Toi aussi tu es un inconditionnel des longs trajets en voiture, face à la route mais aussi à toi-même, perdu dans tes pensées en même temps que dans ta liberté ? Mais réveille-toi, pauvre parent égaré, tu n’es plus seul dans ta caisse, et, avec les enfants que tu transportes derrière toi, prépare-toi à une lente descente aux enfers.

1. Se taper la playlist de comptines à la c*n pendant 3h

Et même une fois le marmot endormi, quand tu zappes sur ton émission de radio ou sur ta propre playlist, vl’a ti pas que le saligaud, équipé de son radar te somme de remettre les petits patapons. Quiconque a déjà écouté « Il était un petit navire » et ses glauquissimes petites aventures cannibales tranquilou bilou comprendra notre détresse.

2. Se coltiner tous les jeux de voitures

Quand l’enfant s’impatiente, tous les moyens de diversions sont permis y compris bien sûr les innombrables jeux à faire en voiture. Un grand classique : compte donc les voitures rouges. Bah crois-le ou non c’est toujours à ce moment-là que tous ces petits frimeurs dans leur caisse rutilante se planquent et laissent le champ libre aux voitures grises. Sérieusement les gars ?

3. Entendre son enfant dire “Regarde-moi !” toutes les 5 minutes

En général, la demande se fera la plus insistante au moment où tu t’appliqueras à dépasser un poids-lourd en plein virage. Et si par miracle, tu arrives à tourner furtivement la tête pour éviter les hurlements imminents, tu observeras que, ah oui, c’est amusant oui, doudou lapin est suspendu à la poignée de plafond par ses oreilles… Si si, j’ai bien vu qu’il était à l’envers, oui, c’est amusant, oui. Sur l’échelle de l’adrénaline c’est un peu comme si tu passais du corps de Tom Cruise dans Mission Impossible 5 qui s’accroche à la porte extérieure d’un avion en plein décollage à celui du pauvre bougre dans Forrest Gump qui a eu le malheur de s’assoir sur le banc à côté de Tom Hanks et doit se coltiner toute son histoire de boîte de chocolats.

4. Faire des contorsions pour ramasser doudou qui est tombé par terre pour la millième fois

Tout en conduisant évidemment. Inutile de préciser que ladite peluche a trouvé le moyen d’aller se nicher pile dans l’angle mort et qu’il te faudrait détacher ta ceinture et conduire avec les orteils du pied droit pour la récupérer. Et tu sais quoi ? TU LE FAIS ! Parce que la perspective de passer le reste du trajet avec ton enfant en mode alarme incendie te semble sur le moment plus insurmontable que celle de te faire renverser par le camion qui fonce en sens inverse. Et puis, qui sait ? A force, tu finiras peut-être doublure de Tom Cruise dans Mission Impossible 4372 !

5. Conduire avec un petit seau de vomi coincé entre les cuisses

Oui ça se voit pas comme ça mais y’a une partie très positive dans l’énoncé : l’enfant a vomi proprement, dès qu’il a senti que ça n’allait pas, hop, la tête dans le petit seau de plage, c’est net et sans bavure, pas de siège à nettoyer à l’arrivée. Sauf qu’il te tend le seau tranquillement quand il a fini et que, autoroute oblige, tu ne peux pas t’arrêter avant la prochaine aire de repos pour vider le seau et euthanasier tes narines au passage. Le moment ou jamais de tester tes performances en apnée.

6. Passer devant un accident de voiture bien gore

Ça marche aussi avec un animal mort au milieu de la route (paix à son âme). C’est le moment d’user de tes meilleures techniques de diversions. Surtout on oublie le jeu des voitures rouges, toute la concentration doit se tourner vers l’intérieur de l’habitacle. Tu as la solution mais tu ne veux pas l’admettre. Allez, courage, on relance la playlist des patapons (alors que l’enfant avait enfin lâché l’affaire). “On tira à la courte pailleeeeu, on tira à la courte pailleeeeuu, pour savoir qui, qui, qui serait mangé, pour savoir qui, qui, qui serait mangé ohé ohééééééé !”

7. Voir l’enfant manger une vieille miette coincée sous le siège

Et quand on dit miette, c’est pour rester soft. En réalité, on ne veut pas savoir de quoi il s’agit, on l’a vaguement aperçu dans le rétro mais on a préféré se reconcentrer sur la route fissa. Entre la bête écrasée sur la voie du milieu, toutes entrailles dehors et ton aspirateur humain qui fourre on ne sait trop quoi dans sa bouche OKLM en se léchant les babines, on ne sait plus ce qui nous dégoute le plus. Que quelqu’un nous donne le seau s’il vous plaît !

8. Entendre la portière arrière s’ouvrir au beau milieu de l’autoroute

Keua ? Se pourrait-il que tu n’aies pas pensé à actionner la sécurité enfant ? Et puis d’abord, depuis quand ton petit bébé – d’amour, certes mais pas foutu d’aligner 3 pas sans réclamer que tu le prennes dans tes bras, depuis quand, donc, a-t-il compris le mécanisme d’ouverture de la poignée de la porte, bordel ? Cette pensée te fait autant flipper que la scène de Jurassic Park où le vélociraptor réussit lui aussi à ouvrir la porte. Décidément, les petits génies se sont donné le mot.

9. Subir régulièrement les disputes entre frères et sœurs

Ça n’est pas spécifique au trajet en voiture mais disons qu’en temps normal tu peux gueuler un bon coup et sommer tes rejetons d’aller régler leurs problèmes entre eux et surtout ailleurs que dans tes oreilles. Quand tu es coincé dans la voiture avec eux et que tu essayes de te concentrer pour ne surtout pas manquer la prochaine sortie d’autoroute, c’est un autre délire. On s’étonne d’ailleurs que les films d’horreur ne plantent pas plus souvent le décor de leur huis-clos dans une voiture. Un parent, deux enfants. L’éternité pour seul horizon. ANGOISSE GARANTIE.

10. Entendre son gamin dire qu’il a envie de faire pipi

Evidemment, vous avez déjà fait une pause il y a 20 minutes et tu prévoyais de rouler sans t’arrêter pendant les deux prochaines heures. Bien sûr que tu l’avais forcé à aller aux toilettes même s’il disait qu’il n’avait pas envie. Attends, non, c’est toi, chérie, qui y es allée avec lui, non ? Mais puisqu’on te dit que tu es tout seul dans la voiture avec ton môme, enfin ! Et meeeeeerrde. C’est bien le seul moment où tu regrettes l’époque bénie des couches-culottes. Et sinon, ça monte à combien sur l’échelle du WTF si on lui propose le seau ? Bon bon, d’accord, on a rien dit. Mais fallait tenter, non ? Non ?

Franchement, vu l’abnégation que ça demande d’envisager tout un trajet de voiture avec ne serait-ce qu’un enfant, est-ce que tu ne te rendrais pas le meilleur des services, à toi en même temps qu’à la planète, en optant pour le train ? Nous on veut juste aider, hein…