« Gnagnagnagna la langue française cé tro duuur, ouin ouin ouin, je kompran rien. » Rah, c’est bon ! Arrêtez de vous regarder le nombril et de vous trouver des excuses pour justifier vos lacunes, un peu ! Y’a pas que nous qui parlons une langue compliquée, hein. Même en anglais, y’a quelques subtilités. Genre, des mots qui se ressemblent beaucoup, mais qui deviennent une insulte dès qu’ils sont mal écrits ou prononcés. Réfléchissez bien avant de commander un coca en terrasse… Simple conseil.

1. Beach et bitch

Beach : la plage.

Bitch : « salope ».

« I love going to the beach. » (J’aime aller à la plage.) : une activité très sympa.

« I love going to the bitch. » : une activité un peu plus illégale en France.

2. Coke et cock

Coke : un Coca-cola.

Cock : une teub.

« I would like a coke, please. (Je voudrais un coca, s’il vous plait) » : manière polie de demander un soda très sucré à un serveur.

« I would like a cock, please. (Je voudrais une teub, s’il vous plait) » : manière très polie, quoi qu’un peu trop directe, de demander un pénis, en terrasse.

3. Count et cunt

Count : compter.

Cunt : « chatte », « salope », « connard », « con(ne) »

« Let’s count from one to ten ! (Comptons de 1 à 10 !) » : peut facilement être demandé par un instituteur à sa classe de CP.

« Let’s cunt from one to ten ! (Allons chier de 1 à 10 !) » : ça n’a pas de sens. Sauf si vous êtes un groupe de 10, que vous avez chacun un chiffre attitré, et que vous partez sur un caca de groupe. Assez rare.

4. Wore et whore

Wore : prétérit irrégulier du verbe « wear », qui veut dire « porter ».

Whore : « pute ».

« She wore her bag. (Elle a porté son sac.) » : basique.

« She whore her bag. (Elle prostitue son sac.) » : parle-t-on d’un réseau de sacquereau ? (Maquereau, sac-ereau, vous l’avez ?)

5. Burger et bugger

Burger : bah… Un hamburger, quoi. Miam miam.

Bugger : « enculé ! »

« Oh, so cool! Two burgers for the price of one! (Oh, trop cool ! Deux burgers pour le prix d’un ! ) » : j’avoue, trop cool.

« Oh, so cool! Two buggers for the price of one! (Oh, trop cool ! Deux enculés pour le prix d’un !) » : bienvenue dans ma vie, en fait.

Crédits photo : Topito

6. Peace et piss

Peace : la paix.

Piss : pisser, « pisseuse », « pisseux ».

« Peace and love. (Paix et amour.) » : deux jolies choses pour une vie plus douce.

« Piss and love. (Pisse et amour.) » : je ne vois pas pourquoi les deux ne pourraient pas fonctionner ensemble. C’est sympa de pisser, hein.

7. Nub et nob

A nub : un bouton ou un nœud.

A nob : une verge.

« You’ve got a nub between your eyes ! (Tu as un bouton entre les deux yeux !) » : bah ouais, je sais, connard.

« You’ve got a nob between your eyes ! (Tu as une verge entre les deux yeux !) » : c’est de mon nez que tu parles comme ça, connard ?

8. Trump et tramp

Trump : ancien président américain, infâme personnage raciste, misogyne et fermé d’esprit. (Ouais, on dénonce, ouais. C’est Topi-Part ou quouaaaaa ?)

Tramp : s’il n’est pas utilisé de façon vulgaire, le mot désigne un SDF. Sinon, il veut aussi dire « traînée » ou « salope ».

Boh, finalement… Trump / Tramp, c’est un peu la même chose, non ? (ALLEEEEEZ, ÇA DÉNONCE ENCORE !)

9. Dig et dick

Dig : mot d’argot américain pour dire « kiffer ».

Dick : un ziziiii.

« She digs her party ! (Elle kiffe sa soirée !) » : trop contente pour elle.

« She dicks her party ! (Elle zizi/baise sa soirée !) » : ça n’a aucun sens…

10. But et butt

But : conjonction de subordination « mais ».

Butt : cul.

« I love you, but(Je t’aime, mais…) » : aïe. Ça sent mauvais. Ça pue la rupture, même. Courage.

« I love you, butt(Je t’aime, mon cul…) » : très important d’aimer son cul. C’est bien.

11. Sheet et shit

Sheet : feuille.

Shit : merde.

« Can I have a sheet of paper ? (Puis-je avoir une feuille de papier ?) » : mais bien sûr ! Plutôt A4 ou fiche bristol ?

« Can I have a shit of paper ? (Puis-je avoir une merde de papier ?) » : Non. Parle mieux, et on verra.

En revanche, vous pouvez tout à fait avoir besoin d’une sheet de paper pour nettoyer votre butt après avoir posé votre shit. Là, ça fonctionne.

12. Dickens et dickheads

OKKKKKK c’est un peu tiré par les cheveux, mais prononcez les, et vous verrez qu’à l’oral c’est quand même pas mal proche.

Dickens : grand romancier anglais, notamment auteur d’Oliver Twist.

Dickheads : têtes de bite/ tête de noeud.

« I’m a pretty big fan of Dickens ! (Je suis un grand fan de Dickens !) » : c’était bien ton bac L ?

« I’m a pretty big fan of Dickheads ! (Je suis un grand fan de têtes de bite !) » : chacun ses goûts.

Crédits photo (Domaine Public) : Jeremiah Gurney

13. Honey et horny

Honey : « miel ». Aussi utilisé comme petit surnom niais, « hey honey » c’est genre « salut, chéri / mon canard en sucre ».

Horny : terme d’argot pour décrire quelqu’un de chaud du uc.

« Hey, honey ! (Salut, chéri !) » : coucou mon petit sucre d’orge doré, ça va?

« Hey, horny ! (Salut, chaud du cul !) « : WOW WOW WOW, ON SE CALME DIRECT.

14. Tips et tits

Tips : conseils/pourboire.

Tits : nichons.

« Can I give you a tips ? (Je peux te donner un conseil ?) » : oh bah oui, dis-moi.

« Can I give you a tits ? (Je peux te donner un nichon ?) » : oh bah non merci, garde-les, t’inquiète.

15. Sound of the beach et son of a bitch

Sound of the beach : le son de la plage.

Son of a bitch : « fils de pute ».

« I love this sound of a beach. (J’aime ce son de la plage.) » : tu ne veux pas plutôt parler du bruit des vagues ? Dans ce cas, faut dire « waves » et pas « beach ». Petit tits, comme ça ! TiPS, pardon.

« I love this son of a bitch. (J’aime ce fils de pute.) » : ah bah oui, t’as l’air de bien l’aimer, oui. Ça ne fait aucun doute. Ça n’a pas du tout l’air toxique, tout ça.

Attention, ces petites ressemblances trompeuses existent aussi en Français ! Préferez toujours la fleur de Tiaré à la fleur de diarrhée.