Le truc d’Antonin Charbouillot, jeune photographe français, c’est le froid. Il a donc commencé par découvrir les joies du nord américain en passant 3 mois auprès de pêcheurs en Alaska. Il a enchainé avec un crowdfunding qui l’a envoyé en Laponie. Dans ces cas là, la moindre des choses, c’est de ramener de belles photos.

1.

View this post on Instagram

Nous sommes déposés aux abords du lac Kluane par Dave, un trappeur de la région. C’est un petit moustachu grisonnant. Il a la bonté gravé dans l’iris et la discretion des hommes des bois. Avant de nous quitter Dave nous tends un sac. - De la viande de Caribous, pour vos longues nuits dans les montagnes. Une poignée de main, la promesse de revenir lui rendre visite à notre retour des montagnes, et nous voilà reparti pour une dizaine de jours dans les méandres sauvages du Yukon. Alors que nous traversons difficilement les marécages pour accéder à la forêt, les premiers flocons commencent leurs premières voltiges autour de nous. C’est l’annonce de l’hiver. Le temps est figé et me replonge dans mes souvenirs quelques années auparavant : enfermé dans une salle de classe à observer cette même neige tombé par la fenêtre, et rêvant de liberté. Rapidement, les traces fraîches d’un jeune grizzly me sortent de mes pensées. Elles mènent droit aux montagnes. C’est là que nous aurons peut-être une dernière chance de croiser son regard avant l’hibernation. Je jette un coup de jumelles aux alentours dans l'espoir de dinstinguer le discret plantigrade. Des taches blanches s’accrochent à la paroi argentée : un troupeau de mouflons de Dall observe sereinement la vallée. En relevant la tête, j’aperçois à quelques mètres de moi un petit écriteau et m’approche pour le lire. « Ici est morte .... Emportée par un grizzly…» La longue description de la mort me fait frissonner. L’obscurité nous entoure. L'atmosphère devient pesante. Il est temps de poser le camp.

A post shared by ANTONIN CHARBOUILLOT (@charbs_explorer) on

7.

View this post on Instagram

Nous sommes face au feu sur un glacier reculé d’Alaska quand mon ami Steve commence à me raconter cette histoire : Après avoir sillonné la mer de Bering pour pêcher les crabes géants il vivait avec une tribu de natif dans le Nord de L’Alaska il y a une quinzaine d’années. L’histoire se déroule en septembre alors que la toundra commençait à s’enflammer de couleurs automnales. Avec plusieurs natifs la chasse au caribou à commencé avant l’hiver hostile. Chacun part de son côté avec le minimum pour survivre pour plusieurs semaines et un fusil. Après plusieurs jours sans trace du moindre caribou, il suit la direction du Nord. Enveloppé par la brume, il arrive aux abords d’une pente abrupte. Il commence la descente et fini quasiment en escalade. Impossible de remonter dans l’autre sens. Lorsqu’il touche enfin le sol, ces yeux perçoivent quelque chose dans le brouillard. À 15 m de lui une forme immense et poilue au sol. Un grizzly endormi??? Si oui, il est immense. Le poul s’accélère. Il se trouve bloqué entre la falaise et l’animal. Il tente de faire un bruit, mais rien ne bouge. Il finit par s’approcher et découvre avec surprise un bœuf musqué mort. Probablement tombé de la falaise, se dit-il. Puis un premier détail étrange… Le bœuf est mangé par endroits et toute la peau des pattes est totalement retournée... Son sang ne fait qu’un tour. Il est au beau milieu du garde mangé d’un grizzly… Il est minuit sur notre glacier et le feu continue de refléter sur la glace, les braises crépite et les étoiles dansent. ?

A post shared by ANTONIN CHARBOUILLOT (@charbs_explorer) on

8.

10.

C’est quand même autre chose qu’une plage bondée, non ?Source : Antonin Charbouillot