Ah bah voilà, on y est. C’est l’automne, ton enfant a la morve au nez, ça coule de partout, et ça colle. Charmant, n’est-ce pas ? Mais en dehors de ça, comment fait-on pour le soigner, et le soulager le morveux ?

1. Le moucher

Bon le problème, c’est qu’en fonction de son âge, ça peut être un peu galère. Bah oui, un bébé ne sait pas attraper un petit mouchoir, le coller sur son petit nez, et souffler tout seul dedans. C’est pas pratique les bébés. Du coup, il faut le moucher vous-même en utiliser la fameuse technique de la pipette de sérum phy, tête sur le côté, hurlements de l’enfant inclus. Mais au moins, ça dégage tout ce qu’il y a dans le pif et ça évite les complications. Pour les plus grands, c’est plus facile de leur dire « souffle ! Non mais souffle fort ! » en lui collant un mouchoir sur le pif.

2. S’il a beaucoup de fièvre, un petit coup de paracétamol

Le rhume peut donner de la fièvre, et c’est pas très agréable. Même si la fièvre est importante car elle est une réponse du corps qui se bat contre l’infection, il est recommandé de la faire baisser si l’enfant ne la supporte pas. Une dose adaptée à son poids toutes les 6 heures et hop, c’est reparti pour un tour. APRES JE PRECISE QUE JE NE SUIS PAS MEDECIN. Donc pas de blagues, le mieux c’est avant tout de demander conseil au pharmacien et à votre médecin si vous avez un doute.

3. Molo sur les lavages de nez

Parce qu’ok, Jean-Phallus est tout encombré, mais c’est pas non plus une solution que de lui enfoncer des pipettes ou du spray nasal dans le pif toutes les 10 minutes. Au mieux, il vous détestera, et au pire ça lui fera mal aux muqueuses, ces pauvres petites choses fragiles.

4. On peut oublier les antibiotiques

Parce que les antibiotiques, c’est pas automatique. Et c’est surtout inefficace contre les virus. Le rhume faisant partie de cette catégorie, les antibiotiques n’auront aucun effet pour soulager le précieux héritier. De toute façon, on ne prend jamais d’antibiotique sans l’ordonnance d’un médecin, donc la question ne se pose même pas.

5. Consulter si ça persiste

Ce qui peut n’être qu’un simple rhume peut s’aggraver rapidement, surtout chez les plus petits, et il ne faut pas hésiter à consulter si la toux persiste ou que l’enfant a mal aux oreilles. Si la fièvre est trop présente et que vous ne voyez pas d’amélioration de l’état de votre précieux chérubin, prenez rendez-vous chez votre pédiatre.

6. Bien l’hydrater

Quand on est enrhumé, on peut avoir l’appétit coupé, et l’envie de boire qui passe à la trappe. Or, un enfant se déshydrate facilement et rapidement, même en hiver.

7. Ne pas utiliser le même mouchoir

Sauf si vous avez envie que son rhume ne s’étale sur 6 mois, mais bon j’imagine que ce n’est pas votre cas. Le principe du mouchoir à usage unique, c’est qu’il se jette à chaque fois qu’il a été en contact avec la morve de votre môme. Sinon vous pouvez être sûr que le virus va planter sa tente et rester là, pépouze, sans bouger.

8. Surélever son lit pour dormir

Son lit ou son matelas, bref tout ce qui peut faire dormir votre enfant en étant pas totalement à plat dans son lit. En étant légèrement surélevé, les fluides stagneront moins dans son pif, et sa respiration sera facilitée. Petite astuce : glisser un oreiller sous le matelas de l’enfant, ça peut aider.

9. Vérifier la température de sa chambre

Vous vous dites peut-être que chauffer sa chambre au max aidera votre gamin à guérir plus vite. Eh bien non. Sa chambre doit être régulièrement aérée et être à une température de 19°C, pour que ses muqueuses ne s’assèchent pas encore d’avantage.

10. Un petit grog avec du rhum, et ça repart

Non, c’est une blague, on ne donne pas d’alcool aux enfants, c’est mal hein.

11. Vous moquer de lui parce qu'il galère à parler

Et vous, vous faites quoi pour soulager le rhume de votre enfant ?