Salut, c’est la fin du monde. Le dernier rapport du GIEC nous annonce (pour la énième fois) un avenir plus que sombre si les choses ne changent pas immédiatement. A ceci on ajoute que Poutine est rentré en guerre contre l’Ukraine.

Sur ce dernier point, pas mal de conséquences sont déjà palpables dans le quotidien des Français (et de plein d’autres gens, mais il se trouve qu’on aime bien parler des Français parce qu’on va quand même pas s’intéresser aux autres non plus faut pas charrier). Si l’on en croit les prévisions de l’INSEE, la guerre en Ukraine pourrait faire reculer de 0,2 % le pouvoir d’achat des ménages français. NON MAIS WHAAAAAAAT ? Quel enfer. Abusé les Ukrainiens.

1. KIKOU LE PÉTROLE

Quoi ? Le prix de l’essence a augmenté ? Ah bon ? J’avais pas du tout remarqué ! HAHAHAHA. Oui je ris jaune, voire je riz sauté. Vous n’êtes donc pas sans savoir que le prix de l’essence a dépassé les 2 euros du litre. Alors 2 euros comme ça, ça semble pas cher mais vu qu’on met rarement juste un litre dans son véhicule, ça peut vite coûter un bras. Et vu que le pétrole ça sert pour tout un tas de trucs, on peut raisonnablement estimer que ces augmentations auront des conséquences sur à peu près TOUT.

2. Le gaz (et pas les gaz MDRR HAHA VOUS L'AVEZ ?? (le rire avant tout!!!))

L’Union européenne c’est cool mais elle reste dépendante à 40% du gaz russe. Bien que ce chiffre soit une moyenne européenne (la France par exemple n’est dépendante qu’à 17 % du gaz russe contre la Finlande qui l’est à 100 %), ça reste beaucoup. Alors forcément, sans gaz russe on se prépare un hiver 2022/23 qui va piquer le porte-monnaie. Sortez vos pulls, car le prix du gaz a déjà augmenté de 75 % (source).

3. Le maïs

« Mouaif le maïs qui augmente, franchement je m’en fous, j’en mange jamais sauf les épis de maïs braisés vendus dans la rue mais au pire ça va je m’en passerai », vous dites-vous égoïstement et naïvement.

Si le maïs est une des céréales les plus cultivées dans le monde, l’Ukraine en est le 4ème exportateur mondial (et fournit 45 % du marché européen). La situation actuelle a donc des conséquence sur son prix : le cours du maïs a augmenté de 100 euros la tonne. Et bien entendu, les conséquences sont à évaluer au niveau industriel puisqu’on a besoin de maïs pour tout un tas de choses comme par exemple…

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Aristidek5maya

4. ... La viande

ALORS LÀ JE DIS NON.

Et pourtant si. Non pas qu’on importe de la viande de l’Ukraine ou de la Russie mais l’augmentation du coût de l’énergie et des céréales a nécessairement des conséquences sur les exploitations du bétail. Eh bah oui ça coûte cher de chauffer un bâtiment et de nourrir les bêtes. Il se pourrait bien à terme que le prix du jambon augmente de 30 %. Donc c’est le moment ou jamais de devenir vegan, la vie n’en sera que plus douce.

5. Le blé

Bon pour le coup le blé avait déjà pas mal augmenté depuis le début de l’année, mais la situation en Ukraine n’a naturellement rien arrangé. Et si cette augmentation vous semble abstraite, vous allez vite comprendre pourquoi elle a des conséquences directes sur notre vie de tous les jours…

Notons par ailleurs que dans le cas du blé ce sont surtout de nombreux pays d’Afrique très dépendants des exportations russes qui risquent de se retrouver dans une impasse très prochainement…

L’inquiétude grandit avec l’envolée des cours de cette matière première essentielle, qui a augmenté de 70 % depuis le début de l’année.

Posted by Le Monde Afrique on Wednesday, March 9, 2022

6. ... Et donc la farine

Ouch là ça commence à faire mal. Bon, dans l’immédiat pas de conséquences sur le prix à prévoir parce que les meuniers ont déjà des réserves sur les prochains mois, mais quand il faudra renouveler les stock, ça risque de faire très mal et il faudra probablement compter 30 % d’augmentation du prix de la farine.

7. ... Et du coup forcément le pain

L’indice du cours de la baguette, c’est certainement le référentiel le plus parlant quand on parle d’augmentation des prix. Là encore, il est probable qu’on se prenne 5 à 10 centimes dans la face. Sur une baguette, pas un drame, mais quand on mange du pain à tous les repas on le sent vite passer.

Crédits photo : Topito

8. L'alluminium

Pas beaucoup de conséquences sur vos courses je vous le concède, mais beaucoup de conséquences sur les travaux et donc le secteur du bâtiment. Par exemple, cette flambée de l’alu a des conséquences directes sur le prix des fenêtres et des pergolas.

Alors si vous êtes locataire dans une chambre de bonne, vous n’en aurez peut-être rien à secouer mais pensez un peu aux gens qui possèdent des résidences secondaires et qui peuvent pas aménager leur terrasse comme ils le souhaitent. Une pensée pour eux…

Tout ça ne pèse pas lourd à côté de la situation dramatique que vivent les Ukrainiens, voilà pourquoi vous pouvez aussi retrouver nos conseils pour venir en aide à l’Ukraine.

Sources : France 3, France TV Info, La Dépêche, Actu