Vous pensez que les scores avec 10 buts d’écart ça n’existe que quand vous regardez l’équipe de votre petit cousin Tom se faire défoncer ? Eh bien détrompez-vous ! Les plus grandes compétitions et les meilleurs équipes ont elles aussi connu les pires branlées de l’histoire. Ce ne sont pas toujours les petites équipes qui prennent cher figurez-vous. Une pensée pour les Brésiliens qui ont subi l’humiliation de leur vie face aux Allemands lors de la coupe du monde en 2014.

Voilà un florilège des plus grande fessées de l’histoire de foot, mythiques ou juste avec des scores dignes d’un match de rugby, on s’accorde à dire que certaines équipes devraient penser à la reconversion.

1. Le mythique 7-1 de l'Allemagne face au Brésil à la Coupe du Monde de 2014

Forcément ce match arrive en premier dans ce top tant il a marqué les esprits. Le Brésil, 5 fois champion du monde, perd à domicile face aux Allemands dans un match lamentable où les Brésiliens se prennent 7 buts dans la gueule, coup dur pour l’équipe.

Lors de cette demi-finale rappelons que Neymar et Thiago Silva étaient absents, mais malgré ça, le Brésil n’a pas du tout joué à son niveau en faisant de graves erreurs défensives, et les Allemands eux, ont su être efficaces.

Voilà pourquoi le Brésil perd 7-1 lors de cette demi-finale, qui rentre dans l’histoire puisqu’elle représente le score le plus large jamais enregistré lors d’une demi-finale de Coupe du monde.

2. Le 149-0 (véridique) lors du match AS Adema contre le Stade olympique de l'Emyrne

Voilà, 149 buts en 90 minutes, faites le calcul mais ça fait environ un but toutes les 36 secondes, encore plus impressionnant que la branlée que votre petit cousin Tom s’est pris le weekend dernier.

Bon, ne vous méprenez pas il y a une raison derrière tout ça (non les joueurs ne se sont pas juste endormis sur le terrain). Le Stade Olympique de l’Emyrne, équipe malgache, a décidé de protester face à l’arbitrage en marquant volontairement contre leur camp. Cela fait suite au fait qu’un arbitre quelques semaines plus tôt ait détruit leur espoir de se qualifier en Ligue des Champions d’Afrique.

On vous l’accorde, c’est une manière un peu spéciale de protester étant donné que l’équipe s’est auto-humiliée en inscrivant un nouveau record de défaite dans l’histoire du foot dans une compétition officielle. Surtout que beaucoup de joueurs et de dirigeants se sont fait suspendre après ça. Bref, une grève c’est mieux les gars.

3. Le match Vanuatu-Micronésie : 46-0

Lors des Jeux du Pacifique en 2015, l’équipe de Micronésie a eu un parcours très très compliqué.

Après deux défaites 30-0 face à Tahiti et 38-0 face aux Fidji (jamais deux sans trois), l’équipe perd (encore) 46-0 face au Vanuatu. Des résultats pas fous qui font de l’équipe de Micronésie la pire équipe de l’histoire du foot (les pauvres, mais il faut toujours un dernier).

4. Le 9-0 de Manchester United contre Southampton

Comme je le disais même les « grandes » équipes se prennent des belles gifles. Et c’était justement le cas de Southampton face à Manchester United lors de la Premier League en février 2021 qui s’est quand même pris 9 buts dans la gueule.

5. L'Australie face aux Samoa américaines avec un score de 31-0

Même si l’Australie n’est pas forcément réputée pour ses qualités en matière de foot, face aux Samoas elle s’est tout de même transformée en adversaire plus que redoutable.

C’était lors des phases éliminatoires de la Coupe du monde de 2002 que l’Australie a éliminé les Samoas et a donc marqué l’histoire en établissant 2 nouveaux records : le plus gros écart de buts et le plus grand nombre de buts inscrits par un joueur (Archie Thompson). De quoi remonter un peu dans le classement Fifa (ou pas).

6. Le Bayern de Munich qui écrase Rottach-Egern : 23-0

C’est lors d’un match amical contre le FC Rottach-Egern (une club amateur, c’est important de le dire, faut pas qu’ils commencent à se pavaner) que les Bavarois se sont largement amusés et ont infligé 23 buts à leur adversaire avec un quadruplé de Tolisso et quatre triplés de Lewandowski, Leon Goretzka, Thomas Müller et Kwasi Otschi Wriedt.

7. Le Flamengo face à Greminho FC (équipes féminines) : 56-0

Chez les femmes, certains scores peuvent être aussi assez impressionnants. Lors du championnat féminin de Rio de Janeiro, les féminines de Flamengo se sont imposées 56-0 face à Greminho.

C’était en 2019 lors de la 3eme journée du championnat féminin de Rio de Janeiro. À la mi-temps le score était déjà de 29-0, et l’équipe des Greminho a tout de même décidé de continuer le match pour se prendre 27 buts ensuite, parfois il vaut mieux savoir s’arrêter.

8. Le PSG face à l'OM (équipes féminines) 11-0

Le 18 janvier 2020, le classico au féminin a été largement (et encore le mot est faible) dominé par les Parisiennes lors d’un match de D1.

Les joueuses d’Olivier Echouafni ont écrasé les Marseillaises 11-0 au stade Jean Bouin avec un triplé de Katoto et de Diani, deux doublés de Nadim et Baltimore et enfin un but de Formiga, les Parisiennes ne se sont pas privées.

9. La Hongrie face au Salvador en Coupe du Monde 1982 : 10-1

Lors des phases éliminatoires de la Coupe du Monde en 1982, la Hongrie humilie le Salvador dans un match que les Hongrois ont remporté 10-1. Néanmoins cette large victoire ne va pas tellement aider les Hongrois dans la compétition qui vont se faire éliminer dès le premier tour.

10. Le Nania FC face Okwawu United (31-0) dans le championnat Ghanéen

C’était en 2007 lors du championnat Ghanéen que le club d’Abedi Pelé, le Nania FC, affrontait le Okwawu United.

Il s’agissait d’un match décisif pour une montée en première division, le club devait rattraper le score impressionnant (28-0) de son principal adversaire : le Great Mariniers.

Finalement le Nania FC va créer l’exploit en battant le Okwawu United à 31 buts face à 0. La fédération Ghanéenne va trouver ça très bizarre, et sanctionne les 4 clubs pour ces scores un peu douteux (même si Abedi Pelé fera appel pour cette sanction). Dommage parce qu’il y avait du spectacle pour le coup.

Comme vous le voyez, certains matchs ont marqué l’histoire par la nullité des équipes, et c’est ça aussi la beauté du sport. Merci aux nullos.