Les OVNIS, les extra-terrestres, les autres formes de vie dans l’espace… Des mystères qui ont fait et font toujours fantasmer le cinéma, la littérature, et même, monsieur Tout le monde. Un monde inconnu, qui nous fait nous poser (beaucoup) de questions… On n’a pas la science infuse, mais on a un cœur immense, donc on va essayer d’y répondre.

1. OVNI, ça veut dire quoi ? (On commence facile)

OVNI signifie « Objet Volant Non Identifié. » Selon le Larousse, il s’agit d’ « objets ou phénomènes fugitifs, observés dans l’atmosphère, et dont la nature n’est pas connue ou reconnue par les témoins « . Un truc dans le ciel qu’on ne sait pas keskecé quoi.

2. Est-ce que ça existe vraiment ?

Si on prend la définition au pied de la lettre : oui, ça existe. Il peut y avoir, parfois, des choses dans le ciel qui ne ressemblent pas à des avions ni à toute forme d’engins volants connue (nous y reviendront plus tard). En revanche, si on considère l’OVNI dans sa perception fantasmée de « soucoupe volante d’extraterrestre », non. On ne peut ni affirmer ni infirmer leur existence.

3. Quand est-ce qu'on a vu le tout premier ?

Le mardi 24 juin 1947. Ce jour-là, Kenneth Arnold survole le Mont Rainer dans l’État de Washington, à bord de son avion. Vers 15h, il reçoit un gros flash lumineux dans la tête. Il pense d’abord à une explosion aux alentours, mais observe dans les secondes qui suivent neuf objets volants au loin. Des objets en demi-cercle et triangulaire à l’arrière, qui évoluent à une vitesse folle : du jamais-vu ! Le lendemain, l’histoire fait la Une des journaux. Pour la toute première fois, on parle de « soucoupe volante ». On ne parlera d’ « OVNI » (Unidentified Flying Object (UFO), en anglais) que plus tard, à partir de 1952.

4. Comment expliquer les témoignages d'OVNI ?

Si Kaneth Arnold est le premier témoin de ce genre de manifestation, il est loin d’être le seul à avoir assisté à de drôles de spectacles dans le ciel. Pour autant, ces derniers ne constituent aucune preuve quant à l’existence d’extraterrestres : les phénomènes sont bien souvent expliqués de façon bien plus terre-à-terre. Nuage lenticulaire, aurore boréale, avion furtif, essai de missile, lanterne magique, cerf-volant, montgolfière ou ballon,….

Il s’agit bien souvent de confusions. Sur les 10 dernières années, près de 60% des milliers témoignages sont dus à une erreur de perception et seuls 2% restent vraiment inexpliqués.

5. A-t-on des exemples concrets de phénomènes non expliqués ?

Oui, plusieurs. En 2020, le Pentagone (oui, oui) a déclassifié trois vidéos de l’US Navy. Dessus : des OVNI effectuant des manœuvres incompatibles avec tous les engins volants que nous connaissons. L’armée américaine ne parle d’ailleurs pas d’OVNI, mais de « Pan » pour « phénomène aérospatiaux non identifiés ». Ça ne veut pas dire qu’il s’agit de petits bonhommes verts, mais c’est quand même chelou.

6. Peut-on être "expert en OVNI" ?

Eh oui ! Ce n’est pas banal comme expertise, mais ça existe. On parle des « ufologues » pour désigner les personnes s’intéressant aux OVNIS. Il s’agit majoritairement de passionnés, qui exercent bénévolement. « Ufologue » n’est d’ailleurs pas un métier, et aucune formation reconnue n’existe pour le devenir. En France, l’étude des OVNIS passe par un organisme public : le Groupe d’études et d’information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (GEIPAN). C’est une branche du Centre national d’études spatiales, encadrée par un comité de pilotage. L’année dernière, la commission Sigma2, issue de l’Association Aéronautique et Astronautique française a publié un rapport sur les OVNIS, regroupant 8 ans de recherche.

7. Ça existe les extra-terrestres?

THAT’S THE QUESTION. Officiellement, personne n’en a jamais vu ou rencontré. L’été dernier, le renseignement américain publiait un rapport sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés. Sa conclusion : il n’existe pas de preuves d’existence d’extraterrestres. Scientifiquement et pour le moment, la réponse est donc « non ».

8. Nelson Montfort a-t-il vraiment vu des extra-terrestres ?

Bah… Du coup… Si ça n’existe pas… Bah… Non ? Pourtant… Nelson est tellement sûr de son coup qu’il a écrit un bouquin sur le sujet. Le célèbre journaliste sportif y explique avoir été témoin, il y a une quarantaine d’années, d’une apparition étrange dans les Alpes. « Une nuit noire avec plein d’étoiles, j’ai observé un objet horizontal extraordinairement lumineux se déplacer au-dessus de la cime des montagnes avant d’osciller à 45 degrés pour foncer à une allure vertigineuse vers le ciel, vers le cosmos. Engin en forme de V, accélération fulgurante, boule lumineuse de couleur changeante… Les gens qui me connaissent savent que je suis très cartésien, mais je sais ce que j’ai vu » a-t-il confié en interview à l’Indépendant, et répété à de nombreux médias. Monfort parle déjà 5 langues : on ne doute donc pas de sa capacité à apprendre le martien rapido, si jamais il a l’occasion d’être le premier homme à pouvoir leur parler.

9. Comment réagir si on se fait capturer par des extra-terrestres ? (au cas où Nelson aurait raison)

Gardez votre calme et votre sang-froid. Faites leur le signe « Spoke » pour exprimer votre pacifisme. Prenez des notes, pour les partager aux scientifiques. Pensez à filmer l’intérieur du vaisseau, pour faire avancer la science, mais aussi pour ne pas vous faire traiter de menteur. Profitez de la vue, ce n’est pas donné à tout le monde. Si vous avez le mal de l’air ou de l’univers, regardez par la fenêtre. Comme en voiture, on évite de lire, de regarder son téléphone ou tout autre activité qui pourrait donner la nausée. Apprenez à parler martien pour favoriser le dialogue avec vos hôtes. Évitez de les comparer à E.T, ce n’est pas très sympa de faire des généralités. Proposez-leur un échange : ils vous ramènent à la maison et prennent Poutine à la place. Et voilà, tir transformé : de prisonnier de l’univers, vous devenez celui qui sauve l’humanité. Good job.

10. Peut-on s'appeler OVNI ?

N’en déplaise à JUL, non. On ne peut pas s’appeler OVNI. Dieu merci. Dans tous les cas, personne n’oserait appeler son enfant de la so… QUOI ? SI ? Ah, OK. Je viens de recevoir un télégramme de l’univers me racontant que des parents portugais ont tenté le coup. Heureusement pour le gosse, l’officier de l’état civil avait les pieds sur Terre et a refusé le prénom. Sur ce, je vous laisse en musique. Une musique à laisser tournée en boucle chez vous, si vous voulez être sûr de repousser tout alien de votre habitat.

Malgré certaines preuves évidentes qu’il y a des extra-terrestres en France, le mystère n’a pas encore été élucidé. Dans tous les cas, si on veut sympathiser avec eux, il faudra abandonner bien des préjugés sur les petits bonhommes verts. Ah ?? Ça aussi, c’est un préjugé??

Sources : France Culture, le JDD, Science & Vie, Le Parisien