Il fut un temps où, jeune étudiant, j’ai bossé en supermarché pour payer mon loyer. En 3 ans, j’ai fait de la caisse, de la mise en rayon, du surgelé, du fruits et légumes, et même de la poissonnerie. Bref, j’ai fait un peu de tout, et je peux à présent vous révéler quelques secrets sur les coulisses de ce monde merveilleux des supermarchés. Accrochez-vous à votre caddie, c’est parti.

1. On compte le nombre d'articles passés par les caissiers à la minute

Les caissiers doivent avoir un certain rendement. Logique, me direz-vous, puisqu’il faut que les clients n’attendent pas trop longtemps. Mais là où ça devient limite, c’est que les logiciels de caisse calculent le nombre d’articles passés par les caissiers à la minute. Du coup, les managers peuvent foutre la pression aux employés en leur demandant d’accélérer pour faire jusqu’à 25/30 articles par minute. C’est pour ça que vous vous retrouvez parfois avec des caissiers qui balancent vos articles à toute vitesse sans que vous ayez le temps de les mettre dans vos sacs. C’est pas vraiment de leur faute.

2. Si t'as une erreur de 2 euros dans ta caisse à la fin de la journée, tu peux te faire défoncer

La plupart des enseignes sont extrêmement sévères en ce qui concerne les erreurs de caisse. C’est normal de faire attention parce que, si à la fin de chaque journée, toutes les caisses ont perdu 5 balles, ça commence à faire beaucoup. Ce qui est moins normal, c’est de voir certains collègues stresser parce qu’ils ont perdu 5 euros et qu’ils savent qu’ils vont passer un sale quart d’heure avec les managers à devoir recompter leur caisse.

3. Les caissiers sont mis en concurrence pour faire faire des cartes de fidélité

Pour faire souscrire un maximum de programmes fidélités, il faut motiver les caissiers à « vendre » ce programme aux clients. Pour ça, il y a bien souvent des petits jeux : par exemple, celui qui en a fait signer le plus à la fin du mois gagne une bouteille de champagne ou un chèque cadeau, un truc dans ce genre-là.

4. Tout le monde a des tendinites

Les caissiers passent leur temps à effectuer les mêmes gestes, du coup c’est la porte ouverte aux tendinites. Il y en a aussi pas mal chez les employés qui font de la mise en rayon, mais eux collectionnent plutôt les problèmes de dos vu qu’ils passent leur temps à porter des cartons et à se pencher pour atteindre les rayons du bas. C’est pas de tout repos, les supermarchés.

5. Il y a parfois des codes au micro en cas de problème

Admettons, s’il y a un client incontrôlable en caisse et que le vigile seul ne suffit pas à l’intimider, on peut passer un appel au micro du style « Sylvie est demandée à l’accueil » alors qu’il n’y a aucune Sylvie. Ça suffit à faire rappliquer quelques employés pour tenter de désamorcer la situation. Chaque magasin a ses propres codes du genre.

6. C'est plus sympa de bosser quand il y a du monde

Un jour de semaine en plein après-midi, c’est l’enfer. Il n’y a personne en caisse, personne à renseigner, et que des tâches reloues à faire : c’est chiant. Les meilleurs moments, surtout pour les caisses, c’est quand il y a un gros rush et qu’il faut aller vite pour éviter que les files d’attente s’agrandissent. Dans ces moments-là, le temps s’écoule beaucoup plus rapidement.

7. Tous les jours, les rayons frais sont passés au crible pour enlever les produits périmés

Il y a plusieurs employés qui regardent touuuus les articles de ces rayons pour traquer ceux qui viennent de dépasser la date limite de péremption. De temps en temps, il y en a un qui passe entre les mailles du filet, et c’est un coup à bien se faire engueuler.

8. Dans les rayons frais, on met toujours les nouveaux articles au fond

Le but est bien entendu de vendre en priorité les produits dont la date de péremption est la plus proche. Mais ça, beaucoup de clients le savent et vont donc chercher les articles les plus « frais » tout en foutant le bordel dans le rayon. C’est le jeu…

9. Les employés en rayon commencent souvent vers 5h du mat'

Ça pique aux yeux le matin, mais au moins à cette heure-là y’a personne pour te faire chier.

10. Les clients sont parfois (souvent) très chelou

Si vous, de temps en temps, vous avez l’impression d’être un client relou, rassurez-vous : on a toujours vu bien pire. Entre ceux qui viennent en pyjama, ceux qui sont prêts à se battre entre eux pour que dalle, ceux qui ressortent toujours les mêmes blagues de relou, ou encore ceux qui racontent leur vie, il y a de quoi faire.

11. Le facing, c'est relou

Le facing, c’est le fait de remettre tous les articles bien en avant dans les rayons, histoire que le tout soit plus présentable. C’est pas bien compliqué, mais c’est hyper ennuyeux. En plus, de temps en temps, on voit un client foutre en l’air tout ce qu’on venait d’aligner, et ça c’est dur.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Amnesiac86

12. Certains cachent l'heure sur leur caisse pour ne pas la regarder toutes les 5 min car le temps passe lentement

Eh ouais, c’est pas vraiment le plus fun des boulots.

13. Les fruits et légumes qui commencent à trop mûrir sont parfois utilisés pour des préparations en boucherie, poissonnerie ou fromagerie

On va pas gâcher un poivron qui commence à faire la gueule alors qu’on pourrait l’utiliser dans des brochettes de bœuf. Pour le coup, ça c’est une bonne chose.

14. Les têtes de gondole ne sont pas réservées aux promos

On pense souvent que c’est là qu’on va trouver les rabais les plus intéressant, mais, à quelques exceptions près, c’est pas le cas. Le plus souvent, les bouts des allées sont plutôt les endroits où des marques mettent leurs produits en avant en s’arrangeant financièrement avec les magasins. Tout se monnaie.

15. Les vieux sont bien souvent les clients les plus malpolis

Aussi bizarre que ça puisse paraître, les vieux qui passent leur temps à dire que les générations suivantes sont moins bien éduqués sont pourtant ceux qui sont les plus relous en magasin. Beaucoup d’entre eux ne connaissent ni les bonjour, ni les au revoir, et ils sont les premiers à râler dès qu’il faut attendre 3 minutes en caisse. Allez, on va dire que ça concerne, en gros, les 40-65 ans. Après, ils redeviennent un peu plus gentils (mais ils parlent beaucoup).

Hésitez pas à nous donner vos secrets dans les commentaires, je pourrai mettre ce top à jour avec vos réponses.

Dans le même thème, on a aussi les types de clients de supermarché, les phrases que t’entends quand tu bosses en supermarché, et les tweets sur les supermarchés.