommation à très court terme peut entraîner une dépendance ou au moins une envie de réessayer. Pourquoi ? Parce que, contrairement au chlorhydrate de cocaïne qu’on sniffe, le crack gagne le sang directement à travers la muqueuse pulmonaire et monte au cerveau en moins de deux minutes. La sensation d’euphorie est forte et la « descente » est brutale. Dès la fin des effets, le monde semble triste et gris et on a donc envie d’en reprendre pour éviter cette sensation.

Crédits photo (CC0 1.0) : The RedBurn

6. C'est quoi les effets secondaires ?

Les effets de la drogue sur le corps sont toujours néfastes mais le crack est particulièrement terrible. Les effets secondaires directs de la consommation sont des risques de crises cardiaques, de détresse respiratoire, d’accidents vasculaires cérébraux, de crises épileptiques et de troubles gastro-intestinaux mais en réalité, ce n’est pas le pire.

Comme le crack provoque une addiction extrêmement forte, les usagers pensent en permanence à leur prochaine dose ce qui les force à dépenser tout leur argent, voire à adopter des comportements dangereux, pour pouvoir racheter une dose. Les addicts au crack sont souvent victimes de malnutrition et donc de perte de poids, de chute des dents et des cheveux. La consommation de crack entraîne aussi de l’anxiété, des hallucinations, des épisodes de psychose, des comportements agressifs et un état suicidaire. Pas très fun.

7. Et les effets du manque, c'est vraiment horrible ?

Après avoir fumé du crack, la descente est terriblement brutale et le consommateur ne pense qu’à une chose : reprendre une dose. Il devient colérique, irritable et souvent agressif mais il se sent aussi épuisé et affamé dès le réveil. Le temps de désintox peut être très long et douloureux physiquement comme psychologiquement.

8. Est-ce qu'on peut fabriquer du crack si on a le matos ?

Alors en fait, il n’y a pas vraiment besoin de matos si on a de la cocaïne (et ça se trouve pas au Franprix). Evidemment, on vous interdit de faire ça chez vous pour toutes les raisons signalées au dessus mais pour la curiosité intellectuelle, voilà comment est fait le crack. Il faut donc de la cocaïne en poudre que l’on dissout dans une cuillère avec de l’ammoniaque ou du bicarbonate de soude. On fait chauffer le tout et un caillou jaunâtre se forme au centre. On rince avec de l’alcool et de l’eau pour chasser l’ammoniaque ou le bicarbonate et on obtient des cailloux de crack à peu près purs.

Par contre, le crack vendu dans la rue est toujours coupé pendant la cuisson avec d’autres produits plus ou moins dangereux. Il n’est donc plus du tout pur et c’est la raison pour laquelle il est vendu dans la rue au quart du prix de la cocaïne.

9. Comment est apparue la colline du crack ?

La colline du crack est le nom donné à un campement installé à l’origine près de la porte de la Chapelle, dans le nord de Paris. C’est un terrain vague juste à côté du périph où des centaines de personnes de tout âge squattaient jours et nuits. Le campement a été démantelé des dizaines de fois depuis le début des années 2000 mais les solutions proposées par la ville de Paris ne sont pas suffisantes et ne conviennent pas aux toxicomanes qui se réunissent donc ailleurs. Après le démantèlement total de la colline du crack en 2019, les consommateurs se sont réunis dans un autre quartier de la capitale, à Stalingrad, et n’ont pas bougé depuis.

10. Est-ce que les consommateurs sont aidés en France ?

Les consommateurs de crack sont souvent laissés pour compte mais il existe tout de même pas mal de programmes d’aide. Il y a des thérapies de groupe, des séjours en centre de désintoxication mais aussi des programmes de réduction des méfaits qui servent à consommer du crack de manière sécuritaire, dans le but de diminuer ou d’arrêter définitivement la consommation.

NE PRENEZ PAS DE DROGUES

Sources : CAMHOFDTFil santé jeunesArte Radio – Wikipedia (1) (2)