En France, nous avons un règlement intérieur dans toutes nos écoles. Au Japon aussi. On parle du Kôsoku. Seule différence : la version japonaise est beaucoup (vraiment beaucoup) plus stricte. Pour ne pas dire… abusive. Discriminatoire. Sexiste. Attention, les règles ne sont pas partout les mêmes : en vigueur depuis la fin du 19ème, le Kôsoku n’est pas appliqué uniformément. Ce sont les directeurs d’établissement qui décident. Si certaines règles sont peu rependues, d’autres, comme la règlementation de la longueur de la jupe, sont quasi généralisées au pays. On vous en parle juste en dessous !

1. Interdiction de faire une queue-de-cheval

Selon une ancienne professeure de collège qui s’est confiée à VICE, les jeunes filles n’ont pas le droit de montrer leur nuque à l’école. D’après les dirigeants, cette coiffure serait trop intime et pourrait « exciter sexuellement » les autres élèves masculins. Wow, ce top commence fort. Un petit peu de sexisme, saupoudré de cliché, avec une bonne dose de sexualisation de la femme, nickel. HEUREUSEMENT, cette règle n’est pas généralisée à toutes les écoles. Selon une étude menée en 2020, un établissement scolaire sur 10 le maintiendrait dans la préfecture de Fukuoka.

De leur côté, les garçons ne peuvent pas avoir les cheveux longs ou une barbe trop grande.

«Ils ont peur que les garçons regardent les filles», assure une ancienne enseignante.

Posted by Slate.fr on Thursday, March 10, 2022

2. Au delà de la queue-de-cheval, la forme et la couleur des cheveux sont aussi réglementées

Décidément, la chevelure des écoliers semble être particulièrement importante pour les directeurs. En effet, il est courant que la teinte de cheveux soit interdite, sauf si c’est en noir. Oui, oui. Pour les jeunes gens qui ne seraient pas bruns aux cheveux raides, deux solutions : modifier leur chevelure ou prouver, photo à l’appui, que leur crinière est naturelle. Selon une enquête menée en 2017 par l’Asahi Shimbun, 60 % des lycées publics de Tokyo demandent aux élèves qui ont des cheveux clairs ou bouclés d’attester que c’est naturel. Un peu intrusif et peu tolérant, vous dites ?

3. Obligation de porter des sous-vêtements blancs

Pour les filles, évidemment. La raison ? À votre avis. Il est ici aussi question ne pas émoustiller ses petits camarades. Sérieux ? Et si on apprenait plutôt aux ados à se tenir ? Heureusement, cette règle a été abrogée au centre du Japon. En 2019, la plupart des lycées publics de la région ont accepté de modifier leur règlement intérieur et de supprimer cette injonction. Il faut dire que la « vérification » du bon respect de cette règle s’apparentait à du « harcèlement sexuel », quand même…

Dans certaines villes, les écoles réglementent toujours le nombre d'éternuements autorisés par élève - au bout de trois, il doit sortir de la classe

Posted by Les Echos on Wednesday, October 30, 2019

4. Les chaussettes sont réglementées

En plus d’être obligatoire, leur couleur et leur taille sont imposées par les établissements. Si elles varient d’une école à l’autre, elles ont en commun d’être hautes. Les chaussettes étant obligatoires, les collants sont interdits. Oui. Même l’hiver. Quand il fait très froid. C’est pas humain.

5. La longueur des jupes est codifiée

« Bah elles n’ont qu’à faire comme nous et mettre des pantalons en faaaaaait ». Bah non. C’est interdit. Les filles doivent porter une jupe. C’est comme ça. C’est leur uniforme. Elle est obligatoire, mais doit aussi impérativement avoir une certaine longueur. Dans certaines écoles, c’est encore en dessous du genou, dans d’autres, c’est un peu plus court. Une fois de plus, ça dépend des établissements.

Japon ??Couleur et raideur des cheveux, taille des jupes... L'école japonaise est extrêmement stricte sur l'...

Posted by Courrier international on Friday, August 30, 2019

6. Les sourcils ne peuvent pas être épilés

Non, vous ne rêvez (malheureusement) pas ! Au Japon, si vous allez à l’école, interdiction de modifier la forme de vos sourcils ou de retirer les petits poils qui vous dérangent. Disposer librement de son quoi ? De son corps ? Mais qu’est-ce que c’est que cette ineptie, enfin??

L'école japonaise pervertie par des règles absurdes ?? De l'interdiction de s'épiler les sourcils à celle de se teindre...

Posted by nippon.com FRANÇAIS on Saturday, January 16, 2021

7. Il est interdit d'éternuer plus de 3 fois

Oui, oui. Vous avez bien lu. On peut éternuer 3 fois maximum. Au-delà, on se fait virer de cours. Pratique pendant une semaine de rhume, ou au début du printemps, avec tout ce pollen, là. En plus d’être vraiment con comme règle, c’est ultra dangereux de se retenir d’éternuer. Si, si, je vous jure ! La pression retenue pourrait entraîner une déchirure dans votre gorge, vous percer un tympan ou même endommager des vaisseaux sanguins dans votre cerveau. Ok, c’est très rare. Mais ça arriv… arri…arr… tchoum !

8. Il est interdit de mettre de la crème solaire

Ou du baume à lèvre. Ou du gel capillaire. Ou n’importe quel cosmétique. F-U-N.

9. Il était interdit de dormir ailleurs que chez soi (règle abrogée)

Une règle abrogée, oui, mais… seulement depuis 2019. Oui, voilà. Ça fait moins de 3 ans que les élèves japonnais peuvent choisir de dormi où bon leur semble. Avant ça, des articles de lois contraignaient les lycéens à demander à leur établissement le droit de voyager ou simplement de découcher pour une nuit. Jamais trop intrusives ces règles, punaise. HEUREUSEMENT, les citoyens, et des projets (comme « black kosoku » ) (traduisez la page avant de râler) ont tant protesté qu’ils ont obtenu gain de cause !

Fuyant le harcèlement scolaire ou la discipline de fer de l'enseignement traditionnel, de plus en plus de parents...

Posted by RFI on Saturday, February 8, 2020

10. Interdiction de boire de l'eau en EPS

Une nouvelle fois, ça dépend des établissements. Ça ne concerne pas la majorité, mais dans certaines écoles, c’est comme ça. Ce n’est pas un peu sadique cette histoire, quand même ?

11. Les garçons et les filles doivent se tenir à plus de 2 m

Et ce n’est pas dans un souci de respecter les gestes barrières ! Dans la même logique de mixité, les couples n’ont même pas le droit de rentrer ensemble. Les règles scolaires, ce n’est pas censé s’arrêter à l’école, justement ?

Fort heureusement, de plus en plus de parents d’élèves, d’associations, de professeurs ou d’élèves eux-mêmes dénoncent et s’opposent à ces lois bien réductrices et pas super modernes. Mais bon… Il n’y a malheureusement pas qu’au Japon qu’il existe des lois scolaires bien cheloues !