Les martingales et autres combines à Nanar pour faire fortune en pariant sur le football n’existent pas (en revanche, on a toutes les astuces pour gagner au loto ça c’est bon). Toutefois, avec un peu de jugeote, il y a moyen d’éviter de faire trop de conneries et avec un peu de chance d’améliorer ses pronostics.

1. Placer ses paris pendant les rencontres

Parier sur le déroulement d’un match avant même qu’il ne commence, c’est un peu comme donner son avis sur un film en ayant juste vu l’affiche et le casting : on est souvent déçu ! Mieux vaut attendre sagement que les acteurs entrent en jeu pour anticiper les rebondissements du scenario à venir. Et même si le film est mauvais, il y a moyen de placer quelques paris avant le générique de fin.

2. Éplucher les statistiques des deux équipes

Elle est loin l’époque où l’on s’émerveillait avec des yeux d’enfant devant la palette à Doudouce. Les données statistiques ont envahi le football et permettent de décortiquer le jeu et l’état de forme d’à peu près toutes les équipes, à condition d’éviter les championnats ouzbèks ou moldaves (et encore, en cherchant bien…). Le problème, c’est que les stats sont comme Jérôme Rothen interrogé après une défaite parisienne : c’est facile de leur faire dire tout et son contraire.

3. Ne miser que sur des valeurs sûres

Dijon qui affronte le PSG, Manchester City qui affronte Burnley : sur le papier l’écran, certaines rencontres semblent particulièrement déséquilibrées. A défaut d’espérer doubler sa mise, c’est au moins la garantie de gagner quelques euros sans trop trembler, même si les cotes sont logiquement basses… Mais quand même plus élevées que le rendement d’un Livret A qui plafonne à 0,5 % par an.

4. Combinez c’est (presque) gagné

Les plus gros gains remportés grâce aux paris sportifs sont toujours issus d’heureux combinés, jonglant entre résultats attendus et coups de poker. Ce fut récemment le cas d’un parieur bordelais qui en début d’année a décroché le record de gain avec la somme de 902 779 euros après des paris combinés sur des matches de Bundesliga.

5. Miser sur un carton rouge d’un joueur marseillais (ou lyonnais)

Karma ou criante injustice, les Marseillais détiennent cette saison le record européen du nombre de joueurs expulsés pendant une rencontre, avec 8 cartons rouges en seulement 27 journées. Suivent à deux longueurs, les joueurs lyonnais avec 6 cartons rouges depuis le début de l’exercice. Une jolie perf qui, à défaut d’aider les deux équipes à décrocher les 3 points, peut permettre aux parieurs de réaliser de jolis hold-up.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : photo taken by Markus Dallarosa

6. Repérer les value-bets les sure-bets (sorte de dahu du paris sportif)

Les parieurs aguerris jouent souvent en fonction des cotes proposées par les sites de paris sportifs. Certaines peuvent parfois sembler mal ajustées car offrant potentiellement un avantage mathématique aux parieurs. On appelle ça des value bet. Pour les calculer, mieux vaut s’aider d’un des nombreux outils en ligne accessible gratuitement. Quant aux sure bet, ce sont des paris qui permettraient de gagner à tous les coups en jouant avec les écarts de cotes. Sauf que ça fait bien longtemps que plus personne n’en a profité, à part peut être quelques influenceurs mythomanes qui vendent leur astuces à prix d’or.

7. Profiter des paris gratuits

Les sites de paris sportifs multiplient régulièrement les promotions de types « paris remboursés ou gratuits » afin d’attirer le chaland. Des soldes qui permettent de miser sans risquer d’y laisser sa chemise, et c’est déjà pas mal.

Crédits photo : Topito

8. S’intéresser au football

Ça a l’air con dit comme ça, mais combien d’entre nous parient sur des rencontres sans rien savoir sur les équipes en présence ? Ce qui ne nous empêche pas de râler lorsque les résultats ne sont pas ceux attendus et de pointer la faute à pas de chance, qui ne sourit pas toujours aux audacieux, adage digne d’une pub pour la FDJ du genre : 100% des gagnants ont tenté leur chance.

9. Jouer à l’instinct

Certains appellent ça le pif, le hasard, le doigt mouillé ou encore la chaaatte, en réalité peu importe l’étiquette, l’important est de sentir les coups, afin de profiter de la moindre opportunité. En matière de paris sportifs comme pour le reste, on sait jamais sur un malentendu… !

10. Ne rien avoir à perdre

Et si la meilleure façon de gagner était de ne rien avoir à perdre, de ne pas jouer sa peau à chaque bet mais de simplement espérer ajouter un peu de piment au moment de regarder les matches, et avec un peu de chance, du sel dans les épinards en cas de pari gagnant?

Prêt à gagner du flouze ?