Si pour toi des vacances réussies passent obligatoirement par des posts en quasi temps réel sur ton compte Facebook, mieux vaut que tu évites ces destinations qui ont un petit problème avec l’ami Zuckerberg.

1. La Chine

La ligne officielle de l’État chinois explique que «la Chine n’interdit pas Facebook en tant qu’entreprise. C’est seulement son réseau social qui n’est pas autorisé !». Une jolie pirouette digne d’un « ce n’est pas un échec, mais ça n’a pas marché » d’Emmanuel Macron interrogé il y a quelques mois sur l’application StopCovid. Là où les Chinois sont très très forts, c’est qu’ils ont beau interdire Facebook sur leur territoire, leurs entreprises représentent le deuxième plus gros clients de l’application en termes de publicité pour refourguer leurs produits aux utilisateurs du monde entier.

2. L’Iran

Les Iraniens sont privés de Facebook et de Twitter depuis 2009, bien que leurs représentants eux ne se privent pas d’utiliser ces réseaux sociaux à titre personnel et de communication. Sans doute pour poster des vidéos de Shah !

3. La Corée du Nord

Si Facebook se comporte à bien des égards comme une dictature, espionnant sans vergogne ses utilisateurs et revendant leurs données à des annonceurs complices, la Corée du Nord ne lui a jamais ouvert ses portes. A la place, elle décida en 2016 de lancer sa propre version du célèbre réseau social starcon.net qui au moins annonce clairement la couleur.

4. L’Arabie Saoudite

Quand ce n’est pas Netflix qui s’autocensure pour faire plaisir aux autorités locales, ce sont ces dernières qui coupent les réseaux sociaux quand elles ont besoin de laver leur linge sale en famille. Ce fut notamment le cas en 2010 et en 2016 pour Messenger. Et si Facebook n’est pas officiellement interdit en Arabie Saoudite, mieux vaut garder en tête que tous les comptes sont contrôlés et surveillés par la monarchie, si on veut la garder (la tête donc).

5. Le Pakistan

Au Pakistan, on ne rigole pas avec le Prophète. Déjà en 2010, Facebook fut bloqué pour « multiplication de contenus sacrilèges » après qu’un utilisateur eut lancé un concours de dessin de Mahomet. En 2020, rebelote ! Cette fois, ce n’est pas Allah qui sert de prétexte mais les contenus visant à discréditer l’action du gouvernement d’Islamabad… very bad.

6. L’Érythrée

Le pays n’a pas officiellement banni Facebook. Il a fait encore plus fort puisqu’il a carrément nationalisé internet ! Résultat, seul 1 % de la population aurait accès au web, dont on imagine une bonne partie s’habillerait en kaki avec une matraque accrochée à la ceinture.

7. Le Turkménistan

Seul pays où il n’y a officiellement eu aucun cas de Covid-19 cette année, puisque les autorités ont interdit d’utiliser ce mot, le Turkménistan bloque l’application Facebook pour la remplacer par un réseau social fait maison : BizBarde. Attention, ici les cookies ont des gueules de collabos et vous balanceront aux autorités si vos posts ne leur conviennent pas.

8. Les îles Solomon

Victime de vives critiques de la part d’utilisateurs sur Facebook, le gouvernement des îles Solomon au nord-est de l’Australie a décidé en 2020 d’interdire pendant une durée indéterminée le réseau social de son territoire. Hâte de voir leur réaction quand les mecs feront connaissance avec les trolls sur Twitter !

9. L’île de Nauru

Petite île située au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Nauru a longtemps été un des pays les plus riches du monde juste derrière l’Arabie Saoudite. Ici point d’or noir mais du phosphate qui transforma l’île en paradis fiscal jusqu’au milieu des années 90 et l’épuisement des réserves. Résultat, des paysages ravagés par l’exploitation minière, et où la seule activité est assurée par un centre de détention utilisé par les autorités australiennes pour parquer les réfugiés récupérés dans les eaux internationales. Un enfer que la plus petite république du monde (25km2) a bien essayé de cacher notamment en interdisant l’utilisation de Facebook sur son territoire depuis 2015.