Parfois, selon la mode et les époques, on assiste à une inversion du genre d’un prénom en particulier. Puis il y a les prénoms mixtes dont on ne se doutait pas. La révélation peut alors vous prendre en fourbe: vous qui aviez vécu des années sans trouble vous retrouvez alors à porter un nom au départ destiné au sexe opposé. Pas facile à gérer. Histoire d’être sûr, et d’appréhender la nouvelle au mieux (l’occasion aussi de comprendre, éventuellement, pourquoi la grosse Germaine vous maltraitait dans la cour des CE2, pauvre petite Philippe), on a fait nos recherches afin de déterrer ces prénoms mixtes qu’on ne soupçonne pas.

1. Dorothée

En grec, Dorothée signifie « cadeau des dieux ». Pas certain que le petit Dorothée de la 5èmeB apprécie tellement le cadeau fait par ses parents à sa naissance. Dorothée, ça reste quand même aussi, et surtout, le prénom utilisé par une émission jeunesse des années 90, ou une petite gourde qui va se perdre dans le pays d’Oz avec des souliers de rubis. Heureusement y avait de bonnes chansons au club dorothée quand même.

Personnalité : Dorothée de Gaza, Saint, abbé, ascète.

2. Hyacinthe

Masculin à l’origine, il se féminise par la suite, et désigne aussi une jolie fleur à bulbe. .Notons que sa version masculine fut notamment le plus largement attribuée sous le régime de la Terreur. On est bien loin d’une douce ambiance bucolique. Depuis, le prénom connaît une dizaine d’attributions par an. Déjà pas évident à porter quand on est une fille, on a du mal à l’imaginer sur un garçon.

Personnalité : Dans la mythologie grecque, Hyacinthe est un grand jeune homme aimé d’Apollon et de Zéphyr.

3. Isabeau

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Isabeau n’est pas le bête masculin d’Isabelle. Non, en fait, il s’agirait d’un dérivé du prénom Elisabeth, qui une fois arrivé jusqu’aux oreilles espagnoles a été mal interprété. Pour preuve on connait Isabeau de Bavière, reine de France du XVème siècle (mais c’est le seul et heureusement car il appartient au palmarès des pires prénoms).

4. Lilian

Connu pour être le masculin strict de Liliane, Lilian est pourtant également apte à être donné aux petites filles. Il est notamment très utilisé dans les pays anglosaxons. En France on est connait, ainsi les Lilian subissent pas trop de jeux de mots avec leur prénom et on est content pour eux.

Personnalité : Lilian Rolfe, agent secret britannique durant la Seconde Guerre Mondiale.

5. Chantal

Si pour vous, Chantal c’est surtout le prénom de votre tante éloignée, ou de la comptable de votre boîte (ou encore l’allumée des années 90 qui a vu un lapin tuer un chasseur), sachez qu’au Québec, vous pourriez rencontré des Chantal masculins (et non, pas seulement dans des clubs spécialisés). Le prénom a d’abord été mixte avant de se masculiniser (eh oui, pas question d’appeler sa fille Chantal au pays de Céline Dion donc).

6. Alexis

Un prénom qui semble bien masculin au premier abord, mais dont certains se sont emparé au féminin. Alexis est donc un prénom mixte, notamment assez utilisé aux États-Unis. Comme personnalité, on citera l’actrice Alexis Bledel, qui a notamment joué dans Gilmore Girls et Sin City.

7. Philippe

Philippe, oui, Philippe. Les petites Philippe restent assez rares, voire introuvables, mais le prénom a quand même connu des attributions féminines jusqu’au XVIIème siècle en France. Madame Philippe de Gueldre, par exemple, en fut titulaire. Mais on va pas se mentir aujourd’hui Philippe est plutot devenu un prénom de beauf.

8. Stéphane

Prénom très populaire dans les années 80, Stéphane est un prénom mixte assez connu. L’actrice belge Stéphane Bissot en témoignera. Aujourd’hui c’est juste devenu un prénom pourri et on le sait à Topito puisqu’on travaille tous les jours avec Steph (coucou Steph

9. Meredith

Plutôt masculin au départ, Meredith se féminise au tournant du XXème siècle. C’est pourquoi nous avons une conception actuelle plutôt féminine du prénom. Mais que nenni, certains hommes l’ont porté avec fierté. C’est le cas notamment de Meredith Wilson, un compositeur américain, né, quant à lui, après 1900 (dommage pour lui).

10. Anne

Prénom aujourd’hui très majoritairement féminin, Anne a longtemps été masculin durant l’Ancien Régime en France, notamment au sein de l’aristocratie. Impossible de se méprendre sur le genre, par exemple, d’Anne de Noailles, 1er comte de Noailles, qui joua, entre autre, un rôle important durant l’épisode de la Fronde.

Sarah n’est pas dans ce top alors mais nous avons une liste sur le meilleur du jeu de mot avec Sarah

Source : Wikipédia, ligue pour la transgression des genres