Faut avouer que par les temps qui courent on a été obligés d’adapter nos occupations, nos modes de vies et même tout simplement notre quotidien à la situation du covid. Entre les confinements, le couvre-feu, les déplacements et les libertés, pas mal de choses ont été changées si ce n’est enlevées de nos vies. Eh bien c’est également le cas de certaines expressions, désormais jugées inadéquates, hors de propos ou qui ne respectent pas les gestes barrières et qu’il faut donc cesser d’utiliser sur ordre de l’Académie Française.

1. Ne pas quitter quelqu'un d'une semelle

C’est tout à fait hors de question. La distance de sécurité est d’un mètre de distance minimum et à moins de chausser très grand, mais genre vraiment très très grand, vous ne les atteindrez pas en vous distançant d’une semelle.

L’expression à utiliser à la place : « Ne pas quitter quelqu’un d’un mètre de distance minimum. »

2. À la queue leu leu

Déjà celle là elle ne veut rien dire donc on arrête une bonne fois pour toutes de l’utiliser. Et puis elle vous sert vraiment cette expression ? Non.

L’expression à utiliser à la place : « Marcher en file indienne, mais à des heures différentes et pas forcément dans la même ville. »

3. Cracher dans la soupe

J’ai connu un cuisinier qui faisait ça, c’était assez dégueu mais sa soupe était super bonne. C’est con du coup. Il est en prison maintenant. Je veux dire il est cuisinier en prison. Quoi qu’il en soit on n’utilise plus cette expression non plus.

L’expression à utiliser à la place : « Refuser avec dédain quelque chose de modestement précieux. »

4. Lécher les bottes

Je suis convaincu que cette expression a été inventée dans une boîte SM. Dans tous les cas elles n’est pas du tout hygiénique, covid ou pas covid d’ailleurs. Donc on zappe celle là aussi.

L’expression à utiliser à la place : « Un lèche-cul. »

5. Un lèche-cul

OUAIS DÉSOLÉ, je me suis rendu compte en écrivant le point du dessus qu’en fait on devait arrêter d’utiliser celle là aussi. Donc c’est relou j’avoue ça fait deux expressions assez proches qui dégagent.

L’expression à utiliser à la place : « Quelqu’un d’insupportable qui passe son temps à acquiescer tout ce que dit une personne et qui lui donne tout le temps raison en se soumettant à sa volonté. » C’est beaucoup plus long je sais. Mais c’est covid free.

6. Pisser dans un violon

Ouais alors celle ci c’est pas vraiment sur le côté covid c’est juste moi qui en ai marre. Je veux dire un violon c’est quand même un truc assez cher et si jamais on l’oublie au conservatoire on aimerait bien le retrouver sans qu’un gros dégueulasse ait pissé dedans, ok ?? Pourquoi c’est toujours les violonistes qu’on vient emmerder et pas les pianistes ?

L’expression à utiliser à la place : « Chier sur un piano. »

7. Une couille dans le potage

Le cuisinier dont je parlais plus haut faisait ça également. Il foutait littéralement une de ses couilles dans la soupe et le servait tiède. Le potage aux couilles qu’il appelait ça. Il est en prison maintenant. Je veux dire il est vraiment en prison en tant que prisonnier. Les autorités se sont rendues compte qu’il faisait ça après coup et il a été re-jugé.

L’expression à utiliser à la place : « Il y a manifestement un problème, Francis. » L’académie française insiste bien sur le fait que « Francis » n’est pas placé ici à titre d’exemple mais est fixe dans la nouvelle expression. Si votre interlocutrice s’appelle Chantal, vous lui direz donc « Il y a manifestement un problème, Francis, Chantal. »

8. Avoir quelqu'un dans les pattes

Bon, celle-ci beaucoup de gens qui ont des enfants l’utilisent relativement souvent donc ça va être chiant de s’en séparer. Mais désolé, elle est pas jugée « tous anti-covid ». Donc on l’efface de notre vocabulaire.

L’expression à utiliser à la place : « Devoir s’occuper de quelqu’un qui n’est pas là. »

9. Les doigts dans le nez

Alors celle là niveau hygiène elle est déjà limite en temps normal donc on peut clairement l’oublier. Et d’accord elle montre la facilité d’une tâche genre « si je peux le faire avec les doigts dans le nez c’est facile », mais quelle que soit la tâche en question je pense qu’il n’est ni utile, ni franchement propre de la faire de cette façon.

L’expression à utiliser à la place : « Les doigts dans le c » ah oui nan, alors autant pour moi on la garde celle ci.

10. Coller aux basques

Déjà je ne vois vraiment pas pourquoi on irait se coller aux basques, je veux dire ces gens n’ont rien demandé, ils sont juste tranquillement chez eux en train de manger de l’etorki. Donc on les laisse tranquille.

L’expression à utiliser à la place : Se rapprocher, mais à une distance respectable, d’un habitant de la partie occidentale des Pyrénées-Atlantiques.

Comme quoi même notre noble langue est vouée à évoluer en fonction de notre époque et c’est assez normal quand on y pense. Du coup pour les autres expressions vous pouvez continuer à les utiliser jusqu’a nouvel ordre. « Jusqu’a nouvel ordre » vient d’ailleurs à l’instant d’être interdit d’utilisation, désolé.