Dans la vie, on se pose légitimement plein de questions sur des sujets divers et variés et c’est bien, car il n’y a pas de mauvaises questions. Enfin si y’en a beaucoup même, comme « vous avez des pizzas à l’ananas ? » ou « vous êtes certain qu’il est chargé votre flingue ? ». M’enfin c’est pas le sujet, commencez pas à foutre en l’air mon intro. On a donc pensé qu’il serait pas mal de se poser des questions sur les scènes de crimes, pour savoir si ça se passe réellement comme dans les films ou les séries ou si une fois de plus on nous prend pour des gros cons. C’est donc parti pour voir tout ça dans le détail et vous allez vraiment tomber de votre chaise tellement c’est ouf (j’exagère un peu).

1. Qui sont les premiers arrivés sur une scène de crime ?

En général, ce sont les secouristes qui arrivent en premier lieu sur une scène de crime (SAMU, pompiers, ambulanciers) si elle fait l’objet de la présence de blessés. Dans le même temps, la gendarmerie ou la police intervient et en fonction des besoins d’autres équipes peuvent être dépêchées sur place (s’il y a la présence d’un corps, d’un incendie, de menace terroriste…).

2. S'il y a un blessé sur la scène de crime, doit-on préserver la scène ?

L’urgence et le pronostic vital prend le pas sur l’état de la scène de crime. Si une personne blessée doit être évacuée par les équipes médicales ou les secouristes, elle le sera sans hésitation, même si cela revient à « détériorer » la scène de crime. La préservation d’une vie est plus importante que la préservation des preuves ou de l’endroit du crime. C’est beau hein ? C’est pas de moi.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Muffingg

3. Que font les agents de police en arrivant sur une scène de crime ?

La première étape en arrivant sur une scène de crime est de délimiter et baliser le lieu en empêchant toutes personnes extérieures à l’enquête d’y pénétrer et de risquer de détruire certaines preuves. Après la protection de la scène de crime, on commence à regarder l’intégralité du lieu pour trouver des indices potentiels. Les inspecteurs ou gendarmes arrivés en premier sur les lieux sont en charge de cette phase d’observation et notent tout ce qu’ils trouvent, voient, entendent ou sentent (une odeur particulière pouvant s’estomper avec le temps, il est important de la noter).

4. Est-ce que la police dessine les contours du cadavre à la craie ?

Visiblement, cela tient plus de l’idée reçue que de la réalité. Dans le passé, on pouvait parfois tracer un contour à la craie autour d’un corps après avoir observé et déplacé le cadavre pour que les journalistes puissent prendre des photos moins « morbides » ou si la victime était encore en vie et allait être emmenée par les équipes médicales. Mais cette technique semble beaucoup moins utilisée aujourd’hui, si ce n’est complètement disparue car elle peut contaminer la scène de crime.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Tuválkin from Lisboa, Portugal

5. Combien de temps sont conservées les preuves d'un crime ?

Tout dépend de la législation en place (par exemple aux USA, selon les états les preuves sont conservées pour une durée variable) mais aussi des preuves elles mêmes, car avec le temps certaines peuvent se détériorer. En théorie on serait amené à penser qu’il faut conserver les preuves aussi longtemps que possible, surtout dans les crimes irrésolus, mais quelques exceptions existent, comme la drogue où l’on va garder un échantillon avant de détruire le reste. En France, sauf indication contraire d’une décision de justice, les scellés sont conservés pour une durée de dix ans lorsqu’il s’agit d’un crime et trois ans pour un délit.

6. Quels sont les différents types de scellés pour les preuves ?

Aujourd’hui, beaucoup de conservations de preuves se font avec des scellés numériques : on consigne informatiquement un nombre important de détails et de preuves (images, dépositions…). Concernant les preuves matérielles, elles sont généralement emballées dans des contenants (enveloppe, boîte) scellés. Traditionnellement, on utilisait un cachet de cire pour fermer ces contenants mais aujourd’hui cette technique est assez obsolète, on utilise ce qu’on appelle des scellés void réputés inviolables.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Btamevi

7. Qui prend les photos sur une scène de crime ?

Là aussi, généralement il s’agit d’un véritable métier à part entière. Un photographe judiciaire peut être amené à réaliser énormément de tâches différentes, comme faire des portraits robots mieux que les pires portraits robots de l’histoire. Sur une scène de crime, le photographe judiciaire est utile pour son expertise à la fois en photographie mais également au sein de la police : il sait comment prendre une photo sans écraser les perspectives, faire les réglages qui ne vont pas dénaturer l’image, consigner même les plus petits détails, faire des valeurs d’images différentes quand c’est nécessaire (plan large ou gros plan)… Ces images peuvent servir à la fois pendant l’enquête mais également pendant un procès, il est donc nécessaire qu’une personne « experte » soit chargée de les réaliser.

8. Qui nettoie les scènes de crime ?

Il ne s’agit pas du truc qu’on donne à faire au stagiaire mais bien d’un métier en soit : nettoyeur de scène de crime (tout simplement). Ces personnes sont souvent essentielles pour les proches des victimes pour remettre en état un logement après un crime et nettoyer toute sortes de traces ainsi que la présence d’insectes (en fonction de la durée entre la mort et la découverte du corps, le nombre d’insectes peut être très important). Avec le matériel adéquat, un équipement spécial et une certaine « résistance » formée par l’expérience, ils sont à même d’effectuer ce que les proches ne pourraient pas forcément faire.

Crédits photo (Domaine Public) : Duffman~commonswiki

9. Est-ce qu'un logement perd en valeur s'il y a eu un crime dedans ?

Une idée reçue voudrait qu’un vendeur soit dans l’obligation de signaler qu’un crime a eu lieu dans le logement qu’il essaie de vendre à des acheteurs potentiels. Dans les faits ce n’est pas tout à fait vrai, puisque plusieurs cas prouvent que cela ne compte ni comme un vice caché si ce n’est pas dit au moment de la vente, ni comme une obligation directe de le dire pour le vendeur. Si en tant qu’acheteur vous posez la question et que le vendeur vous ment là par contre vous pouvez vous retourner contre lui, mais si vous n’avez pas posé la question avant l’achat, rien n’oblige le vendeur à signaler qu’un crime a eu lieu dans le logement, donc la valeur immobilière peut potentiellement rester la même.

10. La police scientifique c'est que dans les films ou ça existe vraiment ?

La police scientifique (l’une des branches de la forensique) existe bien et a un rôle capital sur les scènes de crimes et au cours de l’analyse postérieure des preuves pendant l’enquête. Étude d’empreintes digitales, de traces d’ADN, estimation de l’heure du décès grâce à la présence d’insectes, analyse des différents fluides retrouvés, trace de poudre et identification d’arme du crime… Vous l’aurez compris, le rôle est assez varié tout autant que certaines spécialisations dans cette branche de la police.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Andrew Mason from Chester, UK

Bon, n’hésitez pas à me corriger sur certains points si vous voyez une erreur et que vous travaillez vous-même dans la police, ça peut être vraiment intéressant. En tout cas vous pouvez aller voir les meurtres glauques jamais élucidés, parce que parfois l’enquête n’aboutit pas.

Sources : Futura Sciences, Police-Scientifique, L’express, Verville Avocat, Etigo, Police scientifique, Forensic Science.