Après la dernière tuerie survenue dans l’école d’Uvalde au Texas le sujet de la libre circulation des armes aux États-Unis a une nouvelle fois été remis en question, comme presque à chaque fois qu’un fait divers aussi horrible a lieu. Le problème est plus complexe qu’il n’en a l’air avec l’histoire longue de plusieurs décennies du puissant lobby National Rifle Association (NRA) qui fait barrage à chaque réforme et on a décidé de vous expliquer un peu plus en détail cette situation et de vous présenter les pires arguments donnés par les pro-armes dans le pays de l’oncle Sam.

Un contexte historique pro-arme important

1. Le deuxième amendement, l'un des droits les plus ambigus des États-Unis

La déclaration des droits américains ne perd pas de temps pour parler d’armes, c’est tout bonnement le deuxième point de celle-ci qui aborde ce sujet : « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, il ne pourra être porté atteinte au droit du peuple de détenir et de porter des armes« . De nombreux américains sont attachés à cette partie de la déclaration et considèrent ce droit d’être armé comme l’un de leurs droits les plus stricts. Le problème auquel se heurte chaque politicien qui veut changer la législation sur les armes est donc de s’attirer les foudres de personnes prenant cela comme une atteinte à leurs droits et à leur liberté, des gens qui plus est poussés par l’un des lobbys les plus importants du pays : la NRA.

2. La NRA, l'un des lobbys les plus puissants des États-Unis

La National Rifle Association (littéralement « Association nationale des fusils ») existe depuis 1871. Cette association pro-arme est la plus puissante des États-Unis et comptait pas loin de six millions de membres actifs en 2018, ce qui est loin d’être la majorité de la population américaine (329,5 millions en 2020). Mais l’association est extrêmement puissante et pèse plusieurs centaines de millions de dollars, financées par les dons des membres et les sociétés fabricantes d’armes. Elle possède une chaine télévisée, sort régulièrement des livres et fait énormément de campagnes publicitaires pour défendre l’utilisation des armes ainsi que des programmes de sensibilisation à la sûreté des armes qui ne servent à rien.

Crédits photo : inconnu

3. La NRA dans la politique américaine

Depuis les années 30 la NRA est devenu un lobby capital au niveau politique, elle catégorise les personnalités politiques en leur donnant une note allant de A (pro-arme) à F (anti-arme). Elle aide certaines personnalités politiques à financer leurs campagnes en fonction de leur défense du second amendement, donnant par exemple 20 millions de dollars pour la campagne de George Bush Jr et 31 millions pour la campagne de Donald Trump.

Le pouvoir du lobby est gigantesque, au lendemain de la tuerie d’Uvalde, Joe Biden, président des États-Unis déclarait « Quand, pour l’amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes ? Je suis écœuré et fatigué », ce qui vous donne une idée d’à quel point cet adversaire est puissant pour que même le président n’arrive pas à endiguer son activité.

4. Une opinion publique en forte baisse

Malgré une puissance indéniable sur le plan politique, la vision de la NRA par la population tend à être de plus en plus négative. Après les innombrables tueries qui ont eu lieu sur le sol américain, de plus en plus de gens critiquent son pouvoir et la libre circulation des armes sur le territoire. La principale réforme que souhaite Joe Biden (et avant lui Barack Obama) est de contrôler le casier judiciaire des acheteurs et d’obliger un délai avant que quelqu’un puisse se procurer une arme, mais rien ne bouge sur cet aspect malgré une approbation majoritaire de la population sur une telle réforme.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Bjoertvedt

Des mesures de sécurité proposées qui n'arrangent rien

5. "Il faut mettre en place des systèmes de défense sophistiqués dans les écoles"

Un gros programme de défense des écoles a été mis en place après les tueries de 2018 : des barrières sécurisées qui entourent complètement l’établissement, des exercices pour le personnel et les élèves afin de se protéger en cas d’attaque, un système de surveillance des réseaux sociaux, des caméras de sécurité partout, un système d’alerte de menace, des serrures sécurisées dans chaque classe pour que les instituteurs s’enferment… L’école d’Uvalde où a eu lieu la récente tuerie avait absolument tous ces équipements, cela n’a rien changé.

6. "Il faut mettre des gardes armés à l'entrée des écoles"

Et ça a été fait, on a littéralement mis des gens armés à l’entrée des écoles pour « les défendre » et ça ne fonctionne pas. Pour rappel l’école d’Uvalde avait sa propre police, une milice de gardes armés pour arrêter toute menace, ce qui n’a pas été le cas.

7. "Il faut armer les instituteurs"

Si les policiers qui travaillent directement dans l’école ne suffisent pas alors il faut que les professeurs soient armés. C’est complètement débile, on dit aux gens qui doivent instruire les enfants qu’ils doivent maintenant également les défendre en étant prêt à tuer et jouer leur vie en cas d’attaque.

Les pires arguments des pro-armes

8. "Le seul moyen d'arrêter un méchant avec une arme c'est un gentil avec une arme"

C’était après la tuerie de l’école de Sandy Hook, le vice-président de la NRA avait balancé cet argument pour défendre la possession d’arme. Et finalement c’est super simple, ok les méchants ont des armes mais si les gentils en ont aussi alors ça va s’arranger. La preuve, il n’y a pas eu d’autres tueries depuis celle de Sandy Hook en 2012.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Gage Skidmore

9. "Les armes ne tuent pas les gens, les gens tuent les gens"

Devenu pendant un temps le slogan de la NRA cette phrase montre l’hypocrisie du lobby dans toute sa splendeur. Évidemment ils ne parlent pas des nombreux accidents qui arrivent avec des enfants qui n’avaient aucune intention de tuer mais ont tiré accidentellement sur quelqu’un après avoir trouvé une arme.

10. "C'est la faute des jeux vidéo"

Grand classique de la défense, si les gens vous traitent de coupable il faut rediriger la faute sur quelqu’un d’autre. Les jeux vidéo sont généralement cités comme étant le terreau de la violence dans lequel poussent les futurs terroristes. Il y a des millions de joueurs autour du monde et c’est forcément tous des tueurs en puissance. Pathétique.

11. "Le tueur avait des problèmes de santé mentale"

C’est devenu l’un des arguments prioritaires des pro-armes, le problème n’est pas que le tueur était armé, mais qu’il avait des problèmes de santé mentale. Le truc, c’est que s’il avait eu des problèmes de santé mentale sans avoir de fusil automatique et des centaines de munitions, il aurait probablement tué moins de gens.

12. "On ne peut pas porter atteinte à la liberté du second amendement"

Comme on le disait au début de ce top la notion de liberté et de constitution est capitale, et bien souvent cet argument fait mouche parce que les pro-armes savent l’utiliser à outrance. Mais les lois évoluent, faudrait peut-être penser à changer celle-là.

13. "Les armes sont le moyen d'auto-défense le plus efficace"

Pas faux, mais s’il y a moins de gens armés qui menacent les autres, alors il y a moins de raisons de se défendre. Mais ça généralement ils ne veulent pas l’entendre.

14. "Les lois contre les armes n'empêcheront pas les criminels d'en avoir"

Oui parce que limiter la libre circulation des armes ça n’empêchera pas le marché noir de prospérer, ce qui n’est pas complètement faux, mais ça permettra déjà d’amoindrir le nombre d’armes qui se déplacent dans le pays.

15. "Un marteau est une arme, on ne va pas bannir les marteaux ?"

Ils sont forts, celle-là avait été sortie par un membre du congrès pro-arme, genre on peut tuer quelqu’un en le frappant très fort avec une meule de gruyère, on ne va quand même pas empêcher les gens d’avoir des meules de gruyère ?? Fallait l’oser.

16. "De toute façon les gens peuvent se fabriquer des armes maintenant"

Avec les imprimantes 3D il est possible de fabriquer une arme à feu létale de type pistolet qui peut tirer quelques coups avant d’être inutilisable et ça c’est un argument à priori. Alors oui, on ne peut pas contrôler le nombre d’impressions d’armes mais ça reste toujours beaucoup plus isolé que tous les gens qui se procurent n’importe quelle arme automatique à grande capacité dans les nombreuses armureries du pays sans aucun contrôle.

Les chiffres affolants sur les armes aux États-Unis font vraiment flipper, mais pour vous en remettre on vous propose les pancartes marquantes des marches anti-armes, ça redonne un peu espoir.

Sources : France Info, Wikipédia, NBC, Rolling Stone, Paste Mag, Ranker, Atlantic.