La récupération des bagages à l’aéroport est un rituel pour les voyageurs, avec ses codes et ses petites habitudes, plus ou moins logiques, voire parfois à la limite du toc. Et inutile de nier, on a tous les mêmes réflexes à la con!

1. Jouer des coudes pour se placer pile au début du tapis volant (Preums !)

Il y a comme une fierté à niquer tout le monde en se positionnant là, à la source même des bagages. Sentir le regard envieux des autres passagers qui attendent désespérément leur dû, et se dire qu’on sera les premiers à découvrir ce que le hasard du tapis roulant nous réserve. Ok, c’est complètement débile, mais allez savoir pourquoi on a tous un jour ressenti cette petite émotion coupable (ou pas) du preums au moment de récupérer ses bagages !

2. Garder son chariot juste à côté de soi quitte à emmerder tout le monde

Ce gros réflexe de feignasse permet certes d’éviter de porter ses valises une fois récupérées, mais c’est aussi un excellent moyen de se faire pourrir par le reste des passagers. Non seulement les chariots les empêchent de s’approcher du carrousel à bagages, mais ce sont aussi des armes de destruction massive pour les tibias présents sur leur passage au moment de fendre la foule en direction de la sortie !

3. Sourire bêtement à ses voisins de vol devant le tapis à bagages

C’est con, mais ces quelques heures partagées à 8 000 pieds ont créé un début de solidarité entre eux et nous. Et on ne peut s’empêcher de prolonger cet esprit de corps jusque dans la salle de le hall à bagages, avec ce petit quelque chose dans le regard qui veut dire « bonne chance les gars, on espère que ça va bien se passer pour vous aussi ! ».

4. Vérifier le nom sur une valise même si elle ne ressemble que vaguement à la nôtre

On ne sait jamais, peut-être que notre valise est un peu comme notre partenaire dans la vie : ça fait tellement longtemps qu’on le/la traîne partout avec nous, qu’on ne sait plus trop à quoi elle ressemble ! En tout cas, ça ne coûte rien de vérifier !

5. Changer de place quand on voit sa valise apparaître sur le tapis pour tenter de la récupérer plus tôt

Il ne faut pas chercher à comprendre cet instinct qui nous pousse à vouloir gagner quelques mètres en récupérant notre bagage plus « tôt » sur le tapis. Comme si ce dernier risquait d’être subtilisé par un autre passager avant qu’il n’arrive devant nous. C’est con comme un réflexe pavlovien !

6. Faire des gestes codés à ses proches en mode commando dès qu’on voit arriver sa valise

Dès qu’un bagage apparaît sur le tapis, c’est le branle-bas de combat. Les troupes s’organisent et communiquent rapidement pour indiquer la marche à suivre… Sorte de commando familial sur-entraîné sur le point de réussir sa mission. Copy that !

7. Se féliciter d’avoir enregistrer en dernier en voyant notre valise apparaître parmi les premiers

Il n’y a pas de hasard dans la vie, il suffit d’un peu de bon sens pour être servi comme un prince. Selon la logique logistique « last in, first out », les derniers bagages mis en soute sont en effet généralement sortis de l’avion et récupérer par leurs propriétaires en premier. Par contre, c’est aussi le meilleur moyen pour avoir des places merdiques, voire séparées dans l’avion si vous n’avez pas pris la peine de les réserver à l’avance.

Crédits photo : Topito

8. Avoir l’impression que tout le monde nous regarde quand on récupère notre valise

Tel un gardien de but au moment d’arrêter un penalty, on sent toutes les caméras du monde se tourner sur nous dans l’attente du geste parfait… Alors qu’on est d’accord pour dire que tout le monde s’en fout !

9. Ressentir une petite boule au ventre quand on ne voit pas arriver ses bagages

Les minutes défilent en même temps que les valises des passagers. Il ne reste plus que les bagages éventrés et quelques sacs abandonnés. On la sent monter petit à petit cette angoisse de l’abandon, des vacances qui commencent ou se terminent mal. Autour de nous, quelques compagnons de galère espèrent eux-aussi une issue heureuse, faisant malgré tout bonne figure. Et puis c’est la délivrance, notre bagage arrive enfin et la vie peut reprendre son cours, comme sur un tapis d’aéroport. On passe tous par des étapes d’angoisse en attendant nos bagages…

Grand moment de solitude.