Faire bien son taf c’est bien. Faire trop bien son taf, c’est pas trop bien. Bon, ça passe toujours plus que les gens qui ont fait de la merde à leur premier jour de travail, mais quand même : les patrons n’apprécient apparemment pas trop le zèle. Faites comme les rédacteurs de Topito, faites le strict minimum, vous serez ainsi sûrs de conserver votre poste et de vous attirer l’amour de vos collègues qui ne vous verront pas comme de la concurrence. 100% satisfait ou licencié.

1. Un employé italien licencié pour avoir donné plus de 5 000 amendes

Année 2017 compliquée pour Francesco Bonanno, conducteur de train italien : alors qu’il pensait être élu employé du mois, il a tout simplement été viré pour faute grave, car il avait donné plus de 5000 amendes en quelques années, dont certaines étant des erreurs qui avaient dû être remboursées par la compagnie de train. Après une longue bataille judiciaire, Francesco Bonanno a finalement gagné le procès et la Cour suprême italienne a obtenu sa réintégration. Donc maintenant, ne fraudez plus jamais le train en Italie parce que Francesco sera dans les parages.

Il avait été renvoyé de la compagnie ferroviaire transalpine en 2017 car elle l'accusait de terroriser les passagers en faisant son travail trop méticuleusement

Posted by CNEWS on Sunday, April 24, 2022

2. Un employé Veolia qui a coupé l'eau d'un immeuble pour bien faire

En 2014, un employé de l’entreprise Veolia s’est dit que ça y est, l’heure de son augmentation était venue. Il a donc coupé l’eau d’un immeuble pensant qu’il y avait des impayés. Mais surprise, ce n’était pas le cas. Les habitants se sont donc retrouvés privés d’eau pendant toute une journée. Et bah super, comment on fait pour faire cuire nos farfalles maintenant hein ??

Eau coupée au Wiesberg : la bourde d'un employé Véolialire sur le web RL

Posted by Républicain Lorrain Forbach on Thursday, February 6, 2014

3. Un employé Apple menacé de licenciement pour avoir trop travaillé

En mai 2013, alors qu’Apple venait d’être condamné pour avoir fait trop travailler ses salariés de nuit, l’entreprise s’est encore illustrée par une belle performance. En effet, la boutique d’Opéra, à Paris, a convoqué Thomas Bordage, l’un de ses salariés syndiqués, pour un entretien avant sanction disciplinaire. Et devinez ce qu’il a fait ce vilain travailleur ? Eh bien il a bossé 20 minutes de plus que ce qu’il ne devait. Oui, oui, vingt petites minutes. L’employé risquait même le licenciement. Bon après, vous vous doutez bien que les 20 minutes étaient une petite excuse pour se débarrasser de ce salarié meneur de grève.

Paris : un salarié d'Apple menacé de licenciement pour avoir... trop travaillé >>http://bit.ly/17mjcgC

Posted by Le Parisien on Monday, May 13, 2013

4. Un employé Pôle Emploi licencié pour avoir dénoncé des anomalies dans les dossiers de certains allocataires

En 2020, Yann Gaudin s’est vu recevoir un courrier l’informant de son licenciement en tant qu’employé de Pôle Emploi. Le motif de son renvoi ? Une faute grave, qui n’est autre que celle d’avoir dénoncé des dysfonctionnements dans le versement de certaines allocations et des incohérences dans des dossiers relatifs aux intermittents du spectacle. L’entreprise lui reprochait d’avoir dépassé les limites de sa fonction et d’avoir donné des conseils à des intermittents pour leur permettre de toucher plus d’aides. Oh bah franchement, si on peut même plus aider les pauvres maintenant !

Licencié pour faute grave, Yann Gaudin veut continuer d'aider les intermittents

Posted by France 3 Bretagne on Tuesday, July 7, 2020

5. Un policier muté pour avoir dressé trop de PV

En 2013, un policier a été muté en interne à la mairie de Cannes pour avoir mis trop d’amendes depuis son centre de vidéoverbalisation. À l’époque, le maire de la ville et le directeur de la police municipale avaient demandé un assouplissement des contraventions. Pour punir le policier serial-verbalisateur, il aurait été renvoyé à son premier poste : l’accueil téléphonique. La mairie de Cannes s’est pour autant défendue en affirmant que l’ancien poste du policier avait été supprimé. Il faudrait s’entendre sur la version quand même !

6. Un employé du Hall Ségur a demandé à un artiste de mettre des strings à ses statues nues

En 2019, alors que l’artiste Stéphane Simon devait exposer ses statues au Hall Ségur, au siège de l’UNESCO, un employé lui a demandé de couvrir le sexe de ses statues avec des strings pour ne pas choquer la sensibilité des visiteurs. Tout serait partie d’un malentendu entre l’artiste, l’UNESCO et la ville partenaire d’Enghien-les-Bains, lors d’une réunion technique où l’idée de cacher les parties génitales des statues aurait été évoquée. C’est finalement cet employé de l’organisation qui, un peu stressé, a demandé au dernier moment de foutre des strings à toutes les statues. C’est vrai que ça fait moins vulgaire bien sûr.

Faites pas les oufs par contre, on sait tous qu’on serait aussi beaucoup trop zélés si on avait l’un des jobs de rêves que tout le monde veut avoir. Pas à nous, pas à nous.