C’est le retour de l’été (si si, je vous jure, c’est vraiment l’été, ne vous fiez pas à la météo, fiez-vous à la date), et donc, DES FESTOCHES. Enfin, si y’avait pas le Covid, ça serait des festoches. Mais comme y’a le Covid, c’est juste le retour des gens qui râlent en disant « j’en peux plus d’attendre, j’ai trop envie que les festivals reviennent !!!!!! » Et si vous avez le seum de toujours pas pouvoir faire de vrai festoche comme à l’ancienne cette année, vous pouvez vous rassurer en vous disant que vous auriez pu vous retrouver dans un de ces festivals qui sont partis grave en couilles, et que finalement le Covid c’est pas si mal.

1. Redneck Rave

On commence avec un Festival que je suis vraiment dégoûtée d’avoir loupé. Dans le Kentucky, on peut s’attendre à tout, et du coup c’est même pas une surprise de voir que le Redneck Rave qui s’est déroulé il y a quelques jours et qui promettait « music, mud and mayhem » (en français « musique, boue et chaos », ce qui donne tout de suite envie de ne plus jamais parler française de toute notre vie).

Pour la musique et la boue, je ne sais pas, mais pour le chaos, ils ont l’air d’avoir tenu leurs promesses. Un homme a étranglé une femme pour une histoire de couverture, un festivalier a eu la gorge à moitié tranchée après une altercation avec son pote et un autre s’est empalé sur un poteau. Ah oui, et certains mecs ont aussi eu les doigts coupés.

Malgré tout, l’organisateur s’est félicité de ne pas avoir eu de mort cette année (contrairement à l’année dernière, après un accident de quad) et que « les deux amis avec la gorge tranchée ne sont pas repartis fâchés ». Moi c’est ce que j’aime, avec l’amitié. Tu me tranches la gorge, mais pas grave, je te pardonne.

2. Fyre Festival

En 2017, le Fyre Festival était LE festival qui avait tout pour attirer les foules. Dans un cadre idyllique sur une île perdue des Bahamas, les festivaliers s’étaient vus promettre des ateliers de yoga et de méditation le matin et des massages, du kayak et du beach-volley l’après-midi. Tout ça, entrecoupés par des concerts de Migos, Tyga, Blink 182 et autres chanteurs très sympathiques…

Sauf que voilà, le festoche a rapidement viré au désastre, avec des chiens errants, des terrains vagues, des vols, des tentes à moitié montées, pas d’électricité, et un personnel d’accueil incapable de livrer le moindre renseignement. Et en plus de ça, y’avait même pas Naps pour chanter la Kiffance. Bref, tu m’étonnes que les mecs qui ont payé entre 400 dollars et 12.000 dollars (oui, vous avez bien lu) ont eu un peu les boules. Et que Netflix en a profité pour faire un docu dessus.

3. Vestiville

En voilà un qui a voulu copier sur le Fyre Festival, le Vestiville, qui devait se dérouler à Lommel, a finalement été annulé, à 17h le jour-même, alors que des milliers de festivaliers étaient déjà présents sur le site. Le festival promettait de belles têtes (Cardi B, Maître Gims, Migos…). S’il y a une chose à retenir : arrêtez d’inviter Migos à vos festivals, ils sont toujours annulés quand ils sont sur la liste.

4. Tomorrow World

Pas de mec empalé ni d’annulation de dernière minute pour le Tomorrow World de 2015, mais quand même la pluie qui a ruiné le plaisir des amateurs de techno. Le terrain aménagé sur une ferme en Géorgie est vite devenu une mare de boue cauchemardesque. Ça a fait tellement de dégâts que le deuxième jour, les autorités ont limité les transports de navette vers Atlanta. Ça a eu pour effet d’augmenter considérablement les frais pour les Uber. Bref, beaucoup trop de boue. Mais toujours mieux qu’un mec empalé.

5. Bloc Festival

Imagine on t’invite à une soirée, mais l’alcool commence à manquer à partir de 22h30. Et bien c’est ce qui est arrivé aux festivaliers du Bloc Festival de 2012, qui ont vu leur première soirée de festival un peu raccourcie. Et, vu qu’ils n’avaient pas envie d’être nuls SEULEMENT sur ça, la sono était également de piètre qualité et l’endroit a été trop rapidement rempli, ce qui a fait qu’un tas de festivaliers se sont vus refuser l’entrée. Super l’ambiance. Même chez ma mamie y’a de l’alcool plus tard que ça.

6. Glastonbury

En 2005, le festival fêtait ses 35 ans. Mais ça, les dieux de la météo s’en foutent, car ils ont décidé d’en faire un festival de boue. La région n’avait pas connu de pareil déluge depuis plus de 15 ans, et bien sûr, c’est tombé sur la semaine du festival. Du coup, adieu le stationnement, adieu les tentes, adieu le fun. La foudre s’est aussi abattue sur les deux scènes, pour bien montrer que le festoche c’était le feu, quoi. Je vous invite à regarder la vidéo, ça s’apparente plus à un weekend chasse et pêche qu’à Coachella.

7. US Festival

Steve Wozniak n’a pas QUE créé Apple. Il a aussi créé un festival. Son festival rassemblait U2, David Bowie, The Clash… Tellement, que même AVANT le commencement du festival, le promoteur avait déjà empoché 13 millions de dollars sans vendre un seul billet. La foule a bien été au rendez-vous avec près de 160.000 personnes le premier jour, ce qui était cool. Ce qui était moins cool, c’était de voir le double de personnes rappliquer le lendemain. L’endroit était loin de pouvoir accueillir autant de monde, et les épisodes de violence sont vite arrivés. Beaucoup de festivaliers ont aussi été intoxiqués à la coke. Et la coke, c’est vraiment caca. Bon Steve, heureusement que tu t’es pas autant foiré avec Apple.

8. Woodstock

A ne pas confondre avec l’édition emblématique 30 ans auparavant, le festival de Woodstock 1999 a été légèrement chaotique. Graves pénuries d’eau, installations médiocres, surpopulation, destruction, incendie, et agressions sexuelles, sont-ils des mots qui vous donnent envie ? Car si la réponse est négative, il ne fallait pas être présent à cette édition du festival. Dommage pour la réputation du festoche, ternie après cette édition.

9. Electric Daisy Carnival

L’an 2010, l’édition de l’Electric Daisy Carnival qui se déroule à Los Angeles, enregistre sa meilleure audience avec près de 185.000 personnes présentes. Le problème justement, c’est qu’il y a tellement de monde que la sécurité ne prend pas la peine de vérifier les cartes d’identité de tout le monde, et laisse passer des mineurs dans le festival, encourageant même d’autres personnes à venir en franchissant les barrières. Bref, gros chaos impossible à gérer par la sécurité, forte surpopulation et énormément de blessés.

10. Zoo8

Le Zoo8, qui s’est tenu en 2008, n’a pas complètement satisfait les fans non plus, par rapport à la qualité du festival, la sécurité sur place, et le rapport qualité-prix du festoche. Certains musiciens se sont désistés le jour même, d’autres n’ont pas voulu jouer car ils n’étaient pas payés assez, et l’une des scènes a dû être fermée à cause d’un mat défectueux. Il y a eu des retards de 5 heures sur certains concerts, ce qui commence à faire en effet un peu beaucoup. Tellement nuls, que certains fans mécontents sont même allés jusqu’à jeter des bouteilles de pisse sur la scène. Alors, heureusement que tous les gens mécontents ne règlent pas leurs problèmes de la même manière, parce que les politiciens ne se seraient pas pris QUE des baffes, et ça aurait été un poil dégueu.

Très contente qu’il y ait le Covid pour nous empêcher de re-vivre ça, du coup.