Si comme moi vous êtes un jour tombé dans la secte du running, vous savez que c’est une organisation tentaculaire dont on ne ressort pas indemne. Ah oui parce que c’est une secte : on y entre pour voir, on ne peut plus s’en passer et on donne tout son fric au dieu running. Plus question de courir avec des baskets normales une fois qu’on y est entré, ni de s’abstenir de payer les droits d’entrée des courses organisées pour courir seul. Non. Tout y passera, même le livret A, même le CODEVI et même l’assurance vie.

1. On porte des montres plus chères qu'une bagnole d'occase

Alors qu’en bagnole, on irait plus vite qu’en courant donc tout ça répond à une logique qui échappe à la logique.

2. Nos pompes sont de plus en plus chères avec leur degré de "minimalisme"

Plus ça ressemble à une chaussette, plus ça coûte une blinde. Et d’ailleurs, il faut reconnaître que même les chaussettes de running coûtent une blinde dès lors qu’elles sont vraiment brandées running.

3. On paye des droits d'entrée pour faire des courses

Pour faire une course, tu paies. Et on t’oblige à porter un dossard. Tu t’achètes donc un « porte-dossard » alors que personne n’aime porter de dossard et que la plupart d’entre nous y allons en sachant que nous n’allons pas gagner la course. Et même si par miracle on la gagnait, on gagnerait quoi ? Une putain de médaille.

4. Si tu veux une médaille, va directement chez Décathlon, ils en vendent à pas cher

Je sais pas dans votre Décathlon à vous, mais dans le mien c’est au fond à côté des sports de raquette.

5. On change de paire de pompes tous les 600 km. Comme si c'étaient des pneus.

D’ailleurs, c’est pour ça qu’on est obligé d’investir dans une montre hyper chère : pour savoir combien de kilomètres on a fait et ainsi déterminer s’il est temps, ou non, de racheter une paire de pompes outrageusement chère avant de recommencer à courir 600 km.

6. On croit à CHAQUE innovation des marques de sport : semelles en carbone ? Chaussures anti-blessure ? Tee-shirt anti frottement ? J'ACHÈTE.

Parce que non seulement ça pourrait améliorer les performance et limiter les douleurs, mais en plus ça nous permettra de crâner en croisant d’autres runners moins équipés ou de faire des regards de connivence à ceux qui, comme nous, sont équipés d’une technologie de pointe.

7. Niveau bouffe, c'est pas mieux. Une boisson et une barre spécifique pour avant / pendant / après l'effort

Alors qu’on a de l’eau, du sucre, des oranges et des bananes qui font à peu près le même effet sur le corps sauf que sur la banane et sur le robinet il n’y a pas marqué « spécial runners » donc on a un doute.

8. Le concept de "t-shirt technique" est en soi un mystère

Même le porte-clé électronique qu’on fabriquait en cours de techno me semblait plus technique qu’un t-shirt technique, mais allez savoir.

9. On s'abonne à des services Premium pour obtenir nos données de course et de santé

Des services comme Strava ou Runtastic prennent notre fric pour nous rappeler qu’on n’est pas très bons.

10. Courir c'est chiant et on est certains que c'est génial

Objectivement c’est chiant. Ca fait du bien, mais qu’est-ce que c’est chiant. Et en plus, on est tombé dedans alors qu’on ne croyait pas ceux qui nous disaient qu’on deviendrait accro au running et que ça ferait du bien. On pensait que ça n’arrivait qu’aux autres. Qu’on était immunisé. Plus fort. Plus puissants. Moins vulnérables. Eh bah tintin.

Un conseil utile quand tu commences à courir : ne commence pas à courir.

Bref : si tu veux soulager ton pote qui court, offre lui un cadeau pour fan de running.