La grande distribution, c’est un domaine que je connais bien et laissez-moi vous dire qu’il y a un tas de trucs que vous ignorez sur le sujet. Certains secrets d’employés de supermarché sont très utiles pour les clients mais dans tous les cas, vous êtes sûrement curieux de découvrir l’envers du décor. Ça tombe bien car aujourd’hui, je réponds à toutes vos questions sur le sujet. Et non, les directeurs de supermarché ne font pas de roller dans les allées après la fermeture.

1. Comment fonctionnent les tapis roulants des caisses ?

Au bout du tapis roulant, juste à côté de la caisse enregistreuse, il y a un capteur qui détecte si des objets sont posés sur le tapis. Tant qu’il n’y a rien, le tapis tourne mais dès qu’un objet arrive assez près du capteur, cela s’arrête. Quand il n’y a pas de client, on met le séparateur de courses devant le détecteur pour que le tapis ne tourne pas dans le vide. Tu croyais quoi, que les hôtes et hôtesses de caisse étaient obligés de pédaler pour actionner le tapis roulant ?

2. Est-ce que le vigile a le droit de regarder dans les sacs ou de retenir les voleurs avant l'arrivée de la police ?

Un vigile ou n’importe quel employé du magasin peut demander aux gens d’entrouvrir leur sac ou de sortir ce qu’ils ont dans leur sac. Par contre, il est formellement interdit de toucher aux affaires d’un client. Si la personne refuse de coopérer, le magasin peut appeler les forces de l’ordre et demander au client de rester jusqu’à leur arrivée. Evidemment, il faut être absolument certain que la personne a volé quelque chose.

3. Comment sont choisis les emplacements des rayons ?

Dans tous les magasins, l’ordre des rayons est différent et c’est bien normal. Déjà, ça dépend de la politique de l’enseigne mais aussi des contraintes liées à la configuration du terrain. En ville par exemple, on ne peut pas construire de supermarché immense alors on s’adapte.

Ce que les gens ne savent pas, c’est qu’il existe une logique de zone chaude et zone froide. Une zone chaude, c’est une zone où 80% des clients vont passer (l’allée centrale par exemple) et on va donc y proposer les promotions et les produits non-essentiels qui attirent l’oeil. Au contraire, on va mettre dans les zones froides les produits indispensables comme le PQ ou la lessive pour forcer les clients à passer par ces rayons.

Depuis quelques temps, les magasins ont tendance à proposer un aménagement différent pour faciliter la vie des clients : les produits lourds qu’on met dans le fond du chariot sont mis au début pour ne pas écraser les autres produits et les surgelés sont plutôt à la fin du parcours.

4. Est-ce que les caméras fonctionnent ?

Eh oui, les caméras de surveillance fonctionnent dans les magasins. Dans les grands magasins et les centres commerciaux, il y a un employé qui reste en permanence devant les écrans mais dans les plus petites enseignes, les caméras servent à vérifier en fin de journée qu’il n’y a pas eu de problème.

5. On fait quoi des produits avec des emballages abîmés ou ouverts ?

Si l’emballage d’un produit est abîmé quand il est livré au magasin, les employés notent tout pour l’inventaire et le produit est donné à une association. Par contre, si un produit alimentaire est ouvert et donc exposé à l’air libre, il est immédiatement jeté mais cela n’arrive que très rarement.

6. Qui choisit la musique qui passe dans les haut-parleurs ?

Quand on fait ses courses, on ne remarque pas toujours la musique qui passe dans les haut-parleurs mais les employés l’entendent très bien (j’ai tellement entendu Paradise de Coldplay dans ces enceintes que je la considère comme une chanson de supermarché). Pour avoir cette musique, chaque magasin paye une entreprise qui lui livre des playlists et s’occupe de payer les droits de diffusion. En général, les supermarchés choisissent un forfait pour avoir de la musique et des messages commerciaux de l’enseigne.

7. Est-ce qu'on asperge toujours d'eau de Javel les produits périmés pour que les gens ne viennent pas se servir dans les bennes ?

L’eau de jJavel dans les bennes à ordure a fait scandale il y a quelques années mais en réalité, ce n’est pas une pratique courante. À part dans les grandes villes comme Paris où les poubelles sont sur le trottoir, les bennes à ordure sont toujours à l’arrière du magasin, là où seuls les employés y ont accès, et des filières de tri passent tous les jours pour récupérer les déchets. Normalement, tout ce qui est encore consommable (les dates courtes par exemple) est donné à des associations donc il n’y pas beaucoup de gâchis.

8. Est-ce qu'on doit payer si on casse quelque chose en rayon ?

Dans la plupart des magasins, tu n’es pas obligé de payer si tu fais tomber un bocal de cornichons ou un pot de crème fraiche ; ça peut arriver à tout le monde. Par contre, si un enfant fait le con et explose 15 bouteilles de pastis sur le carrelage tout propre, le magasin peut demander aux parents de faire jouer leur assurance responsabilité civile pour rembourser ce qui a été cassé.

9. Comment les produits arrivent dans les rayons ?

Tu vois Charlie et la Chocolaterie ? Bah pareil. Les fournisseurs livrent les produits tous les jours ou toutes les semaines et les employés s’occupent de les mettre en rayon avant l’ouverture du magasin. C’est pas vraiment comme dans Charlie et la Chocolaterie en fait, j’ai menti.

10. Les caissiers ont-ils des avantages sur les produits en vente ?

Chaque magasin peut décider de proposer ou non des avantages en nature à ses employés, i n’y a pas vraiment de norme sur le sujet.

11. On risque quoi si on oublie de passer un article à la caisse ?

Tu risques tout simplement de devoir le payer. Et de prendre 10 ans de taule.

12. Est-ce qu'on peut interdire aux voleurs de rentrer dans le magasin ?

Les textes de loi ne sont pas très clairs sur le sujet mais ce qui est sûr, c’est qu’on peut dire aux gens qu’ils ne sont pas les bienvenus. Si tu as déjà volé dans un magasin et que les employés le savent, il faut t’attendre à être surveillé de près pendant ta balade dans les rayons.

13. Est-ce qu'il y a des techniques de facing que l'on ne connait pas ?

Même si cela se fait de moins en moins, les supermarchés peuvent pratiquer la coopération commerciale. En gros, certaines marques payent plus cher pour être exposés aux meilleurs endroits dans le magasin. Sinon, les produits les plus chers sont souvent mis au niveau des yeux et les premiers prix sont toujours en bas du rayon. Les produits de saison sont aussi toujours mis en avant car on ne les vend que pendant une durée très limitée. Par exemple, les collégiens ont besoin d’une blouse de chimie avant la rentrée et n’en achèteront plus après, il faut donc bien les mettre en avant dans le magasin.

14. Est-ce que le code-barres sert d'antivol ?

Non, le code-barres n’a rien à voir avec l’antivol. En réalité, la plupart des produits n’ont pas d’antivol. En général, ce sont les produits petits et chers qui en sont équipés. Les jeux-vidéo par exemple, mais aussi les rasoirs et les déodorants. Sur les bouteilles d’alcool, il y a des gros antivols en plastique ou des petites étiquettes antivols. Étonnamment, il aussi parfois des antivols sur les livres sous forme de petites languettes en plastique. Enfin, il y en a aussi toujours sur les vêtements, les chaussures et tous les produits textiles.

15. À partir de quelle taille on parle de supermarché ou d'hypermarché ?

Les magasins ont des noms assez précis et le nom dépend de la surface de vente. Si un magasin agro-alimentaire fait moins de 400 mètres carrés, c’est une supérette. Entre 400 et 2500 mètres carrés, on appelle le magasin un supermarché et s’il fait plus de 2500 mètres carrés, c’est un hypermarché.

Maintenant que tu sais tout ça, je te conseille aussi de lire notre top sur les trucs relous pour les employés de supermarché afin de devenir un client exemplaire.

Source interne