La politique c’est comme un covoiturage : quelqu’un conduit la voiture pour vous et s’occupe de gérer la plupart des choses sans que vous n’ayez à vous soucier du moindre truc. Bon en chemin c’est vous qui payez le péage, la bouffe (à laquelle vous n’avez pas le droit), l’essence, la voiture, les travaux sur l’autoroute et la maison dans le sud du conducteur où vous n’irez jamais mais voilà, c’est la règle. Et puis parfois le conducteur fait quelques entorses au code de la route mais ça va, vous allez pas faire chier, c’est pas vous qui conduisez aussi. Ces entorses, on va dire que c’est des mises en examen, et le conducteur ce serait le gouvernement. Vous voyez probablement où on veut en venir vu que le titre du top est évocateur alors ne perdons pas plus de temps.

1. Éric-Dupond Moretti : ministre de la justice

C’est toujours chiant quand on est ministre de la justice d’être soupçonné de « prise illégale d’intérêts », parce qu’on est quand même supposé incarner une certaine forme de droiture et de justice, vu que c’est le principe du ministère. Après est-ce qu’il fallait en attendre plus de quelqu’un qui a défendu les époux Balkany ? Peut-être pas.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Linelola54

2. Sébastien Lecornu : ministre des Outre-mers

Vous le connaissez peut-être pas, mais si vous collectionnez les cartes de ministres potentiellement corrompus il vous faut celle-ci. Lecornu est inquiété dans une affaire de prise illégale d’intérêts, comme Dupond-Moretti. Pas super original mais en même temps c’est l’un des classiques des ministres.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : GautierGadriot

3. Alain Griset : ministre délégué aux petites et moyennes entreprises

Carrément maintenant on peut être ministre de tout ce qu’on veut en fait, y’a plus de limites quoi. Alain Griset lui a été au centre de deux enquêtes pour abus de confiance parce qu’il avait oublié de déclarer quelques trucs au niveau de son patrimoine. Rien de très grave puisque c’est « une maladresse » d’après l’entourage du monsieur et en même temps oublier de déclarer 171 000€ c’est vrai que c’est juste maladroit. Après c’est toujours chiant d’être maladroit ou d’oublier des trucs quand on est ministre.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Teemo86

4. Gérald Darmanin : ministre de l'intérieur

Ici on change drastiquement de registre puisque Gérald Darmanin a été visé par une information judiciaire pour viol, ce qui est quand même un chef d’accusation d’une toute autre nature. Le ministre de l’intérieur a donc porté plainte pour « dénonciation calomnieuse » parce que beaucoup de gens critiquaient sa nomination au gouvernement. Par rapport à l’affaire de viol, tout ça.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Gezelin GREE

5. Éric Woerth : ministre du budget

Ministre du budget sous Nicolas Sarkozy (je sais pas si c’est littéralement sous lui) Éric Woerth a été mis en examen à l’époque pour avoir potentiellement fait une petite magouille fiscale en faveur de Bernard Tapis. Quand on est ministre du budget ça la fout mal, mais c’est pas grave parce que depuis il est Président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, donc il gère des trucs moins sensibles pour quelqu’un qui disait qu’il s’était « peut-être trompé ».

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : MEDEF

6. François Fillon : premier ministre

Bon alors lui vous le connaissez forcément c’est un peu le dracaufeu des ministres. Son attaque « Rends l’argent » fait bien plus mal à la gueule que n’importe quelle attaque de pokémons. Pour Fillon c’était détournement de fonds public (c’est un peu notre argent) avec la fameuse histoire des emplois fictifs, le meilleur épisode de la saison de la campagne présidentielle de 2017 clairement.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Marie-Lan Nguyen

7. Claude Guéant : ministre de l'intérieur

Vous vous rappelez de Claude Guéant ? C’était un peu le topiqueur des ministres. Lui il a été carrément condamné à une peine de prison, parce que des fois la justice ça marche un peu. Son délit était assez classique (enfin en politique entendons nous bien), encore une affaire de grosses thunes puisqu’il a détourné 5 000€ par mois pendant près de deux ans. En même temps c’est compliqué aussi quand on essaie de joindre les deux bouts avec un salaire à 8 000€ vous savez pas vous.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Claude_Guéant_-_1.jpg : ??????? ?. ?????????? ???????????? ??? ??????? from Greece

8. Jérome Cahuzac : ministre du budget

Déjà quand on ajoute « l’affaire » avant un nom de famille, c’est un indice pour dire que ça pue du cul. Pour Cahuzac c’était le strike : « fausse déclaration de patrimoine, fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale » (carrément le dernier c’est un crime on ne savait même pas qu’il existait). Du coup sa carrière n’est pas ouf depuis, il a bien fait un feat avec Vitaa mais c’était pas un carton.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Cyclotron

9. Les Balkanys

Ok là on arrive sur les Mew et Mewtwo du game, les pokémons les plus balèzes. Dans le milieu criminel même les voleurs trouvent qu’ils sont indécents. De la grosse condamnation de prison pour fraude fiscale, mais vu que la cantoche de la prison était pas folle on a réussi à faire sortir le bon Patrick de prison. C’est quand même cool d’être ancien ministre, carrément on peut faire sa peine de prison chez soi.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Matt92300

10. Manuel Valls : premier ministre

Bon il n’a pas réellement été mis en examen parce qu’apparement on ne peut pas mettre quelqu’un en examen parce qu’il est gênant, mais si ça existait il serait dans cette liste. Parce que c’est dur de compter le nombre de fois où il a été vraiment gênant lui.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Kommunikation BMW Stiftung Photographer: Lorenz Böck

Bon et encore on en met que dix parce que les top 100 c’est long à écrire. Sinon vous avez déjà vu les sosies de membres du gouvernement ? C’est fou.

Sources : L’Obs, Ouest-France (1, 2).