« Pas d’écran avant 3 ans ! » On nous le martèle suffisamment pour que ça ait bien imprimé dans nos cerveaux. Mais la grande question que se posent les parents qui ont autant de patience que Bruce Willis a de cheveux c’est : d’accord mais COMMENT QU’ON FAIT ALORS ? Une fois qu’on a épuisé notre stock de comptines et d’activités manuelles ludiques, il reste des astuces si on veut souffler deux secondes !

1. Le lave-linge qui tournoie

Effet hypnotique garanti ! Mais sans les inconvénients de la TV ou du smartphone. Toute cette eau qui tourbillonne derrière le hublot, c’est comme si vous ameniez votre enfant au grand aquarium de Paris mais sans raquer 20 balles par personne. Bon y’a pas de poisson à l’intérieur mais si vous glissez Doudou et quelques autres effets personnels de votre marmot, ça vaut tous les hippocampes et requins du monde.

Crédits photo (CC BY 2.0) : LGEPR

2. Le four qui fait de la lumière

Avec un petit tour de magie dedans genre des muffins en train de gonfler. Et si vous n’avez pas prévu de candidater pour Le Meilleur Pâtissier, saison 347, il existe de très bonnes préparations de cookies toutes prêtes au rayon frais qui seront aussi très ludiques à regarder gonfler. Bon évidemment on vérifie que l’enfant est en sécurité dans sa chaise haute si le four est en hauteur et que ledit four a bien une sécurité enfant… Laissons le pédo-cannibalisme aux contes chelous pour enfants type Hansel et Gretel.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : M.Minderhoud

3. Le miroir

On vous passe les explications sur le stade du miroir dont parlaient très bien Jacques Lacan et Françoise Dolto (en gros l’enfant capte que bah oui mon gars, c’est toi dans le reflet et tu as un corps et tu es bien distinct des autres, c’est ouf, non ?). Mais un enfant devant un miroir c’est comme un Ange de la téléréalité qui aurait découvert un nouveau filtre Instagram. Sauf qu’en général, les Anges ne vont quand même pas jusqu’à lécher l’écran, contrairement à nos chérubins qui ne reculent devant rien…

Prix : à partir de 269 chez Made In Design

4. La pile de journaux et de magazines à déchirer

Honnêtement on n’a pas idée du temps pendant lequel ça peut occuper un enfant en bas âge. On aimerait prendre le temps de s’en inquiéter – mon enfant est-il un futur psychopathe avide de destruction ? Mais on est trop content d’avoir pu aller aux toilettes sans que personne ne vienne ouvrir la porte et demander si on fait caca… Si vous venez de vous faire livrer de l’électroménager et que vous avez des gros blocs de polystyrène sous la main : jackpot ! Le seul inconvénient (et de taille) c’est que vous mettrez autant de temps à tout nettoyer que le temps pendant lequel ça l’aura occupé…

5. Du riz à transvaser dans des bols en plastique

Ça marche aussi avec des pâtes ou des lentilles. Ça a l’air tout bête comme ça mais les enfants adorent transvaser des trucs d’un contenant à un autre. A tous les coups, y’a moyen d’exploiter cette appétence pour y trouver votre compte mais on n’a pas encore trouvé comment.

6. Des rouleaux entiers de papier toilette

Bon, à utiliser avec modération parce qu’il s’agirait quand même de pas gaspiller le PQ à moins d’être vraiment au bout du rouleau (vous l’avez ?). Mais le rouleau de papier toilette est au petit bébé ce que la pelote de laine est au petit chaton. On peut l’attraper, le faire rouler, et même le déchirer et en foutre partout. Oui parce qu’avoir la paix, au cas où ne l’auriez toujours pas compris, ça se paie.

7. Les mobiles ou les livres musicaux

Pour les tout petits bébés le mobile musical au-dessus du tapis d’éveil reste une valeur sûre. Ça tourne, ça maintient le marmot en éveil, ça lui fait des trucs à essayer d’attraper. Après, vous pouvez passer à l’étape au-dessus : le livre musical, quand l’enfant arrive à appuyer tout seul sur les boutons pour déclencher la musique. On va être honnête avec vous : ça occupe moins que le PQ mais s’agirait quand même de les cultiver un peu ces petits morveux. En plus il y en a vraiment pour tous les goûts, de « Mes premiers airs de Mozart » à « Mes premiers airs de hip-hop ». Mais si vous préférez vous coltiner l’araignée gypsy et la famille tortue, on ne vous jugera pas. Chacun ses délires.

8. La boîte à histoire (ou des podcasts)

Eh ouais, vous avez bien lu, quelqu’un d’autre que vous peut bel et bien se coltiner les 14 histoires à lire en boucle. Selon les modèles on peut même enregistrer les voix de papy et mamie ou de la voisine de votre arrière grand oncle si ça vous chante. Par contre, ça vous coûtera lééégèrement plus cher que le riz et le PQ. Comptez en moyenne 50 à 60 euros pour la boîte à histoire. Vous vous rappelez le moment où on a dit que la paix ça se paie ?

A ce sujet on a listé pour vous les meilleurs podcasts à faire écouter aux enfants.

9. Avoir des jumeaux

Bon, les jumeaux en bas âge c’est quand même une flopée d’emmerdes, ceux qui savent savent. MAIS disons qu’ils ont les défauts de leurs qualités. Par un effet d’émulation permanent, ils s’entraînent l’un et l’autre dans leurs aventures (un bel euphémisme pour qualifier leurs conneries, vous l’aurez compris). Souvent à vos dépends mais parfois, et au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils arrivent à s’occuper tous les deux. Jusqu’à ce que l’un des deux hurle parce que l’autre l’a plus ou moins qualifié d’étron (bon ok, il a plutôt utilisé le qualificatif « caca boudin » mais on cherche à les cultiver un minimum, rappelez-vous). Quand vous jouez les négociateurs dans ce genre de situation extrême, Forest Whitaker dans Phone Game c’est le Dalaï-Lama a côté de vous.

10. Faire tout comme vous

Passer l’aspirateur, vider le lave-vaisselle, dépoussiérer les meubles, bref, avoir pour mission ultime de vous traîner dans les pattes en permanence et vous ralentir dans toutes vos tâches (déjà qu’au départ c’était quand même pas ouf comme programme relaxation). Ben ouais on est pas des mythos, vous pensiez quand même pas qu’il existait réellement dix astuces pour que vos enfants s’occupent sans vous ? On est déjà sympa de vous en avoir trouvé 9 mais faudrait voir à pas pousser le bouchon trop loin.

Bon et puis en principe si vous avez vraiment appliqué tous nos conseils c’est que vous êtes déjà un super parent et que (chut, ne le répétez pas trop fort, on vous a rien dit) UN PEU d’écran avec BEAUCOUP de modération et de façon TRES encadrée, promis, ça traumatisera pas votre enfant. Mais vous n’avez rien lu. Et on niera en bloc.