Il y a des jeux qui vous marquent, qui restent, vous accompagnent un long moment et sur lesquels vous reposez les mains un beau jour pour y retrouver le plaisir réel resté intact des premières heures. À l’occasion des dix ans de Portal 2, on a décidé de vous parler un peu de ce célèbre diptyque du studio Valve à qui l’on doit un autre monument de l’histoire des jeux vidéo : Half-Life. Vous n’avez jamais joué à Portal, vous ne savez pas ce que c’est ou au contraire vous avez tellement poncé le jeu que vous connaissez les énigmes par cœur ? Ce top est fait pour vous, histoire de découvrir ou se rappeler de l’univers singulier de l’un des jeux les plus drôles de toute l’histoire.

1. Un univers original

Afin de garder un peu de surprise pour ceux qui voudraient se lancer dans l’aventure, on va résumer un peu le truc sans trop en dire. L’univers de Portal prend place dans un immense laboratoire scientifique du nom de « Aperture Science », vous commencez dans les bottes de Chell, un personnage féminin muet que vous n’apercevez qu’en traversant des portails (on va y venir) puisque le jeu est à la première personne.

Au départ, vous suivez les ordres sympathiques d’une intelligence artificielle du nom de GLaDOS qui vous demande de réaliser une série de tests qui consistent à traverser différentes salles en résolvant des énigmes variées de plus en plus complexes. Mais au fur et à mesure que vous avancez, vous réalisez que quelque chose cloche : où sont les autres humains ? Est-ce que GLaDOS est vraiment une IA sympathique ? Le gâteau et la fête qu’elle vous promet en récompense sont-ils réels ?

2. Un gameplay novateur et efficace

Si le principe du jeu peut se résumer à traverser diverses salles en résolvant des énigmes, la série Portal n’a de cesse de se renouveler continuellement et ce dans un premier temps grâce aux portails. Vous récupérez rapidement le fameux « portal gun » qui vous permet de créer deux portails, un orange et un bleu, grâce auxquels vous avancez dans les salles. Ces portails peuvent être changés de place en adhérant à des surfaces prévues à cet effet et en traverser un vous fera sortir par l’autre. C’est là que l’originalité du jeu fait mouche : chaque salle vous demandera de vous creuser les méninges pour avancer puisqu’au fur et à mesure de votre progression les énigmes gagnent en difficulté.

3. Des mécaniques qui se renouvellent sans cesse

Lorsque Portal 2 est arrivé, certaines mauvaises langues pouvaient penser que le principe serait répétitif mais il n’en est rien. Le jeu distille intelligemment de nouvelles mécaniques : lasers à faire passer dans les portails, cubes à transporter, tourelles à combattre, et bien évidemment les gels. Au nombre de trois, les gels vous permettent d’avancer plus vite et de jouer avec l’inertie, de sauter plus haut ou de répandre une nouvelle surface où les portails peuvent être placés. Si cela n’est pas forcément clair comme ça à l’écrit, dans les faits vous adoptez rapidement leurs pouvoirs et trouvez toujours un moyen rapide de les utiliser.

4. Un jeu intemporel

Le premier Portal date de 2007 et le second de 2011, mais très franchement le jeu ne vieillit pas si mal que ça. Les graphismes du premier peuvent parfois piquer la rétine mais rien de très choquant et le second se défend encore tout à fait aujourd’hui. La cause principale en revient à son univers fait de salles de tests, les graphismes et les décors ne sont pas forcément la grande force des Portal mais ce n’est clairement pas important. Dans ses mécaniques et son gameplay, le jeu reste un ovni et joue seul dans sa catégorie : il reste donc indémodable.

5. Un ton absurde qui fait mouche

Vous pourriez vous dire en lisant ces lignes que Portal est un simple jeu d’énigme, mais ce qui fait le charme de la série et dont nous n’avons pas encore parlé est l’humour omniprésent du jeu. Les personnages, les messages, l’univers, les dialogues… Tout dans Portal relève d’une absurdité géniale. Entre les tourelles qui tentent de vous tuer en vous disant « soyons amis », le PDG d’Aperture qui a tout d’un fou à la tête d’un empire, le robot Wheatley qui fait rire à chaque apparition ou encore le moment ou GLaDOS se retrouve greffée sur une pomme de terre… Portal est drôle, franchement drôle et vous vous surprendrez à éclater de rire par moments devant la stupidité de certaines machines et situations.

6. Parce que GLaDOS

S’il fallait une seule raison pour faire le jeu, on peut citer évidemment GLaDOS. Principal antagoniste du jeu, GLaDOS se hisse assez haut dans la longue liste des meilleurs méchants de jeux vidéo. Drôle, blessante, offensante, maléfique, parfois stupide, caustique, sarcastique… Chaque ligne de dialogue de l’intelligence artificielle est géniale, chaque apparition est savoureuse et on se prend instantanément à adorer la détester. Le gâteau est un mensonge.

7. Un mode deux joueurs franchement réussi

Portal 2 était allé encore plus loin dans l’inventivité en se dopant d’un mode coopératif dans lequel on jouait deux robots sympathiques qui réalisaient une suite de tests. Franchement bien pensé, ce mode n’avait rien d’un simple ajout mais était vraiment un jeu à part entière. Replonger à deux dans cet univers est un plaisir qu’on ne boude pas, réalisé avec la même inventivité que le reste. On se marre, on travaille ensemble et on échoue beaucoup, mais toujours dans la joie.

8. Des doublages impeccables

Que vous jouiez l’aventure en version originale anglaise ou en version doublée en français, l’aventure jouit de doublages absolument géniaux. Jk Simmons et Stephen Merchant viennent sublimer la version anglaise du deuxième volet mais les voix françaises n’ont pas à rougir tant la traduction et l’interprétation font honneur aux dialogues originaux. Dans les deux versions le jeu est foutrement drôle et garde son univers si original intact.

9. Des personnages instantanément cultes

Que ce soit Cave Johnson le fondateur d’Aperture Science qu’on entend au travers de mémos à mourir de rire, Wheatley le robot sympathique un peu naïf, l’intelligence artificielle complètement obsédée par l’espace, les tourelles qui veulent sympathiser ou GLaDOS, Portal vous fait découvrir une galerie de personnages vraiment drôles et originaux et arrive à vous faire rire avec de simples enregistrements ou des rencontres fugaces. Paré d’une écriture et de dialogues impeccables, Portal est un jeu marquant et est souvent considéré comme un monument de l’humour absurde du jeu vidéo.

10. Portal 2 : Reloaded

La communauté des moddeurs « Portanis » vient tout juste de sortir un véritable DLC gratuit assez conséquent de plus de 25 niveaux dans lequel un nouveau portail a été ajouté (qui permet de voyager dans le temps). Intégralement doublé avec l’humour propre à la série, ces passionnés livrent (encore une fois, gratuitement) une véritable raison de se replonger dans le jeu culte ou tout simplement de le découvrir. Seule condition pour profiter de ce mode : avoir la version steam du jeu de base sur PC.

Faites vous plaisir, faites Portal. Vous pouvez aller voir les jeux vidéo en version honnête, c’est vraiment cool.