C’est pas pour ramener une mauvaise ambiance avec l’actualité qui devient un peu menaçante autour de nous, mais on s’est posé la question de savoir quelles étaient les choses qu’on pouvait ignorer sur cette horrible invention qu’est la bombe nucléaire. Des faits un peu variés sur cette arme que beaucoup de pays possèdent et gardent sous le coude afin d’être menaçants. C’est pas rassurant du tout dit comme ça, mais c’est un peu la réalité. Cependant ne vous laissez pas gagner par la panique et rappelez vous qu’en France on a pas mal de trucs dissuasifs contre l’arme nucléaire.

1. La bombe la plus puissante jamais testée était une bombe russe

Ce n’est peut-être pas la plus puissante créée, mais c’est indéniablement la plus dévastatrice jamais testée et on l’appelle la « Bombe du Tsar ». Lors des essais en 1961 on a calculé qu’elle était à peu près 3000 fois plus puissante que les bombes qui ont été lâchées au dessus d’Hiroshima et Nagasaki. Rassurant non ? Mais regardez plutôt ce poussin tout mignon.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Phichet9707

2. Plus de la moitié des bombes nucléaires américaines sont dans des sous-marins

Personne à part leur équipage et les plus hauts gradés de l’armée ne sait où se situent les sous-marins en question mais ils sont en mouvement et se tiennent prêts en permanence à faire feu si ça dégénère. Les États-Unis ne sont pas les seuls dans ce cas là, le Royaume-Uni garde par exemple la totalité de ses armes nucléaires dans des sous-marins de sorte à pouvoir attaquer rapidement en guise de représailles s’ils en ont besoin. Vous avez vu comme ce tamia est tout mignon ?

Crédits photo (Domaine Public) : AndiW 10:51:45, 2005-09-04 (UTC)

3. Il y a eu 1000 fois plus de tests nucléaires enregistrés que d'utilisations

Oui parce qu’on ne compte que deux fois dans l’histoire où la bombe nucléaire a été utilisée, à Hiroshima et Nagasaki comme on en parlait au dessus. Mais pourtant on a enregistré plus de 2000 tests au cours de l’histoire, beaucoup réalisés dans des endroits déserts ou dans le pacifique. En même temps il vaut mieux parce que les retombées rendent les endroits des tests complètement inhospitaliers. Pour voir à quoi ils ressemblent regardez cette photo de la gare du Havre.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Matinee

4. Des tests nucléaires ont déjà été incontrôlables

Si jamais vous vous demandez si on a le contrôle sur cette arme alors je suis navré de vous répondre que visiblement non, c’est pas super au point. Lors du test de Castle Bravo en 1954 par les États-Unis, une catastrophe s’est déroulée puisque les retombées ont affecté les militaires présents sur le terrain et les habitants alentours. Les scientifiques n’avaient pas du tout prévu que la puissance de la bombe serait aussi dévastatrice mais malgré tout ça ils ne l’ont pas pris comme un avertissement qu’il était temps d’arrêter les conneries et d’en finir avec le nucléaire.

5. La seule véritable "défense" contre une attaque nucléaire est la dissuasion

Le fait que plusieurs pays possèdent la bombe est l’équilibre qui dissuade d’autres pays de l’utiliser. On appelle ce concept le MAD : Mutually Assured Destruction ou Destruction mutuelle assurée et c’est aussi rassurant que quand quelqu’un vous dit « ne vous inquiétez pas, les murs de cet immeuble sont en sachets de thé ». C’est comme si chaque pays qui possède la bombe pointait un flingue sur la tête de l’autre pour l’empêcher de tirer, un genre d’impasse mexicaine pour les cinéphiles.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Martin SoulStealer

6. Une campagne de désarmement a été engagée

Afin de baisser la tension entre les pays et d’en empêcher d’autres d’obtenir la bombe atomique une campagne de désarmement a été engagée il y a plusieurs années. Plus de 122 pays avaient déjà signé un traité contre l’armement en 1968 et en 2017 la campagne a été relancée avec 191 pays signataires. Cependant neuf pays refusent de suivre le procédé parce qu’ils pensent que ça ne serait pas une bonne solution pour garantir la paix. Vous voulez savoir un truc intéressant ? Ces neuf pays sont les seuls qui possèdent officiellement la bombe.

7. Il n'y a officiellement que neuf pays qui possèdent des bombes nucléaires

Ces neuf pays qui sont officiellement armés et qui refusent d’abandonner leurs bombes sont la Corée du Nord, la Chine, les États-Unis, l’Inde, le Pakistan, le Royaume-Uni, la Russie, Israël (qui n’a pas démenti posséder la bombe) et… La France. Cocorico on est dans les neuf pays casse-couilles qui empêchent les autres de vivre sereinement. Cependant sur les neuf pays cinq sont autorisés à garder la bombe mais s’étaient engagés à baisser leur quantité possédées : la Chine, la France, la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni. Est-ce qu’ils l’ont fait ? Aucune idée, mais ce regard de Chuck Norris me dit de ne pas m’en faire.

Crédits photo (Domaine Public) : Staff Sgt. Tony Foster

8. 90% des bombes nucléaires du monde entier sont partagées entre les États-Unis et la Russie

Le constat est sans appel, même quand on est dans les neufs premiers on arrive à être tout pourris. Les États-Unis possèderaient 5800 bombes et la Russie 6375. D’après le traité les pays n’ont le droit d’en déployer que 1550 en simultané, celles armées dans les sous-marins par exemple, les autres sont « rangées ». Jamais personne n’avait eu aussi grande force de frappe depuis David Trezeguet contre Manchester United en 1998.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Save the Dream from Doha, Qatar

9. On a répertorié plus d'une cinquantaine de bombes perdues

Les États-Unis et la Russie auraient perdu un certain nombre de bombes dans divers accidents qui les impliquaient. On estime qu’une cinquantaine de bombes nucléaires seraient au fond de l’océan, faudrait donc pas qu’une pieuvre commence à jouer avec. Mais c’est aussi arrivé à la surface, les États-Unis ont perdu six bombes dans le crash d’un avion militaire au dessus du Groenland par exemple. Ça a pété mais heureusement il n’y avait rien dans cette zone à part la banquise qui ne sert plus à grand chose depuis qu’elle fond.

Crédits photo (Creative Commons) : Apcbg

10. Une bombe atomique moyenne lâchée sur une ville raserait instantanément tout à 80km à la ronde

On ne parle même pas de la grosse artillerie, juste des missiles les plus sommaires. Si l’une de ces ogives touchait le centre d’une ville moyenne, la déflagration exploserait tout dans un rayon de 80km du point d’impact en un battement de cil. Et encore une fois certains pays en ont des milliers. Stéphane Bern se joint à moi pour vous souhaiter une bonne fin de journée.

Crédits photo (Creative Commons) : Denis Probst

Et sinon vous pouvez aller voir les conseils pour survivre à une guerre nucléaire et les accidents nucléaires méconnus, c’est pas très gai mais au moins c’est dans le thème de l’actu.

Sources : University of Leicester, Reddit, Guardian, Stacker, KickAssFacts, Express, Kidadl.