Certes on n’est pas obligé d’aimer tout le monde. Nous, il se trouve que ce sont les ventriloques dont la tronche ne nous revient pas. Voilà, y’a pire comme ennemis potentiels, vu qu’ils ne sont pas nombreux. Et pourtant, nous, on ne voit qu’eux. Enfin qu’eux et leur marionnette. Rien ne nous empêche donc de vous poser une question fondamentale sous cette forme : est-ce qu’une personne normalement constituée et en pleine possession de ses moyens mentaux est en mesure d’apprécier les ventriloques ? Il nous reste 10 points pour vous assurer que NON.

1. On parle de gens qui font carrière en mettant leur bras dans le cul de quelque chose

Etrange comme concept non ? Peut-on faire confiance à quelqu’un dont la principale qualité est le fist-fuck ? Attention, on ne juge pas, on se questionne. D’autant que les objets « transpercés » en question sont souvent de petits animaux mignons : singes, pingouins, animal indéfini mais pas en grande forme… A l’heure où la défense des droits des animaux prend de l’ampleur, il serait bon de s’interroger sur cette pratique. Puisqu’on ferme les zoo, interdisons les ventriloques, bon sang de bois !

2. Ils ne parlent pas vraiment avec leur ventre

On s’est renseigné: on parle ici d’un entrainement féroce des muscles faciaux, de la langue et des cordes vocales, ainsi que d’un grand travail de coordination pour faire vivre leur marionnette et et leur propre discours. Soit. Mais pas de ventre. Donc des gens qui commencent par mentir sur la réalité de leur talent, il faut s’en méfier comme de la peste. Commençons pour les appeler des « bouchiloques » ou des « lèvriloques » et là on en reparle.

3. Ils ont beaucoup trop de noms pour désigner leur "passion"

Ecoutez plutôt ce qu’on trouve en ce baladant sur le web sur la manière dont s’est tour à tour nommé leur « art »: engastriloques, engastrimandres, engastrimythes, engastromandres, gastriloques, sibilots… Un métier aussi douteux qui mobilise autant de place dans le dictionnaire devrait faire l’objet de poursuites judiciaires.

4. On n'a jamais entendu un enfant dire que "quand il sera plus grand il veut devenir ventriloque"

Astronaute, oui. Policier, oui. Ventriloque, non. Donc si un métier, puisque visiblement s’en est un, n’attire même pas les enfants alors que c’est d’abord eux qu’il cherche à faire rire en les bernant, c’est qu’il y a un problème. De là à croire qu’on devient ventriloque parce que la seule manière qu’on a eu dans son enfance de retenir l’attention de ses parents c’est de faire parler une poupée, il n’y a qu’un pas. Dit comme ça, c’est aussi le scénario parfait d’un film d’horreur. Les ventriloques sont donc des tueurs en série qui s’ignorent. CQFD (mais nous on nous la fait pas, on voit clair dans votre jeu).

5. Ils nous FONT PEUR ok ?

On a flippé toute notre enfance en voyant l’autre con de Tatayet chez Drucker, on s’endormait en faisant des cauchemars, on s’en remettait à peine après 25 ans de thérapie, et voilà que Panacloc revient sur le devant de la scène et cartonne dans les plus grandes salles. Et que les gens rient. Alors que nous on cherche à reprendre notre souffle et à partir. Loin.

6. Les poupées qui les accompagnent sont des poupées du diable

On a la preuve en images que les poupées ventriloques font peur à tout le monde en fait et pas qu’à nous. Ayez peur. Ah ça rigole moins…

View post on imgur.com

7. La légende raconte que personne n'a jamais vu un ventriloque drôle. PERSONNE

Et nous on a tendance à croire aux légendes. Pourtant, pour comprendre notre allergie, on a vu des centaines d’échanges entre une marionnette et son maître (c’est comme ça qu’on dit ?), puisque c’est le principe de ses sketchs : le ventriloque qui pose une question, la marionnette qui répond une horreur, le ventriloque qui est offusqué, et la marionnette qui en remet une couche encore pire en se moquant de la dame du 1er rang qui rigole très fort. On a même souri des fois. Mais de là à être plier de rire non. JAMAIS. Après il se peut que la tristesse dans yeux de la marionnette qui semble nous dire à la manière de Natascha Kampusch « sauvez moi ce mec est un taré » nous bloque un petit peu.

8. Dans le classement des super pouvoirs tout nuls, ventriloque arrive en 2e position

Juste devant être « invisible dans le noir » qui est 3e. On vous laisse imaginer le premier du classement.

9. Plus de ventriloque = moins de Pat Seb

Le seul gars qui mettait vraiment les ventriloques en avant à la télé, c’était Patrick Sébastien le samedi soir dans « Le plus grand cabaret du monde ». Mais Patrick a été lâchement viré de la télé, et pourtant il les aimait ses ventriloques le pat. Et pourtant, nous ce qu’on voyait surtout c’était que pendant ce temps perdu regarder une poupée souffrir et balancer des phrases racistes, Patrick il ne chantait pas. Et ça c’est trop con. Pour honorer la mémoire télévisuelle de Patrick Sébastien, brûlons les ventriloques et faisons tourner les serviettes.

10. Y'a un ventriloque qui nous doit de la thune

C’est aussi bête que ça. Un soir on prend un verre, puis 2, puis 8, et au moment de partir et de payer, le mec fait mine d’avoir oublier son portefeuille, sa marionnette aussi, COMME PAR HASARD, et nous on se retrouve à payer toutes les tournées de la soirée. Alors que c’est clairement la marionnette qui a le plus liché de la soirée et qu’elle tournait aux cocktails à 15 balles. Et ça… ça hein… ça on ne pardonne pas.

Une peur irrationnelle, ça ne s’explique pas. Donc s’il vous plait, foutez-nous la paix une fois pour toute avec vos conneries de ventriloques.

Si tu préfères comme nous le stand-up aux ventriloques, tu as plein de spectacles de stand-up à regarder gratuitement sur Youtube, tu peux aller voir pourquoi on adore Blanche Gardin qui est la personne la plus drôle de France, et tu peux aussi regarder ce top des pires doudous les plus moches de l’histoire, le genre qui ne fait pas peur qu’aux parents…