La finale de l’Euro 2021 c’est dimanche, et on sait déjà qu’elle opposera l’Italie à l’Angleterre (franchement, belle affiche). La compétition étant presque terminée, avec ses hauts et ses bas (on repense tous au match France-Suisse même si on aimerait l’oublier), on peut désormais faire un petit classement des PIRES équipes de cette année. Pour ça, on vous a demandé de voter ici, et il est l’heure de sortir le classement final. Attention, ça va peut-être divisé, mais c’est vous qui avez choisi alors on respecte.

1. La Turquie

FORCÉMENT. Par le passé, la Turquie a su nous éblouir (3èmes de Coupe du Monde en 2002, demi-finalistes de l’Euro 2008, c’est plutôt pas mal), mais cette année, il faut avouer que c’était la cata. La défense turque s’est fait ouvrir match après match : elle a encaissé 3 buts contre l’Italie, 2 contre la Suisse et 2 contre le Pays de Galles, le tout en n’inscrivant qu’un pauvre petit but. Ce qui fait d’elle la pire équipe de la compétition. C’est dur, mais c’est le football.

2. La Macédoine du Nord

Pour la Macédoine, c’est quasiment le même bilan que la Turquie : 3 matches perdus, 8 buts encaissés (ça fait mal) et seulement 2 inscrits. La seule raison pour laquelle elle ne se retrouve pas première de ce top, c’est parce que personne ne s’attendait à ce qu’elle brille pendant cet Euro. C’était déjà un miracle qu’elle se soit qualifiée, donc on ne va pas être trop dur avec elle. Par contre, on peut reparler de cet entraînement chelou avec des cônes ? Apparemment, ça n’a pas trop aidé.

3. La Russie

La Russie a un bilan un tout petit peu moins hard, avec 1 match gagné pour 2 perdus (mais bien perdus quand même, parce que se prendre 4 pions par le Danemark c’était chaud). Seulement, elle s’est aussi illustrée avec son public qui sifflait automatiquement les équipes qui posaient le genou par terre en soutien au Black Lives Matter, et ça ça ne joue pas du tout en sa faveur. Double sanction, du coup.

4. La Slovaquie

C’est simple, la seule chose qu’on retiendra de la Slovaquie cette année c’est qu’elle s’est mangée un bon vieux 5-0 par l’Espagne. La punition. La branlée, quoi. Le truc qui fait qu’on rentre chez soi en se demandant si on est vraiment fait pour ce métier. On souhaite bon courage aux Slovaques qui vont se poser pas mal de questions pendant leurs vacances d’été. Ça va aller les gars.

5. La France

Eh oui, il fallait qu’on soit dans ce classement. Non pas qu’on ait été ridicules en poule, puisqu’on est sorti premiers du groupe de la mort, mais le jeu qu’on a proposé était particulièrement moyen. On s’est honnêtement fait chier devant les matches des Bleus, comme en 2018, sauf qu’en 2018 on avait gagné. Et sortir en huitièmes face à la Suisse, on aura du mal à l’accepter, même quand on re-gagnera la Coupe du Monde dans 1 an et demi. Si si, on y croit.

6. La Pologne

La logique aurait voulu que la Pologne sorte deuxième de son groupe derrière l’Espagne. Au lieu de ça, on l’a vue galérer pendant ses trois matches en inscrivant seulement 4 buts dont 3 de Lewandowski. En gros, si on leur avait retiré Robert, ça aurait été encore plus la catastrophe, mais ça on ose à peine l’imaginer.

7. L'Ecosse

L’Ecosse aurait honnêtement pu terminer plus haut dans ce classement tant le niveau de jeu qu’elle a proposé était mauvais. Elle s’en sort avec 5 buts encaissés pour un inscrit, et son plus gros exploit reste d’avoir fait un bon vieux 0-0 contre une équipe d’Angleterre pas encore tout à fait rodée.

8. La Finlande

La Finlande a perdu 2 match pour 1 gagné, et encore, c’était contre une équipe dont le capitaine venait de faire un arrêt cardiaque sur la pelouse. On va pas se mentir, les mecs ne doivent pas être hyper fiers de leur parcours. Et on ne l’est pas non plus. Mais en même temps, pour être honnêtes, personne ne s’était dit : « Tiens, j’ai hâte de voir ce que ça va donner la Finlande cette année ! » Non, vraiment personne.

9. Le Pays de Galles

Sans impressionner, les Gallois ont réussi à se qualifier pour les huitièmes, mais c’est là que ça a franchement merdé. Les gars se sont mangé un bon vieux 4-Zer’ par le Danemark, alors que – doit-on encore le rappeler ? – le Danemark revenait de très très loin. C’est un peu comme perdre dans un octogone face à une mamie de 90 balais. C’est humiliant, et on y repense la nuit en pleurant.

10. La Hongrie

Dans le groupe de la mort, la Hongrie s’est super bien battue, rivalisant avec l’Allemagne et la France (après s’être pris une petite fessée par le Portugal, tout de même). Mais voilà, ça n’a pas suffi à passer en huitième, ni à faire oublier le public hongrois qui s’est illustré par des petites banderoles homophobes dans les stades. Et nous l’homophobie, au risque de vous surprendre, eh ben on n’aime pas beaucoup ça. Probablement notre côté bien-pensant qui veut ça.

On est peut-être cinquièmes, mais au moins on a maté des beaux matches comme Italie-Espagne ou Danemark-Angleterre. Ça nous a réconciliés avec le beau foot.