Le rap est sans doute une des musiques qui évolue le plus vite : nouvelles sous-catégories, nouveaux styles, nouvelles tendances… C’est parfois dur de suivre toutes les transformations et les nouvelles vagues d’artistes. Au point qu’il faut parfois savoir admettre qu’on n’est plus dans le coup.

1. L'autotune continue de te gêner

Ca fait trop robotique, et surtout tu considères ça comme de la triche puisque c’est concrètement une technologie qui vient corriger et harmoniser une voix humaine. Du coup tu méprises ceux qui s’en servent et refuses de les écouter. C’est plutôt très con parce que la plupart des rappeurs, sans ça, ils seraient forcés d’inviter des chanteuses et chanteurs R&B au talent relatif et ça rappelle les pires heures de la bande FM des années 90-début 2000.

2. Pour toi un clash c’est une battle en impro

C’était effectivement le cas, à l’origine. Deux rappeurs s’affrontent à coups de rimes devant un public. Puis on a eu les clash via morceaux interposés, donc écrits, etc. Sauf qu’aujourd’hui, quand un média rap parle de clash, c’est généralement parce qu’un rappeur a posté un message moqueur envers quelqu’un d’autre sur instagram ou twitter.

Et ne demandez pas « c’est quoi instagram et twitter ? » parce que la réponse ne vous remontera pas le moral.

3. Tu crois que la drill c’est le nom d’un médicament

Né à Chicago, la drill est à la base un dérivé de la trap du Sud des USA, qui s’est ensuite exporté en Angleterre avec des variations très reconnaissables niveau instru (on parle donc de UK Drill) et ces jours-ci, de plus en plus de rappeurs français s’en emparent. Si tu n’as rien compris à la phrase précédente, la drill t’évoquera tout au plus le nom d’une gamme de médocs, souvent sous la forme de pastilles à sucer quand on a des légers maux de gorge. Note que ça pourrait être pire, tu pourrais penser que PNL veut uniquement dire Programmation Neuro Linguistique.

4. Tu juges un rappeur uniquement sur ses textes

… Donc forcément, quand Hamza fait des vocalises autotunées pendant 3 minutes avec plus de refrains et de ponts que de couplets véritables, le tout dans un franglais assumé qui parle essentiellement de draguer des meufs en club, tu te sens trahi. C’est la vie, et ça nous amène au point suivant.

5. Tu attends systématiquement un message revendicatif

Que ce soit sur les inégalités sociales, la police, les injustices en général, mais un petit quelque chose à se mettre sous la dent quoi. Autant dire que le dernier faiseur de tubes qui étale ses fantasmes de nouveau riche en citant 5 marques de luxe minimum par morceau, tu vois ça comme un crime de lèse-majesté.

6. Tu ne sais pas qui est Pop Smoke

Ni XXXTentacion, Ni Juice Wrld, et on pourrait continuer longtemps comme ça. Globalement dès que tu vois un hommage ou un RIP adressé à un rappeur mort ces 3 dernières années, tu fais semblant d’être au courant mais tu n’as aucune foutue idée de qui sont ces gens ni de pourquoi ils ont été populaires. Alors qu’avec Tupac et Biggie c’était vachement plus simple.

7. Tu n’as toujours pas compris que Lomepal, Nekfeu et Roméo Elvis sont 3 personnes différentes

Oui ils ont la même couleur de peau, oui ils ont les cheveux longs, oui ils ont un côté plus ouvert au grand public que d’autres artistes. Mais la ressemblance s’arrête là, un petit effort quand même.

8. On n’a pas osé te dire que Lil Nas X est gay

Pas par homophobie, mais parce que tu n’as aucune idée de qui est cette personne. On a bien essayé de t’expliquer, mais à la phrase « c’est le mec déguisé en cowboy qui a battu tous les records de ventes du billboard en mélangeant le rap et la country », tu t’es évanoui.

9. Tu écoutes encore des albums en physique

Et c’est tout à ton honneur. Mais c’est désormais considéré comme une habitude de dinosaure (même les ordinateurs sont souvent vendus sans lecteur CD désormais) et nombreux sont les artistes qui ne prennent même plus la peine de passer par la case physique, malheureusement. Comme le disait Roy dans Blade Runner : « ces moments seront perdus à tout jamais dans le temps, comme les larmes dans la pluie ».

10. Tu penses que le rap ne devrait pas se mélanger

Question de principe. Le rap c’est du rap, la chanson c’est la chanson, et il ne faut pas se forcer à jouer les popstars quand on est avant tout un MC ; selon toi ça reste un mélange contre-nature, comme quand ton oncle Fernand est devenu un peu trop intime avec une chèvre. Du coup le top 50 actuel te donne 1) tort 2) envie de te pendre.

C’est peut-être dur mais il vaut mieux dire « je suis trop vieux pour ces conneries » et laisser les autres apprécier ce qui se fait plutôt que de sombrer dans « le rap c’était mieux avant », surtout que vos grands frères devaient sans doute se dire la même chose en vous regardant. Ne soyez pas un boomer, pensez Dany Glover, partez avec panache.