On dit que nul n’est censé ignorer la loi mais le problème, c’est qu’elle change tout le temps. Il y a des trucs interdits qu’on fait quand même parce qu’on n’est même pas au courant que c’est illégal et à côté de ça, il y a plein de trucs autorisés qu’on n’ose jamais faire. Il y a eu du nouveau en 2021 et on est là pour vous tenir au courant.

1. Manger devant son ordi au bureau n'est plus interdit

En février 2021, l’article du code du travail qui interdisait aux employés de manger à leur poste de travail a été supprimé. Tu ne le savais probablement pas parce que personne n’a jamais respecté cette loi mais avant cela, il était interdit de manger « à la va-vite » à l’endroit dédié au travail. Cette loi existait pour protéger les employés qui n’osaient pas prendre de pause déjeuner mais elle a été supprimée à cause d’une nouvelle loi contradictoire : il faut désormais être espacé de 2 mètres lorsqu’on ne porte pas de masque, surtout quand on mange. Covid de ses morts.

2. Il est interdit de mettre des tracts sur les pare-brise

Depuis le 1er janvier 2021, il est enfin interdit de déposer des tracts insupportables sur les pare-brise des voitures. Ça va drôlement nous manquer de devoir jeter des pubs pour des restos indiens ou des ventes exceptionnelles de tapis.

3. Les douches à l'italienne obligatoires dans les logements neufs

Depuis cette année, un arrêté prévoit d’obliger les propriétaires qui font des travaux chez eux à installer des douches à l’italienne. Cet arrêté concerne les gens qui habitent en rez-de-chaussée ou dans un immeuble accessible aux fauteuils roulants et qui comptent louer leur logement afin de développer l’accessibilité aux personnes âgées ou en situation de handicap. Ça fout de l’eau partout, certes, mais ça permet au plus grand nombre de se doucher plus facilement.

4. Tous les vélos neufs doivent être marqués

Pour lutter contre le vol et le recel de vélos, tous les vélos neufs devront désormais porter un marquage unique qui permet de les retrouver. Evidemment, tu vas quand même te faire piquer tes roues, ton guidon et ta selle et tu n’auras que tes yeux pour pleurer.

5. Deux repas par jour au Crous à 1 € pour les étudiants boursiers ou précaires

Pendant le Covid, l’Etat a mis en place des repas à 1€ servis par le Crous et tout le monde était bien content. Depuis septembre 2021, seuls les étudiants boursiers ou en situation de précarité peuvent bénéficier de ces repas pas chers et franchement, c’est déjà pas mal. Les étudiants riches en école de commerce peuvent bien se contenter des repas à 3,50€.

6. La fin des pailles et des touillettes en plastique

En 2021, de nombreuses restrictions ont été mises en place pour limiter la consommation de plastique à usage unique et c’est tant mieux. Les pailles et les touillettes jetables ne sont plus produites, tout comme les assiettes, gobelets et couverts jetables ou même les confettis. Après écoulement des stocks commandés avant 2021, tous ces produits en plastique seront interdits.

7. Le prix des clopes, encore et toujours

Sans surprise, le prix des paquets de clopes a encore augmenté en 2021. Selon les marques, les prix ont augmenté de 10 à 60 centimes : certains paquets coutent 10,50€ soit plus de 50 centimes la cigarette. Une bonne année pour arrêter de fumer.

8. La PMA de plus en plus accessible

Avant 2021, seuls les couples hétérosexuels avaient accès à la PMA (assistance médicale à la procréation). Aujourd’hui, les couples de femmes cisgenres et les femmes célibataires peuvent enfin demander cette procédure au lieu d’aller à l’étranger pour le faire. C’est une grande avancée même si certaines personnes, les hommes et femmes transgenres notamment, sont encore laissées de côté.

9. Le droit au syndicalisme pour les chauffeurs VTC

Pour protéger les chauffeurs VTC et les livreurs, des travailleurs très souvent précaires, ces derniers auront dès 2022 le droit d’élire des représentants syndicaux. Un établissement public a été créé spécialement pour veiller à la protection des délégués et réguler les relations entre les plates-formes et les travailleurs, c’est l’Autorité des relations sociales des plates-formes d’emploi.

10. L'âge du consentement fixé à 15 ans

Avant 2021, on considérait qu’un enfant pouvait être consentant lors d’un acte sexuel avec un adulte, il fallait donc prouver le viol devant la justice en expliquant que non, cet enfant de 8 ans n’avait pas envie de coucher avec un homme de 30 ans. Après des années de parlote, le Parlement a enfin adopté une loi qui fixe un âge en dessous duquel une personne mineure ne peut pas être considérée comme consentante : 15 ans (et 18 ans en cas d’inceste).

C’est quand même plus simple de lire un top que de regarder Public Sénat.

Sources : Service-Public (1) (2) Le Monde