Enrichir son vocabulaire ça ne fait jamais de mal. Un jour on vous avait parlé des mots rares indispensables à la langue french, mais on ne voulait pas s’arrêter là. Voici donc l’occasion pour vous chers amis d’apprendre plein de nouveaux mots marrants que vous ne connaissiez certainement pas et d’être ainsi une personne à la verve solide et au langage fleuri. Ne nous remerciez pas, mais sachez nous gré.

1. Coquebin

Plutôt que de critiquer quelqu’un qui serait un peu trop niais ou innocent à votre goût, dites désormais que c’est un coquebin (ou une coquebine). Trop hâte qu’on renomme notre rendez-vous des teubés de la semaine « les coquebins de la semaine ».

Un exemple cocasse : « Ce boloss me fait trop rire comment il connaît rien à la life c’est un coquebin OU KOUA ? »

A ne pas confondre avec : un coq qui prend son bain parce que c’est pas la même orthographe d’une part et aussi parce que les coqs sont des gros crados qui se lavent pas.

2. Amphigourique

Quand on croise ce genre de mots on pourrait se demander s’il existe vraiment ou si c’est pas une grosse connerie. Eh bien faites le quiz « Ces mots existent-ils ou non ? » et vous serez fixé. En attendant, on qualifie d’amphigourique une personne qui s’explique confusément sans aucune forme de clarté. On l’utilise surtout pour parler d’un style d’écrivain incompréhensible.

Un exemple cocasse : « Sa daronne la chienne jkiff de ouf Proust mais des fois le keum il est vl’a amphigourique quand il cause là ça soule. »

A ne pas confondre avec : « un amphithéâtre » mais si parfois on y entend des trucs amphigouriques.

3. Interlope

Se dit d’un lieu douteux, d’un commerce illégal. Au départ on utilisait en effet l’expression « commerce interlope » pour parler de la contrebande dans l’empire Espagnol d’Amérique au XVIIe siècle.

Un exemple cocasse : « le gars qui vend du crack en cachette dans la cour en bas de chez wam, il est so much interlope ça me fume. »

A ne pas confondre avec : « Intermarché » jusqu’à preuve du contraire ils vendent des trucs légaux là bas. Et des Lego.

4. Emoucher

On est souvent habitué à virer des mouches en les insultant. En vérité, on pourrait tout simplement dire qu’on émouche. On peut même pour cela utiliser une émouchette. C’est d’ailleurs l’objet qu’on utilise pour protéger les yeux des chevaux.

Un exemple cocasse : « J’ai passé la matinée à émoucher la cuisine because j’avais pas fait la vaisselle depuis deux semaines et la bouffe séchée sur mes assiettes elle commençait à me dire bonjour. »

A ne pas confondre avec : « se moucher » même si on peut émoucher en se mouchant.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : DavidJRasp

5. Pellucide

On vous avait déjà parlé des contraires de mots complètement foudingues. Bon bah là c’est pas vraiment un contraire de mots mais plutôt un synonyme de type atypique du mot « translucide ». On utilise « pellucide » plutôt en biologie pour parler de la transparence d’une substance très fine.

Un exemple cocasse : « Moi chui très honnête avec les gens je pense qu’on peut dire que je suis pellucide de ouf. »

A ne pas confondre avec : « Pellicule ». Et je ne me justifierai pas.

6. Prolixe

Très pratique à caler dans un jeu de Scrabble, on utilise aussi l’adjectif « prolixe » pour une personne qui parle beaucoup trop et trop longuement. Ou prolixement du coup, qui s’emploie aussi tout à fait.

Un exemple cocasse : « Ras de cul de la prolixité de ce gars, parle moins en faitchhh »

A ne pas confondre avec : « suffixe », c’est pas parce qu’il y a un « x » qu’il faut dire que c’est pareil.

7. Obvie

Si vous avez fait anglais LV1 vous savez certainement que « obvious » veut dire « évident ». Eh bien désormais vous pourrez dire de quelque chose qui vient naturellement à l’esprit qu’il est obvie. Etymologique ça veut dire « qui va au vent » ce que je trouve personnellement charmant.

Attention, ça n’a rien à voir avec le verbe « obvier » qui se dit pour parer à quelque chose de fâcheux. Par exemple, j’obvie à ma gueule de bois en ne buvant pas 6 pintes.

Un exemple cocasse : « La cause de ma gueule de bois est obvie : j’ai bu 6 pintes »

A ne pas confondre avec : la réalisatrice Ovidie.

8. Holistique

Quand on parle d’un truc dans sa globalité, eh bien on parle d’un truc holistique. Et même mieux, je dirai qu’on parle d’un truc qui relève de l’holisme. On l’emploie surtout pour parler d’une approche globaliste.

Un exemple cocasse : quand j’entends quelqu’un dire que les meufs sont relou quand elles ont leurs règles je lui répondrai « cousin t’as une vision holistique des meufs gros bouffon va te cacher ». Sauf bien sûr si cet homme n’est pas mon cousin.

A ne pas confondre avec : « Holy stick » en english.

9. Idoine

C’est un terme assez vieilli mais qui mérite d’être remis à la mode parce que c’est vachement plus joli que les mots « pertinent » ou approprié » dont il est le synonyme. Et je considère que ma remarque est idoine.

Un exemple cocasse : « Le pansement est un outil idoine pour un genou écorché. En revanche, le pansement n’est pas idoine pour une triple fracture ouverte. »

A ne pas confondre avec : « Iguane », soyez pas cons.

10. Foutriquet

Si vous croisez une personne plutôt du genre chétive (si vous ne connaissez pas le mot « chétive » ça commence à devenir compliqué, je peux pas expliquer tous les mots de la langue française ça me ferait perdre un temps fou vous pensez vraiment que j’ai que ça à faire de vous apprendre la vie vraiment c’est soulant bon si vous insistez je précise donc que chétif veut dire rachitique ou malingre), vous pouvez désormais l’interpeller en lui disant « comment ça va mon petit foutriquet ? » Sauf si cette personne est votre supérieur hiérarchique. Ou votre boulanger. D’autant plus que le mot est assez désobligeant, en vrai c’est plus un synonyme d’avorton.

Un exemple cocasse : « Le gars vit chez ses parents à 40 piges c’est un foutriquet de l’espace. »

A ne pas confondre avec : « grille-pain » parce que ça n’a rien à voir.

La langue française est pleine de mots drôles, elle devrait trop faire du stand-up celle-là.