Les volcans c’est vachement joli de loin mais personne n’a envie de se retaper le Pic de Dante pour de vrai (ni l’éruption volcanique, ni le film). Eh oui car les volcans ont une sale réputation, un peu comme les requins après les Dents de la mer. Et pour cause, des centaines de millions de personnes sont menacées par une éruption volcanique alors ça fout les miquettes. Mais revenons un peu sur quelques idées reçues dont souffrent les malheureux volcans. Sus aux préjugés.

1. Non, la lave ne jaillit pas toujours par flots

En réalité, les éruptions sont même un phénomène assez rare. En fait il faut voir les volcans comme des petites fractures de la croûte terrestre par lesquelles le magma, sous forme de lave, est parvenu à atteindre la surface. Mais la plupart du temps, la lave n’y parvient pas.

[Musique triste sur le magma qui galère à percer dans la vie]

2. Non, la terre n'est pas remplie à ras bord de magma en fusion

On a tendance à croire que sous une croûte terrestre de faible épaisseur se trouve du magma en fusion. Evidemment ce n’est pas le cas. Et d’ailleurs tant mieux, vous imaginez un peu si c’était le cas on flipperait trop à chaque enterrement de créer une éruption volcanique, ça foutrait un de ces bordels dans les cimetières… mais donc non ça ne marche pas comme ça. Certes notre douce planète est bien chaude en profondeur (allé michto ou koua la planét), mais le contenu est majoritairement solide.

Mais alors, comment se forme le magma boudiou ?

Bon alors déjà, le magma, comme vous vous en doutez c’est de la roche en fusion et comme vous ne vous en doutez certainement pas, le magma ne vient PAS du centre de la terre mais tout au plus de 100 km de profondeur. La roche, qui est sous pression (elle a plusieurs projets à rendre à son N+1 avant la fin de la semaine), décide parfois de rentrer en fusion pour former du… ? Bah du magma, suivez un peu. Ce magma étant plus léger que la roche solide, il remonte à la surface à travers les fractures qui le laissent se faufiler.

3. Non, les volcans ne sont pas tout le temps dangereux

Même si l’idée de vivre au pied d’un volcan en activité ne semble pas forcément lumineuse, les volcans sont le plus souvent inoffensifs (d’aucuns diraient qu’il en existe même de très sympas). Un volcan n’est dangereux presque que quand il rentre en éruption. Et quand bien même, il va de soi que les victimes de volcans sont moindres par rapport à la mortalité causée par la cigarette.

Ouais bon OK. Si ça vous gêne pas moi je vais quand même rester dans le Perche à fumer des clopes pour le moment.

4. Non, ce n'est pas la lave qui a tué les habitants de Pompéi

Si jamais un jour vous voyagez dans le temps, faites bien gaffe à ne pas vous retrouver en 79 après J-C au pied du mont Vésuve. On peut dire que les habitants de Pompéi et de Herculanum n’ont pas passé une bonne année 79. Mais si l’on a longtemps cru que les victimes étaient mortes prises au piège dans la lave, en réalité ce n’était pas tout à fait ça. Des chercheurs napolitains ont en effet émis une nouvelle hypothèse sur la probable première cause de mortalité : la déferlante pyroclastique. Un nom plutôt stylé (on y reviendra). C’est-à-dire un nuage de plusieurs centaines de degrés qui aurait envahi la ville avec un telle rapidité que ses habitants seraient décédés d’un choc thermique. Imaginez, en à peine quelques secondes vous passez de 25°C à 500°C ? Eh bien le sang bout, et les crânes explosent. Donc vous plaignez pas trop quand vous avez une migraine de gueule de bois.

5. Non, la fumée volcanique n'a rien à voir avec une fumée classique d'incendie ou de gâteau trop cuit au four

AAAAAAH, on y revient à notre nuage pyroclastique mentionné plus haut. On l’appelle aussi « nuée ardente » (terminologie française utilisée telle quelle en anglais). Ce joli nuage qui nous ferait de purs selfies méga stylés n’est pas aussi sympa qu’il en a l’air. Composé de gaz, de cendre et de morceaux de roche, le tout à une température de 300 à 500 °C, il avance à une vitesse pouvant aller jusqu’à 600km/h, son inertie lui permettant par ailleurs de longer toutes les surfaces terrestres (les montagnes pourront difficilement l’arrêter). Parfois une nuée ardente peut rencontrer une surface marine, les composés les plus lourds tombent alors au fond de la zone marine ce qui peut créer une onde de choc et un petit tsunami des familles.

On peut raisonnablement espérer ne jamais croiser un nuage pyroclastique.

6. Non, la lave n'est pas plus dangereuse que les lahars

KEUUUA ? Après les nuages pyroclastiques, il y a aussi des lahars ? Mais c’est quoi d’abord des lahars ?

Commençons par définir le lahar. Ce mot emprunté à la langue indonésienne désigne une coulée boueuse résultant de la rencontre entre les produits pyroclastiques et les débordements fluviaux (fonte de neige, pluie). Bref c’est un mélange de flotte et de cendre. Alors bien sûr on a tendance à flipper à la vue de la lave bien chaude mais le lahar, bien qu’il soit à une température vachement plus agréable pour prendre un bon bain de boue, arrache tout sur son passage tant il progresse à une vitesse folle. C’est donc plus le lahar qui tue que la lave.

En tout cas je me demande si les volcans c’est du lahar ou du cochon.

Retrouvez-moi tous les soirs sur scène.

Dans la cour de mon immmeuble.

SVP venez.

7. Oui, les lacs aussi peuvent être sujets à des éruptions volcaniques

On appelle ça des éruptions limniques. En fait un volcan, même s’il est en train de pioncer peut continuer d’émettre des gaz (dégueu, çui-là). Si un lac est au niveau de la sortie des gaz (mdr le prout), le gaz va alors se dissoudre dans l’eau du lac puis ressortir à l’état gazeux à sa surface. SAUF QUE, parfois le lac est très profond et les bulles de gaz n’ont pas le temps de ressortir à la surface et s’accumulent alors dans le fond pendant une longue période. Et au bout d’un moment ça pète.

C’est un peu comme si vous vous reteniez de lâcher une caisse après avoir bouffé de la tartiflette tous les jours pendant des années. Au bout d’un moment vous explosez.

Je suis pas 100 % sûre de ma dernière métaphore mais c’est pour l’image. Et l’amour du pet.

8. Non, les éruptions volcaniques ne se font pas toujours en haut des volcans

Même si dans l’image d’Epinal du volcan on a toujours en tête une éruption « on the top », il arrive que le volcan fasse des éruptions surprises un peu plus bas. C’est ce qui s’est produit au Mont Saint Helens en 1980 : un glissement de terrain a fait surgir le magma là où on ne l’attendait pas. C’est assez normal en fait puisque le boulot du magma c’est d’exploiter n’importe quelle faiblesse pour sortir, alors vous imaginez bien que cette grosse faignasse va pas forcément se prendre la tête pour aller jusqu’en haut de la montagne si jamais il peut trouver une porte de sortie plus proche.

Et enfin, n’oublions pas qu’il y a tout un tas de différentes éruptions volcaniques comme illustré ci-dessous :

Sources : National Geographic, Futura Sciences, Listverse