Il y a quelques temps déjà, je vous avais parlé des destins de mascottes de céréales, ces personnages qu’on a cru connaître pendant des années alors qu’ils menaient une vie secrète inconnue du grand public. Aujourd’hui, le temps est venu de s’intéresser à toutes ces autres mascottes qui ont fait pas mal de télé et qu’on pensait bien connaître. Elles aussi ont vécu des parcours exceptionnels et parfois tragiques hors du champ des caméras. Ces destins, je vais vous les raconter.

1. Le pouce de Société Générale

Sur-médiatisé dans la fin des années 2000, le Pouce a, étrangement, pris la grosse tête. Pour lui, fini l’auto-stop : après le succès, c’était voiture avec chauffeur qui lui obéissait au doigt et à l’œil. Mais la gloire n’est pas éternelle, et le Pouce fut évincé des pubs par la direction qui lui a fait un gros doigt. Livré à lui-même, ses pires traumatismes sont remontés, parmi lesquels ce jour où il a été séparé du reste de sa main par une scie circulaire. Le Pouce a mal tourné, a poursuivi sa déchéance, et, lorsqu’il a mis fin à ses jours en 2016, personne n’a levé le petit doigt pour l’en empêcher.

2. Le bonhomme vert de Cetelem

Crédito, de son vrai nom, est le fruit d’une histoire d’amour immorale entre un homme un et buisson. Ses origines, il a appris à faire avec dès sa plus tendre enfance. Il a reçu une bonne éducation et a toujours su rester proche de ses racines (du côté de sa mère, donc). Aujourd’hui, la star incontournable des crédits ne cesse d’être imité mais n’est jamais égalé. Mieux, il peut maintenant tourner en dérision ses plagiaires dans ses publicités pour rester tranquillement assis derrière son bureau à fumer des cigares pendant que son empire poursuit son expansion. Mais attention aux braises, car Crédito n’est pas ignifugé.

3. Le lapin de Duracell

Diagnostiqué hyperactif à l’âge de deux semaines (les lapins grandissent vite), la mascotte de Duracell a toujours eu de l’énergie à revendre. Cette vitalité, il la met à profit en dehors des plateaux de tournage pour s’engager dans des tas d’actions humanitaires, quitte à délaisser ses 12 femmes et ses 426 enfants (c’est un chaud lapin). J’ai eu l’occasion de le rencontrer, photo à l’appui, et ce que je peux vous dire, c’est que ce mec est une vraie pile électrique.

4. Bob l'ours bleu de Butagaz

Élu « Ours le plus sympa du Monde » seize années consécutives, et doté d’un charisme hors du commun, Bob n’en est pas moins un être complexe, pétri d’insécurités. Son succès, il ne l’a jamais vraiment digéré, et son rêve le plus cher serait de vivre à l’état sauvage parmi ses frères, les ours, dans les Alpes ou les Balkans. Malheureusement, il sait qu’après toutes ses opérations pour devenir bleu, il n’a plus aucune chance de revenir un jour parmi les siens. A deux griffes de la dépression, il continue à jouer son rôle, le poil luisant, mais le cœur triste.

5. Le chat de Feu Vert

S’il incarnait autrefois lui-même son personnage dans les différents spots publicitaires de la marque de pneus, le chat de Feu Vert a aujourd’hui été remplacé par un homologue virtuel. Et pour cause : notre célébrité a péri contre le pare-choc d’une voiture un soir de juillet sur la départementale 119 reliant Chavenay à Hargeville. Le conducteur incriminé, pourtant sobre lors des faits, n’a pu freiner à temps. Ironie du sort, l’enquête a démontré que son véhicule était équipé de pneus usés. Repose en paix, la petite patte de l’expert.

6. La Vache Qui Rit

Récemment dénoncée par sa grande rivale, la vache de chez Milka, la Vache Qui Rit a fait l’objet d’une perquisition qui a permis de révéler le secret de son hilarité ininterrompue : la mascotte est une grande consommatrice de protoxyde d’azote, plus connu sous le nom de « gaz hilarant ». Son procès est aujourd’hui encore en attente, mais ce qui est certain, c’est que le visage de la Vache Qui Rit n’est pas près de retrouver ce sourire hautain qu’il arborait constamment. Il faudra peut-être songer à changer de nom.

7. La mycose maléfique de Novartis

Après avoir traumatisé toute une génération de téléspectateurs dans cette pub où il soulevait un ongle pour s’y incruster, le méchant champignon s’est payé des vacances paisibles dans le pédiluve d’un camping deux étoiles de Provence. A la fin de l’été, il a élu domicile sur le gros orteil d’un touriste allemand avant de mourir quelques semaines plus tard sous l’action d’un puissant antifongique dans la banlieue Sud de Munich. Un destin triste, mais amplement mérité.

8. Le Bibendum Michelin

Quand il n’est pas en tournage pour des publicités, le Bibendum Michelin loue ses services sexuels à de riches clients de la marque. Pourtant dénué d’appareil génital, il assure pouvoir donner du plaisir à n’importe qui et assume à 100% cette double vie critiquée par beaucoup. Lorsque je l’ai contacté pour lui demander comment il voyait l’avenir, il m’a répondu, avec beaucoup de sagesse : « Vous savez, avant d’essayer de voir l’avenir, il faut déjà essayer de voir le présent. » J’ai pleuré pendant une semaine.

View this post on Instagram

Bibendum #bibendummichelin

A post shared by El Bandido Cucaracha (@misterfotoss) on

9. Monsieur Propre

Cet homme, dont la fortune personnelle est estimée à plus de 160 millions d’euros, ne mène pas une existence paisible. Il reçoit encore chaque semaine une dizaine de lettres d’insultes de la part de chauves qui lui reprochent ces comparaisons constantes avec lui dont ils sont la cible. Le maître de la propreté a sali leur image, et il s’en veut. Il voudrait porter un postiche pour laver cette injustice, mais la marque lui interdit. Aidé de ses meilleurs avocats, il s’arrache actuellement les cheveux pour trouver une faille dans son contrat.

10. Monsieur Malabar

L’homme blond et musclé présent sur les emballages de chewing-gum n’a jamais supporté d’avoir été remplacé en 2011 par un chat avec des lunettes de soleil à l’apparence festive et décontractée. Au chômage, il s’est consacré à temps plein à sa passion première, le culturisme, qui est devenue peu à peu une obsession. Jusque là doté d’un physique avantageux acquis naturellement, notre ami a commencé à se gaver de stéroïdes avant de succomber, il y a un an, à une crise cardiaque, dans le silence médiatique le plus total. On ne peut pas juger ce qu’on n’a pas vécu, alors contentons-nous de le regretter.

Maintenant vous savez tout.

Allez voir aussi ces photos traumatisantes d’enfants avec des mascottes, puis découvrez les mascottes du metal qui sont aussi un peu flippantes.