Vous pensiez que le tennis était un sport classe pratiqué par des gens distingués et que c’est pour ça qu’on ne peut pas crier comme des malades lors des matchs (j’ai jamais compris ça d’ailleurs) ?

Eh bien, détrompez-vous, les tennismans aussi pètent des câbles, et surtout pètent des raquettes ou insultent des arbitres, et ce n’est pas joli à voir (mais au moins ça donne du spectacle). Retour sur les dix fois où des tennismen, ou tenniswomen, ont vraiment abusé et sont passés, à juste titre, pour des gros rageux.

1. Marat Safin, le plus grands des rageux

Comment ne pas commencer ce top sans mentionner Marat Safin ?

Le joueur russe a remporté pas mal de titres (15 titres en simple sur le circuit ATP dont l’US Open et l’Open d’Australie) et a déjà été numéro 1 mondial, ok, c’est pas n’importe qui. Mais Safin est aussi très connu pour casser des raquettes, beaucoup de raquettes. Il avait lui-même déclaré lors d’une conférence de presse en 2009 « j’ai dû casser plus de 700 raquettes » et a ensuite précisé « qu’elles le méritaient ». Euh ok, Safin, elles t’ont fait quoi ces raquettes en fait ??

Sachant qu’une raquette de qualité pour les joueurs professionnels coute environ 200$, on peut estimer que le mec a gâché environ 140.000$, normal. Safin n’a pas trop les mêmes problèmes que nous niveau thune je pense.

2. Fabio Fognini, ne casse pas forcément des raquettes mais insulte

Pour l’italien, casser des raquettes ça ne vaut pas forcément le coup, mais par contre quand on perd pied, insulter son adversaire, les arbitres et à peu près tout le monde, c’est beaucoup plus fun.

Malgré son talent, Fognini est surtout connu pour ses pétages de plombs à répétition. Pour n’en citer que quelques-uns, on a par exemple en 2018, la fois où il perd contre le français Jérémy Charly au deuxième tour de l’Indian Wells et se permet de dire devant tout le monde « il joue au hasard », et « va te faire foutre connard », puis d’autres attentions toutes mignonnes comme ça. Il avait aussi dit à Nadal « me casse pas les couilles connard », lorsque que ce dernier lui avait fait remarquer le long temps de pause entre chacun de ses services.

Une des plus récentes est l’insulte qu’il a proféré contre Medvedev, « frocio », en juillet 2021. Évidemment, il a été accusé d’homophobie, et il s’est donc excusé par la suite en expliquant qu’il avait eu « trop chaud » et que la chaleur lui était montée à la tête…euh ouais c’est vraiment pourri comme excuse, on ne savait pas que la chaleur rendait homophobe.

3. Marcos Baghdadis, celui qui détient le record de cassage de raquettes

On explique, Marcos Baghdadis détient VRAIMENT le record du nombre de raquettes cassées en seulement 30 secondes : 4. C’était à L’open d’Australie en 2012 face au Suisse Stanislas Wawrinka. Ouais c’est chaud pour lui d’être connu pour ça, mais il devait être vraiment, vraiment pas content. C’est vrai que moi quand j’ai su que j’allais rater mon permis, j’ai volontairement foncé dans un mur pour casser la bagnole et l’examinateur avec. Après tout c’est logique de déglinguer ce qui nous contrarie.

Apparemment, quand le chypriote est énervé, il s’en prend à son matériel, et désormais il ne prend même plus la peine de déballer ses raquettes avant de les fracasser. Sinon les séances de méditation pour apaiser ses tensions ça existe aussi.

4. Xavier Malisse, cassage et insulte

Pourquoi se priver quand on peut faire les deux ? Xavier Malisse l’a bien compris, il pète ses raquettes (classique) mais insulte aussi les arbitres de touche. Le Belge avait été disqualifié en 2005 au tournoi de Miami, car il avait d’abord éclaté son matériel, puis insulté totalement gratuitement le superviseur et la juge de ligne. C’était dans un match contre David Ferrer lors des premiers tours du tournoi. Malisse s’était senti victime d’une injustice de la part de la juge de ligne et c’est pour ça qu’il avait pété un câble.

Bref, combo pour l’athlète qui forcément est disqualifié de son match et reçoit une amende.

5. Mikhail Youzhny, le mec qui s'explose la tête

Alors là, on part sur une histoire vraiment cocasse. Vous connaissez forcément dans votre entourage un mec assez débile pour casser des glaçons avec son front en soirée, et si vous n’en avez jamais connu dans votre vie, c’est sûrement parce que vous ne voulez fréquenter que la haute société. Bref, tout ça pour dire, que c’est quasiment ce qu’à fait Mikhail Youzhny en explosant sa raquette contre sa tête.

Le seul problème, c’est que ça n’est pas la raquette qui s’est cassée, mais bien sa tête. Il s’est ouvert le crâne et a dû demander l’intervention d’un médecin. Voilà, c’était en 2008 au tournoi de Miami (encore) que le russe s’est clairement affiché face à tous, et le pire, c’est qu’il a continué de faire ça plus tard, mais sans se casser la tête.

6. Daniel Köllerer, dit "Crazy Dani"

Le nom en dit beaucoup sur la personne. Le joueur autrichien est connu pour ne respecter personne, ce qui généralement, n’est pas top quand on est joueur de tennis. D’un niveau moyen (il n’a jamais dépassé la 55e position au classement mondial), il s’est fait une réputation sur les réseaux notamment, en insultant et crachant sur à peu près toutes les personnes présentes lors des matchs (public, adversaire, arbitres, tout le monde y a le droit).

Il était détesté de tous les autres joueurs du circuit APT qui refusaient de lui serrer la main, comme c’était notamment le cas du joueur brésilien Marcos Daniel, que Köllerer avait traité de « singe » en lui disant de « retourner dans sa jungle », bonne ambiance.

Il a donc été suspendu… à vie en 2011 (oui, c’est possible). Bye bye Crazy Dani, et personne ne te regrette.

7. Goran Ivanisevic, le mec qui s'est mis dans la merde tout seul

Une histoire encore une fois assez cocasse quand on parle de Goran Ivanisevic. Il avait cassé trois de ses raquettes lors d’un match en 2000 à Brighton, ok à côté du record de Marcos Baghdadis, trois raquettes c’est pas ouf. Le seul problème, c’est qu’après ça, Ivanisevic n’avait plus de raquettes pour jouer, ce qui généralement pose un peu problème. Il n’a pas pu emprunter la raquette de son partenaire de double, car ce dernier avait un équipementier différent, et qu’en termes de contrat, forcement ça posait problème. Eh bien du coup il a été obligé de déclarer forfait. C’est un peu con quand même.

8. Michael Kouame, qui baffe son adversaire lors du tournois IFT au Ghana

Le jeune joueur français, après avoir perdu son match contre le ghanéen Raphaël Nii, a baffé son adversaire parce qu’il avait perdu, ouais logique finalement, je fais ça tout le temps moi.

Il s’est excusé publiquement après cela en expliquant qu’il avait vrillé après que le public l’a insulté pendant le match, insistant sur le fait que ce match était particulièrement frustrant, bon ça n’excuse pas vraiment le geste, mais Michael Kouame l’a reconnu lui-même et attend sa sanction. Il faut rappeler qu’il n’a que 15 ans et débute dans le tennis de haut niveau, y’a plus qu’à espérer qu’il se calme avec les années sinon ça risque d’être compliqué.

9. Andrey Rublev, le mec gênant

Le joueur russe fait plutôt partie des moments gênants de l’énervement que de ceux où on se dit « ah ouais le mec est vener », tout simplement parce qu’il aimerait péter des raquettes, mais n’y arrive pas. Il faut croire qu’il a du matériel de bonne qualité, ce qui a priori est une bonne chose, mais du coup il y perd vraiment en street cred’ et ça, c’est plus embêtant.

Souvenez-vous en 2016 à Saint-Pétersbourg quand il a essayé à plusieurs reprises de casser sa raquette sans succès. Sur les réseaux, le public s’est régalé à le comparer à Stanislas Wawrinka qui n’a aucun mal à briser sa raquette en un seul coup. Après, on rappelle que le but de ce sport n’est pas de détruire des raquettes, donc il n’y a pas de fierté à avoir.

10. Et même les grands athlètes comme Serena Williams, Djoko ou Federer ont leur petites humeurs

La grande Serena Williams a, elle aussi, déjà cassé des raquettes et a déjà été sanctionnée pour cela, comme c’était le cas face à Naomi Osaka en 2018 lors de l’US Open, où l’américaine s’était inclinée face à la japonaise et avait fracassé sa raquette en signe de frustration.

Pareil pour Djoko, qui comme on le sait peut parfois être colérique, il est même assez réputé pour ça. Ça a été le cas au JO de Tokyo en 2020, ou à l’ATP 500 de Dubaï début 2022, pour ne citer que quelques exemples, car dès que les choses ne tournent pas à son avantage, il pète des raquettes.

Enfin, même Federer a fait son petit bout de chemin avant de devenir le gentleman qu’il est aujourd’hui. C’était un nerveux dans sa jeunesse, et on se souvient aussi de ce magique cassage de raquette face à Djoko à Miami en 2009. Bref, tout le monde est passé par là finalement.

On a quand même mal pour toutes ces petites raquettes…