Le vrai problème de la vidéosurveillance n’est ni le respect des libertés, ni l’utilisation des données, mais bien la qualité des images recueillies ! C’est quoi cette résolution toute pourrie ? Heureusement, ces systèmes de surveillance sont aujourd’hui pour la plupart équipés d’une IA de reconnaissance faciale qui permet de savoir qui se cache derrière ces gros pixels ! Une prouesse technologique qu’ont adopté de nombreuses grandes villes aux quatre coins de monde… pour notre sacro-sainte sécurité.

1. Chongqing en Chine : la ville avec le plus grand nombre de caméras

Petite bourgade de 16 millions d’habitants, Chongqing serait équipée de plus de 2,5 millions de caméras de vidéosurveillance à la fois pour gérer la circulation et surveiller ses ouailles. Un record mondial qui s’explique par le passé pas si lointain de cet ancien bastion de la pègre chinoise qui incita le Maire de l’époque (2007-2012) à installer un important système de caméras et de reconnaissance faciale dans toute la ville… avant de tomber à son tour pour corruption ! Aujourd’hui, la pègre comme les automobilistes coupables d’effractions voient leur visage s’afficher sur des écrans géants au travers de la ville de Chongqing et reçoivent même automatiquement leurs amendes sur leur smartphone !

2. Taiyuan en Chine : plus d’une caméra de vidéosurveillance pour 10 habitants !

Avec 465,255 cameras pour 3,975,985 habitants, la ville de Taiyuan dans le nord-est de la Chine est celle où les habitants sont les plus surveillés au monde. La crise de la Covid-19 n’a fait d’ailleurs qu’augmenter l’utilisation de ces mouchards dans la ville afin de s’assurer que personne ne quittait son domicile sous peine de poursuites.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Montage by Lzy881114

3. New Delhi : la ville avec le plus grand nombre de caméras au km2

Capitale la plus polluée au monde, Delhi ne l’est pas seulement par les pots d’échappements de ses millions de véhicules, mais aussi par son réseau de vidéo-surveillance, certes moins nocif pour la santé, mais dont les effets secondaires sur les libertés peuvent inquiéter. Delhi détient ainsi la plus forte densité de caméras de surveillance au monde avec 730 caméra au km² ! En comparaison, Nice qui est aujourd’hui la ville française qui possède le plus de caméras installées dans ses rues, plafonne à 37 unités/km2 !

4. Londres : big brother is watching you… mais pas que !

Londres est de loin la ville européenne avec le plus grand nombre de caméras de vidéosurveillance dans ses rues. On en dénombrerait près de 700 000 en tout, la plupart reliée depuis peu à un système de reconnaissance faciale qui identifierait en direct les personnes officiellement recherchées. « Hey, mais ce serait pas tata Jacqueline en train de vomir dans le caniveau là ?!!!»

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Colin

5. Paris : encore plus de caméras de vidéosurveillance qu’à New York

Avec une moyenne de 254 caméras/km², rapporté à sa superficie, Paris possède 10 fois plus de caméras qu’une ville comme New-York par exemple, faisant d’elle une des villes les plus vidéo-surveillées de France.

6. Séoul : totalement accro aux caméras de surveillance

A Séoul, les caméras de surveillance sont partout. Dans la rue évidemment avec en moyenne une caméra tous les kilomètres, mais aussi dans des lieux plus inattendus. Les habitants seraient ainsi environ 80 % à souhaiter l’installation de caméras dans les salles d’opération des hôpitaux, de peur d’être victimes d’erreurs médicales. Il faut dire que les sud-coréens sont du genre accro aux webcams, ce sont eux par exemple qui ont lancé certains phénomènes diffusés en live, comme le fait de se filmer en petite tenue en train d’avaler son bol de K-Food.

7. Atlanta : une fuite de 1,8 Tetra de données de vidéosurveillance

En mai 2021, un groupe d’hacktivistes a fait fuiter 1,8 TB de données filmées par un hélicoptère de la Police de la ville. Habitants filmés dans leur jardin, filature de voiture en route pour un McDrive, ce leak avait pour objectif de démontrer le peu de cohérence de cette surveillance, les risques de non respect de la vie privée (en 2004, un hélicoptère survolant une manifestation avait préféré filmer en vision de nuit, les ébats d’un couple sur leur terrasse), ainsi que le faible niveau de sécurité entourant ces données.

8. Ürümqi : les Ouïghours surveillés par les autorités chinoises

La capitale de la région autonome à majorité musulmane est surveillée de près par le voisin chinois, notamment via l’installation de 43 394 caméras, soit 12 pour 1 000 habitants. Un bon exemple des risques que peut potentiellement représenter la vidéosurveillance lorsque celle-ci est utilisée à des fins politiques et liberticides.

9. Moscou : flippez vous êtes filmé !

Près de 200 000 caméras présentes dans la rue et le métro moscovites sont équipées d’un système de reconnaissance faciale. Comme dans d’autres villes me direz-vous, sauf que les autorités ne se privent pas pour les utiliser afin de museler les protestants en les envoyant quelques semaines à l’ombre en guise d’avertissement. Cette vidéo-surveillance représenterait également un commerce juteux sur le marché noir des données collectées.

10. Shenzhen, Shanghai, Tianjin, Ji’nan, Pékin etc.

Sur les 770 millions de caméras utilisées dans les grandes villes à travers le monde, 54% le sont uniquement en Chine ! D’ailleurs pour l’anecdote, le terme CCTV (Closed-Circuit Television) qui désigne les systèmes de vidéosurveillance à travers le monde, est le même que celui de la Télévision centrale de Chine (China Central Television)… et du Canal Congo Télévision , mais là ça n’a vraiment rien à voir !