« On récolte ce que l’on sème », dit l’adage. Alors… Répandez de la bienveillance, de la bonté, de la générosité, du partage, et de l’amour. Beaucoup d’amour. Et la vie se chargera de vous rendre la pareille. Semez donc des bonnes actions, jeunes cœurs innocents, et vous récolterez… Des amendes. Des condamnations. Des procès. Monde de merde.

1. Donner un Doliprane à un élève malade

Attention, il est important de nuancer un peu ce point ! Les enseignants ne sont, en effet, pas autorisés à donner des médicaments à leurs élèves de leur plein gré. En revanche, sous présentation de prescription médicale, ils peuvent aider un élève à recevoir le traitement ordonné par un docteur. (Source.)

2. Aider un migrant

En France, il existe une expression pour dénoncer les poursuites engagées contre ceux qui viennent en aide à des personnes étrangères en situation irrégulière sur le territoire français : le « délit de solidarité« . Selon l’article L622-1 du Céséda : « Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irrégulier, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 euros. » En revanche, la loi prévoit également que, à deux conditions, une personne n’est pas condamnable pour son aide apportée : si elle a fourni des conseils juridiques, des prestations de restauration, d’hébergement ou de soins médicaux pour assurer des conditions de vie dignes et décentes ou toute autre aide visant à préserver la dignité ; si son aide n’a pas donné lieu à une contrepartie directe ou indirecte.

Toujours est-il qu’à Calais, depuis septembre 2020, un arrêté préfectoral reconduit chaque mois interdit formellement de donner gratuitement à manger et boire à un exilé. Coût de l’amende : 135 euros. Le sens de l’entraide, de l’humanité et de la solidarité… WAW.

3. Appliquer de trop gros rabais à ses employés

En soi, ce n’est pas totalement interdit. Le Bulletin officiel de la Sécurité sociale précise que « Lorsque la fourniture est gratuite ou lorsque la remise dépasse 30% du prix de vente normal, il convient de réintégrer la totalité de l’avantage en nature dans l’assiette. » En gros : au-delà de 30% de rabais, l’avantage sera intégralement soumis à cotisations, et devra apparaître sur le bulletin de paie donc beaucoup moins intéressant.

Comment traiter les avantages en nature en #Paie ? #DroitSocial #Comptabilitéhttp://bit.ly/2tBxUUi

Posted by Compta Online on Wednesday, January 8, 2020

4. Faire cadeau d'une grosse somme d'argent à un ami

Donner de l’argent est bien plus compliqué qu’on ne le pense… Pour faire don, il faut remplir de nombreuses conditions. Si les sommes sont en adéquation avec la fortune de ceux qui donnent, alors on parle de « présents d’usage » qui n’ont pas besoin d’être déclarés au fisc. Pour cela, il faut d’abord être en mesure de prouver que le présent est fait à l’occasion d’un événement (mariage, anniversaire, fiançailles, baptêmes ou remise de diplôme, par exemple). Ensuite, le montant ne peut pas dépasser 1,5% du patrimoine du donateur. Notez qu’en France, vous n’avez même pas le droit d’avoir plus de 10 000 euros en espèces sur vous… SUPEEEEER, J’EN FAIS QUOI DE TOUT MON BIFTON, MOI, DU COUP ?

Une question que beaucoup d'entre vous se posent après les fêtes.

Posted by Europe 1 on Sunday, January 5, 2020

5. Payer le parcmètre pour un inconnu, aux USA

Des ordonnances locales existeraient dans certaines villes des États-Unis, interdisant aux étrangers de mettre de l’argent dans les compteurs d’autres personnes. Si certains parlent de légendes urbaines, d’autre en ont déjà fait les frais. L’histoire la plus connue est celle de « Twister » : en 1995, un homme déguisé en clown alimente le compteur expiré d’autres usagers à Santa Cruz, pour leur éviter une amende. Il est alors sommé de payer 13$, au motif d’avoir « enfreint la loi ». Levée de bouclier en Californie, différents habitants lui envoie de l’argent pour qu’il continue ses balades bienveillantes et son histoire fait la Une des journaux. Finalement, et devant une telle médiatisation, la ville finie par abroger la loi.

6. Nourrir les animaux errants

Selon l’article 120 du règlement sanitaire, le fait de nourrir les animaux errants est sanctionné par une amende pouvant aller jusqu’à 450 euros (art. 131-13 du code pénal). Oui, c’est super triste.

Elle doit payer 68€ pour "abandon de déchets" !

Posted by Nice-Matin on Saturday, April 23, 2016

7. Faire des appels de phares aux voitures en sens inverse pour les prévenir d'un radar

Ou de la présence de flics au prochain rond-point. C’est vraiment un moment d’une rare intensité, où on se sent gentil, bienveillant et un peu thug. Même si ça part vraiment d’une bonne intention, c’est en fait assez irresponsable : la présence des policiers n’est pas forcément liée à un simple contrôle de vitesse. Ils pourraient, par exemple, être à la recherche d’un criminel ou autres trucs un peu glauque, qu’on avorterait d’un petit appel de lumière… En soi, ce n’est pas illégal, aucun texte ne l’interdisant, mais simplement déconseillé.

8. Partager son compte Netflix avec un ami

« Le service Netflix, ainsi que tout contenu regardé via le service, est réservé à un usage uniquement personnel et non commercial et ne doit pas être partagé avec des personnes extérieures à votre foyer« , précise les conditions d’utilisation de la plateforme. Pour lutter contre cette pratique, Netflix n’exclut pas l’idée de faire payer le partage des mots de passe. Au-delà du fait que ça fasse perdre de la thunasse à l’entreprise, c’est surtout dangereux pour vos données. Mais bon… Honnêtement… Vivre dans le risque, c’est un peu palpitant, non ?

Attention si vous le faites

Posted by Ouest France on Friday, March 12, 2021

9. Déposer des livres dans la rue

Votre bibliothèque regorge de jolies histoires qui n’attendent qu’à être partagées avec les autres ? Vous décidez de faire acte de générosité en les offrants à qui le souhaite, en les déposant soigneusement au détour d’une petite rue de votre quartier ? C’est trop chou, trop chouette, et trop con de mettre des amendes pour ça… Mais ça arrive ! Cet acte citoyen a déjà été verbalisé à hauteur de 68 euros, considéré comme un « dépôt ou abandon d’ordures, de matériaux ou d’objet ». Heureusement, la mairie de Paris avait fait annuler l’amende.

#Paris : sa bonne action lui a coûté... une amende de 68 euros

Posted by Le Dauphiné Libéré on Friday, February 17, 2017

10. Bonus : faire une mixtape à un pote

Bon. Ok. Là, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitreeeeee. La « mixtape » c’est une cassette (ou un CD un peu plus tard) sur laquelle on déposait toutes nos chansons pref’ pour nous faire les meilleures compils de l’histoire des compils ! Aussi très utile pour déclarer sa flamme à son crush. Bref. C’était le cadeau le plus personnel, mignon et… illégal qu’on pouvait faire à un pote. Tout simplement car les morceaux étaient 9/10 fois téléchargés illégalement. Hihihi, oupsiiiie.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Conscious

Morale : quitte à faire des bonnes actions qui vous foutent dans la sauce et vous font perdre de l’argent, faites plutôt des fausses bonnes actions, qui vous font passer pour un gentil petit cœur alors que vous êtes un petit diable. Mouahahaha.