Vous le connaissez ce collègue sympathique, légèrement beauf aux entournures, qui vous croise quelques jours avant que vous ne repreniez le boulot, alors même que vous avez dormi 4H cette nuit et qui vous dit ce truc lunaire : « Profite bien de tes dernières grasses matinées ! » ? Euh… les gens savent-ils réellement en quoi consiste le si mal nommé « congé maternité » ? Parce que questions idées reçues on vous en a dégotées quelques unes pas piquées des hannetons.

1. Ce sont des vacances : FAAAAUUUUUX !

Alors oui, bien sûr on vous voit venir : « Bah, attends ça s’appelle bien congé maternité, non ? ». Mouais, alors déjà, partons du principe que le mot vacances n’aura jamais plus la même signification à partir de l’arrivée de l’enfant mais ça, à la rigueur, on l’a un peu cherché.

En revanche, le concept du congémat’ c’est plutôt destiné à survivre aux côtés d’un nourrisson. Pas tellement partir en vacances aux Maldives en étant pris en charge par l’assurance maladie.

2. C’est un truc de femmes : HEUM HEUM…

Bon, là encore, on vous voit venir : « Non mais ça s’appelle congé maternité, oui ou non ? ». Eh bien, effectivement, bien qu’on le déplore, le congé maternité est encore bien plus long que le petit congé paternité accordé au père (ou au second parent). Il est variable en fonction du nombre d’enfants à naître et du nombre d’enfants à charge mais démarre à minimum 16 semaines pour le congé maternité et a été allongé à (roulement de tambour…) 25 jours pour les hommes depuis le 1er juillet 2021 contre 11 jours avant. Alors oui, c’est mieux. Mais c’est encore très insuffisant.

3. Il est obligatoire : oui

Il se répartit entre un congé prénatal et un congé postnatal. Attention on va balancer plein de chiffres, accrochez-vous.

Dans le cas d’une grossesse simple, le congé maternité dure 16 semaines pour un premier ou un deuxième enfant : 6 semaines avant la naissance et 10 après. Toujours pour une grossesse simple, si vous attendez un troisième enfant il s’allonge à 26 semaines (8 avant la naissance et 18 après). Et si vous attendez des jumeaux… Vous gagnez avant tout le respect et l’estime infinie de tous les autres parents autour de vous. Ça ne sert pas à grand-chose mais c’est plutôt cool. Côté congé maternité vous avez droit à 34 semaines pour des jumeaux (12 avant et 22 après la naissance) et 46 semaines pour des triplés ou plus (24 avant la naissance et 22 après). Et pour la blague, vous voulez connaître la durée du congé paternité en cas de grossesse multiples ? 32 jours (contre 18 auparavant). YAAAAY.

4. Une salariée enceinte doit forcément révéler sa grossesse à son employeur : nope !

Enfin, disons qu’elle est tenue de le faire avant son départ en congé maternité – ce qui paraît assez logique. Ceci étant dit, la loi ne fixe aucun délai sur le moment d’informer l’employeur. C’est donc à vous de juger ce qui vous paraît le plus opportun en termes d’organisation. Et puis au bout d’un moment, on va pas se mentir, ça devient compliqué à cacher.

Crédits photo : Topito

5. Il est trop long, c’est compliqué pour l’employeur

Sérieusement ? En Suède, c’est 68 semaines (mais payé 80% du salaire) ! Et si on arrêtait de toujours trouver des raisons de faire culpabiliser les femmes ? L’OMS recommande un allaitement du nourrisson jusqu’à 6 mois alors qu’en France les femmes recommencent à travailler quand leur bébé a 2 mois et demi. Il suffit de faire un tour du monde des congés maternité les plus longs pour voir qu’on n’est vraiment à la masse en France.

6. Vous allez avoir plein de temps pour vous : oui et non

Alors entendons-nous bien : on ne parle que du congé prénatal hein. Dans le cas d’une grossesse qui se passe bien, ça peut effectivement être l’occasion de s’accorder un peu de temps pour soi et tester des activités comme le yoga prénatal ou l’aquagym pour femmes enceintes (on évite le MMA et de saut à l’élastique)… En réalité, entre les rendez-vous de préparation à l’accouchement, les examens sanguins, l’anesthésiste à consulter, les difficultés à dormir la nuit, sans parler d’un éventuel aîné à gérer, on se retrouve vite plus fatiguée qu’Usain Bolt au bout du 19ème titre olympique. Et c’est sans compter les femmes qui se retrouvent rapidement alitées ou vivent des grossesses pathologiques et à qui on donne ce fabuleux conseil : « Profiiiiite ! ». Bonne nouvelle, la défenestration est légale dans ce genre de cas.

7. Attention, ça passe très vite : oui et non

Elles n’osent pas toujours l’admettre mais certaines femmes, même une fois que leur bébé est né, se font royalement chier quand le chérubin pionce toute la journée et ne se réveille que pour qu’on lui torche le derrière… Sinon y’a aussi le profil de celles qui ont tiré le gros lot : les mamans de jumeaux, jackpot ! Elles auraient rêvé de s’ennuyer pendant leur congé maternité mais bizarrement, seule avec deux bébés qui ne dorment jamais en même temps. La vérité, et toutes les mères le confirmeront, c’est que tu ne te sens réellement en congé que lorsque le congé maternité s’achève et que tu reprends le travail. Manque juste un petit parasol dans le mug posé sur ton bureau.

Franchement, si vous trouvez encore le moyen de faire des boulettes quand vous croisez une femme en congé maternité, vous pourrez pas dire qu’on vous aura pas prévenu…