On le sait, beaucoup de films subissent des changements de l’écriture jusqu’au tournage. Le scénario évolue, le réalisateur n’est pas satisfait ou les producteurs font pression pour qu’une happy end soit favorisée. Bon, des fois c’est juste que le monteur a malencontreusement effacé les bandes, du coup il re-filme la fin chez lui dans son jardin avec ses enfants histoire de sauver les meubles. Le top qui suit est aussi bourré de spoilers que la section des commentaires d’une vidéo youtube, tu es donc prévenu !

1. Pretty Woman

On connait tous l’histoire, Edward, un beau gosse super riche et célibataire particulièrement détestable tombe sur Vivian, une prostituée et décide de l’engager comme escort pour une semaine afin de la faire passer pour son ex-petite amie. Peu à peu il commence à s’ouvrir à elle et ils tombent amoureux. Le scénariste a avoué que dans la première version qu’il avait écrite, Edward finissait par jeter Vivian de sa voiture en lui tendant une enveloppe de cash avant de se barrer en 4ème vitesse laissant la prostituée en pleurs sur le trottoir. C’était quand même vraiment mieux.

Crédits photo (Creative Commons) : SnapSnap

2. Forrest Gump

Ce film a littéralement fait chialer tout le monde. Même Kim Jong Un, c’est dire. Adapté du roman de Winston Groom par le talentueux Robert Zemeckis, la fin diffère néanmoins entre les deux oeuvres. Dans le film, Jenny, l’amour de toujours de Forrest meure et le laisse seul élever leur fils. Alors que dans le livre Jenny se marie avec un autre homme ce qui est aussi bien triste. L’auteur a d’ailleurs très peu apprécié ce changement et avait commencé à écrire une suite au premier livre en faisant dire à son personnage « Ne laissez jamais quelqu’un faire un film à propos de votre vie ». Ambiance.

3. Shining

A peu près une semaine après la sortie du film en salle, Kubrick retira quelques minutes de la fin. Dans sa première version, juste après qu’on aperçoive le corps gelé de cet enfoiré de Jack Torrance, Wendy et son fils étaient amenés dans un hôpital local dans lequel ils apprenaient par le manager de l’hôtel que les enquêteurs n’avaient rien trouvé de suspicieux. Cela laissait penser que Wendy avait tout imaginé et changeait donc radicalement la vision de l’histoire. Il est à noter que l’adaptation dans son ensemble n’a pas du tout plu à Stephen King et qu’il avait presque intenté un procès à Kubrick. Bon après il s’est dit que c’était quand même sympa que plein de gens achètent son bouquin et qu’il gagne de la moula pour aller à la fête foraine.

Crédits photo (Creative Commons) : Warner Bros. Inc.

4. Fight Club

Bon tout le monde a vu ce film, et si c’est pas le cas posez ce walkman et cessez de vivre dans les années 80. Cependant la fin du roman et du film diffèrent légèrement. Dans les deux œuvres le protagoniste sans nom tire une balle dans sa propre tête pour se débarrasser de Tyler (ce qui est assez invraisemblable mais passons) mais dans le livre les bombes placées pour faire sauter les immeubles n’explosent pas. Du coup le type se réveille dans un hôpital psychiatrique encerclé par des gars du projet chaos qui veulent le faire sortir pour continuer la lutte. Dans le film les immeubles explosent et le héros saisit la main de cette bonne vieille Marla. L’auteur du livre a d’ailleurs déclaré dans une interview qu’il préférait la fin du film, bien joué Fincher.

5. The Mist

Ceux qui l’ont vu se souviennent de la fin du film tant elle est choquante. Franck Darabont, le réalisateur, avait à la base choisi de suivre la fin écrite par Stephen King. Piégés dans cette épaisse brume dans laquelle des bestioles étranges bouffent tout le monde, le héros tentait de survivre avec ses enfants et l’histoire se terminait lorsqu’ils se rapprochaient d’une base militaire, espérant être sauvés. Cette première version laissait donc le lecteur sur une fin ouverte, lui permettant d’interpréter lui même s’ils allaient survivre ou non. Mais Darabont avait bien envie que tout le monde chiale, du coup il a rajouté trois minutes pendant lesquelles le père de famille tue ses enfants et les autres survivants d’une balle dans la tête pour ne pas qu’ils se fassent bouffer juste avant que les militaires arrivent pour les sauver. C’est vraiment une fin duraille quand même.

6. Seven

Bon, celle là aussi on s’en rappelle comme d’une fin bien marquante. Et c’est justement la plus choquante qui a été choisie. Les deux flics interprétés par Morgan Freeman et Brad Pitt se retrouvent en pleine cambrousse guidés par le tueur John Doe. Ce dernier fait livrer un paquet a l’inspecteur interprété par Bradou et lorsque celui ci l’ouvre il y découvre la tête de sa femme. Certains représentants du studio avaient privilégié une fin dans laquelle le personnage trouverait la tête de l’un de ses chiens, pensant que cela passerait mieux auprès du public. Mais Brad Pitt fit pression pour que ce soit bien celle du personnage interprété par Gwyneth Paltrow qui soit dedans (c’est pas sa vraie tête hein, c’est un film). Résultat, on a tous vu la fin qui nous a traumatisé à douze ans et qui fait que ce film reste un chef d’œuvre.

7. L'effet papillon

Dans ce film le personnage principal remonte le temps et essaie de changer sa vie et le destin de la femme qu’il aime à travers des moments clés de son histoire. Sauf qu’il réalise bien vite que quoi qu’il choisisse il fait de la merde, un peu comme moi quand je cuisine. Sauf que lui la plupart du temps sa nana meurt, moi elle finit juste par vomir. Du coup il décide de ne jamais lui adresser la parole, comme ça tout le monde va bien. La fin les montre donc se croisant dans la rue et laisse espérer qu’ils vont s’adresser la parole. Mais dans la fin originale imaginée par le réalisateur, Evan décidait carrément de remonter le temps jusqu’au moment où il était encore dans le ventre de sa mère et de s’étrangler avec son cordon ombilical. C’est déprimant, c’est violent mais le film (qui est quand même très bien) aurait été plus mémorable.

8. Le retour du Jedi

Eh oui, même Star Wars devait avoir une fin différente. On se rappelle tous de cette happy end pendant laquelle les ewoks dansent et tout le monde est content. D’après le producteur Gary Kurtz, le personnage de Han Solo devait en fait mourir pendant le raid sur la base impériale. Mais George Lucas avait peur que cette fin ait un impact sur le merchandising et qu’on vende moins de figurines et de tee-shirts. Du coup il a préféré laisser vivre son personnage pour qu’un autre réalisateur le fasse crever des années plus tard dans un film dont je ne veux même pas parler.

Crédits photo (Creative Commons) : Theo's Little Bot

9. Clerks

Si vous n’avez jamais vu cette comédie de Kevin Smith, précipitez vous. Dans le film, deux personnages un peu ratés passent leur journée à tenir une petite épicerie. Le personnage principal, Dante, passe son temps à rappeler qu’il ne devrait même pas être là car il remplace un collègue. A la fin, leur journée bien merdique se termine sans heurt et c’est très bien puisque ça a permit d’avoir une suite au film quelques années plus tard. Sauf qu’à la base, Kevin Smith avait prévu une toute autre fin : un braqueur devait entrer dans l’épicerie pour voler l’argent de la caisse et tuait Dante en lui tirant dessus. Ouais, clairement on était pas prêts pour cette fin, et il a bien fait de la changer.

10. Blade Runner

Pour ce chef d’oeuvre de Ridley Scott plusieurs montages ont été réalisés comportant tout autant de fins. La première « vraie » fin à être montrée est celle dans laquelle Deckard et Rachel s’enfuient dans une voiture en pleine campagne sur la voix off d’Harrison Ford. Ridley Scott a catégoriquement refusé de tourner cette scène et la production a utilisé des images du film Shining que Kubrick n’avait pas inclus dans son montage final. La voix off d’Harrison Ford semble tellement mal jouée qu’on a l’impression qu’il met tout en œuvre pour que les producteurs refusent de la diffuser. La deuxième version est la director’s cut présentée en 1992 soit dix ans après la sortie en salle du film. Dans celle ci la voix off et la happy end disparaissent et une scène de rêve est ajoutée. Finalement, il faudra attendre 2007 pour obtenir la version validée à 100% par Ridley Scott. Dans cette « Final Cut », des scènes qui avaient été supprimées de la version américaine car jugées violentes ont été rajoutées et la scène de la mort de Zohra complètement retournée.

Bon y’a quand même deux ou trois fins bien choquantes non ? Après ça reste pas plus choquant et horrible que l’entièreté des Petits mouchoirs. Tu peux aussi aller voir les meilleures fins de films et aussi les films qui ont une fin ratée.