Le syndrome de Stockholm, c’est un syndrome qui consiste à ce que des otages commencent à se prendre de sympathie pour leurs geôliers, grâce (ou à cause) de certains mécanismes de survie. Il tient son nom du braquage d’une banque de la ville éponyme de Stockholm. Du coup, bah, heureusement que le braquage n’a pas été fait dans une des villes au pire nom, sinon le syndrome aurait potentiellement pu s’appeler « Le syndrome de Belbèze », et à part un syndrome qui rend automatiquement tous les gens beaufs, on sait pas trop ce que ça nous aurait évoqué.

1. Celle à qui l'on doit le nom du syndrome, Kristin Ehnmark

En 1973, Jan Erik Olsson, braque une banque danoise à Stockholm, bientôt rejoint par son ancien compagnon de cellule. Deux policiers arrivent assez rapidement, mais l’un d’eux se fait tirer dessus par le braqueur et le second se fait prendre en captivité. Jan Erik Olsson et son compagnon de cellule prennent ensuite 4 autres personnes en otages et se barricadent à l’intérieur de la banque avec eux. Pendant 6 jours, ces employés de la banque seront enfermés dans la banque avec les ravisseurs. Au bout de 6 jours, lors de la libération des otages, une partie des victimes s’était liée de compassion pour leurs ravisseurs, les aidant même dans leur quête.

Avant de sortir de la chambre forte, criminels et otages se prenaient dans les bras chaleureusement. Une des captives, Kristin Ehnmark, avait même eu l’occasion d’avoir le Premier Ministre suédois au téléphone pendant sa captivité, l’implorant de la laisser s’enfuir avec les ravisseurs. Plus tard, lors du procès, toutes les victimes refusèrent de témoigner contre leurs ravisseurs et se placèrent du côté de la défense, en leur rendant même visite en prison. Le nom syndrome de Stockholm est donc venu de cette histoire tristement célèbre.

2. Natascha Kampusch

En se rendant à l’école un jour de 1998, Natascha Kampusch, 10 ans, est attrapée par deux hommes et jetée dans un van blanc. Malgré les fouilles, la police ne retrouvera jamais de trace de Natascha. Pendant 8 ans, Natascha sera emprisonnée dans la cave d’un homme nommé Wolfgang Priklopil. Au début, Natascha n’était pas autorisée à sortir la cave de 54m2, sans fenêtre et sans son. Mais, plus le temps a passé, plus elle fut invitée à aller dans d’autres pièces de la maison. Avec les années qui passaient, elle eut droit à de plus en plus de libertés en échange de son silence. Chaque matin, Natascha et Priklopil mangeaient leur petit-déjeuner ensemble. Ce dernier continuait cependant de la battre et de la violer, tout en la menaçant que les fenêtres étaient remplies d’explosifs si elle tentait de s’échapper. Un jour de 2006, elle réussit à s’échapper, lorsque Priklopil reçoit un coup de fil et la laisse seule dans la maison. Elle s’échappe en courant chez un voisin qui prévient immédiatement la police. Lorsque Priklopil réalisa qu’elle s’était échappée et qu’il serait condamné à perpétuité, il se jette devant un train et met fin à ses jours. Quand Natascha l’apprit, elle pleura pendant des heures et demanda à rester seule avec son cercueil plusieurs heures. Plusieurs années après l’évasion, elle continuait toujours à porter une photo de Priklopil dans son porte-feuille.

3. Jaycee Lee Dugard

On est en 1991 quand, à 11 ans, Jaycee Lee Dugard se fait kidnapper par Phillip Greg Garrido. Pendant 18 ans, il la convaincra que ce sont des « démons » dans sa tête qui lui ont permis de la kidnapper pour qu’elle puisse l’aider avec ses problèmes d’orientation sexuelle que la société condamne (c’est-à-dire l’abus et le viol d’enfants). Il a même fait écouter à Jaycee les « voix » qu’il avait entendues afin de lui prouver la véracité de ses propos. Même si Garrido était déjà marié, beaucoup de psychiatres ont établi qu’aux yeux de Jaycee, ils avaient tous les deux une relation de mari et femme, en partie parce qu’ils eurent 2 enfants ensemble.

Jaycee était tellement contrôlée par Garrido qu’en rencontrant les policiers venus la secourir, elle se présenta sous une fausse identité du nom d’Alissa. Même si Jaycee était au courant que Garrido était un agresseur sexuel, elle le défendit à la police, en prônant qu’il était désormais un homme changé et qu’il était une personne incroyable avec leurs enfants. Elle mentit à la police pour défendre Garrido, en disant qu’elle était une ancienne femme battue que Garrido avait sauvée. Les deux enfants de l’union, âgés de 11 et 15 ans, avaient eux aussi eu un lavage de cerveau et voyaient leur père comme un « Dieu ». Seulement après l’arrestation de Garrido, Jaycee admit qu’elle s’était adaptée pour survivre à sa captivité.

4. Colleen Stan

Colleen Stan est une jeune femme de 20 ans quand, en 1977, elle fait de l’auto-stop pour aller à la fête d’une amie, en Californie. Un couple et leur enfant propose de la prendre en stop. La présence de l’enfant étant rassurante, Colleen accepte. Mais, très vite, le mari, Cameron Hooker, lui met un couteau sous la gorge, l’emmène dans un endroit désert, la viole et la torture.

Le plan d’Hooker est alors de faire de Colleen une esclave sexuelle, avec l’aide de sa femme. En plus de ça, Hooker fabrique une boîte en forme de cercueil, où il enferme Colleen 23h sur 24 pendant 7 ans. Elle a été renommée « K » et appelée « un meuble » pendant toutes ces années de torture. Un jour, Hooker oblige Colleen à mettre un pistolet dans sa bouche et à appuyer sur la gâchette. Quand elle le fait et découvre qu’il est vide, il lui explique que c’était pour tester sa loyauté.

Après 4 ans de captivité, Hooker emmène Colleen chez sa famille, et la laisse même y passer la nuit. Sa famille n’était pas au courant de ce que Colleen vivait, et elle ne les a jamais informés, et est même repartie avec Hooker venu la rechercher le lendemain. Finalement, c’est la femme de Hooker qui met fin à ses supplices en l’aidant à s’échapper au bout de 7 ans. Cameron Hooker fut condamné à 104 ans de prison. Colleen expliquera qu’à l’inverse, le couple était très aimant et affectueux avec leur petite fille, ce qui a contribué à avoir pitié d’eux.

5. Mary McElroy

En 1933, Mary McElroy est âgée de 25 ans quand elle prend un bain chez son père, et qu’elle est enlevée par 4 hommes. Ils attendent que Mary se rhabille puis l’emmènent dans une ancienne ferme, l’attachant à un mur au sous-sol. Le but de cet enlèvement est de récupérer l’argent de la rançon du père de Mary, qui est maire de la ville Kansas City. La somme de $30.000 est payée aux ravisseurs, et Mary est relâchée saine et sauve deux jours plus tard. Trois des hommes sont capturés un mois plus tard et partent donc en procès.

Durant ce procès, Mary témoigne avoir été bien traitée pendant ses 29h de captivité et un des hommes lui a même offert des fleurs. A la fin du procès, quand les hommes sont tous les 3 condamnés à de dures sentences, Mary est rongée par la culpabilité. Elle est restée amie avec ses ravisseurs et a même été les voir en prison plusieurs fois. Après la mort de son père en 1939, l’état mental de Mary s’effondre et elle se suicide d’une balle dans la tête en 1940. Sur sa lettre de suicide, elle écrira : « Mes 4 kidnappeurs étaient sûrement les 4 seules personnes sur Terre qui ne me considéraient pas comme une sombre idiote. »

6. Mackenzie Phillips

Un jour de 2009, Mackenzie Phillips, actrice américaine, révèle que son père, John Phillips, chanteur du groupe Mamas & The Papas l’a forcée à avoir des relations incestueuses pendant une décennie entière, qui a débuté la veille de son mariage, à 19 ans. Son père lui faisait prendre beaucoup de drogues, ce qui avait un effet sur son cerveau. Ça a donc créé une dépendance à son père, qui était à la fois son abuseur et son dealer. Ça a donc empêché Mackenzie d’essayer de sortir de ces abus. Son père lui a fait croire que leur famille était spéciale et que c’était pour ça qu’il agissait en dehors des lois, croyance dont elle n’a commencé à douter que plus tard.

7. Patty Hearst

Patty Hearst est sûrement l’un des cas les plus connus de syndrome de Stockholm au monde. En 1974, Patty Hearst, 19 ans, est kidnappée à son domicile par un groupe de terroristes du « Symbionese Liberation Army », mouvement qui se veut révolutionnaire. Ces criminels battent le fiancé de Patty puis la kidnappent, avec pour motif la richesse de son grand-père, William Randolph Hearst. Ils essayent de déclarer la guerre aux Etats-Unis. Mais très vite, Patty rejoint le mouvement SLA elle-même, et aide même ses kidnappeurs dans un braquage de banque. En 1975, elle est capturée et se défend en disant qu’on lui a retourné le cerveau. Elle fera 2 ans de prison puis sera pardonnée et pourra finalement en sortir.

8. Elisabeth Fritzl

Elisabeth Fritzl a 18 ans quand son propre père, Josef l’enferme dans la cave de leur maison. Pendant 24 ans, il l’a violée à de maintes reprises et l’a gardée en captivité. Puisque sa famille était du côté de Josef, Elisabeth n’a pas eu d’autre espoir que d’être coopérative afin de se faire bien voir par son père et qu’il abuse au minimum possible d’elle. Elle a donné naissance à 7 enfants avec son propre père, 4 d’entre eux qui sont restés avec elle dans la cave, et 3 autres qui vivaient dans la maison, avec son père et sa compagne.

La relation père-fille et le fait qu’il soit père de ses enfants a donc causé un gros syndrome de Stockholm pour Elisabeth qui était toujours très gentille avec lui, jusqu’à ce que Josef cherche à faire soigner un de ses enfants malades et se fasse prendre.

9. Elizabeth Smart

A l’âge de 14 ans, Elizabeth Smart est kidnappée de sa chambre, en 2002. Son kidnappeur, Brian David Mitchell, la force à marcher pendant de longues heures avant qu’ils arrivent dans un camping. Là-bas, ils retrouvent la femme de Mitchell, Wanda Barzee, qui force Elizabeth à se déshabiller. Mitchell commence donc à performer une espèce de cérémonie de mariage entre lui et Elizabeth, puis conclut en la violant. Après ça, elle fut enchaînée à un arbre et abusée. Pendant 9 mois, elle fut agressée sexuellement, jusqu’à faire d’elle une prisonnière soumise…

Mais, pendant cette période, elle eut l’occasion de sortir énormément avec ses geôliers. Durant une sortie à la bibliothèque, elle fut interrogée par la police et décida de ne pas dévoiler son identité. Dans un de ses témoignages, elle témoigna à la police qu’elle eut de nombreuses occasions de s’échapper mais qu’elle a choisi de ne pas le faire. Un jour, les 3 sont reconnus et Elizabeth est donc relâchée. 7 ans après les faits, elle témoignera contre ses agresseurs qui prirent respectivement, la prison à perpétuité et 15 ans de prison.

10. Shawn Hornbeck

En 2002, le petit Shawn, 11 ans, part en vélo chez un ami, avant qu’il se fasse intentionnellement percuter par une voiture. Le conducteur, Michael John Devlin, fait grimper de force Shawn dans sa voiture et s’enfuit. La police, les pompiers et des dizaines de volontaires fouillent la zone, sans succès. 4 ans et demi plus tard, la police retrouve Shawn dans l’appartement de Devlin, avec à ses côtés un autre enfant disparu.

Pendant ces 4 ans, Shwan a été abusé et agressé. Après son sauvetage, Shawn rapportera à la police que pendant tout ce temps, il avait accès à Internet, pouvait aller faire du shopping et avait même une copine. Il aurait donc pu, à de multiples reprises s’échapper ou alerter quelqu’un, mais la peur de Devlin a créé en Shawn des barrières psychologiques qui l’ont rendu prisonnier.

11. BONUS Casa de Papel

Si vous avez vu la Casa de Papel (ne mentez pas, tout le monde a vu la Casa de Papel), vous avez sûrement vu l’histoire de Monica, une des otages, maîtresse du Directeur Général de la Banque, qui tombe éperdument amoureuse d’un des braqueurs, Denver. Dans la série, les braqueurs finissent par devenir les héros du peuple et Monica rejoint alors la team des braqueurs, prenant le nom subtil de Stockholm. Voilà voilà, trop choupi !

Bon bah, sur cette note hyper positive, je retourne jongler avec des couteaux et me divertir devant un truc plus léger, genre Faites entrer l’accusé.