Le cinéma, les livres et les jeux vidéo nous permettent de nous évader, de rêver, de voir des mondes incroyables et de découvrir devant nos écrans l’imagination débordante et le talent de certains artistes. Bon, la rançon de cette magie est probablement de devoir se taper aussi les bouquins de Zemmour et le jeu « Détective Barbie 2 : les vacances mystérieuses » mais on a rien sans rien. Dans tous les cas, parfois ces œuvres se placent dans le futur (par rapport à leur date de production) et lorsqu’on les regarde aujourd’hui, on se demande comment les gens pensaient que notre époque aurait ce style.

1. Selon "Johnny Mnemonic", on aurait des implants dans le cerveau

Selon ce film canado-américain de 1995 avec Keanu Reeves dans le rôle titre, les gens ont des implants dans le cerveau et transportent des données (un genre de coursiers mais avec des données quoi). Le personnage de Johnny en est un et accepte une surcharge de données sensibles qui pourraient lui coûter la mémoire et la vie, puis il essaie de les livrer en se faisant courser par des Yakuzas. C’est pas tout à fait l’image que j’ai de 2021 mais bon, ça peut changer vite.

2. Selon "Alerte Satellite 02", la lune serait colonisée

Si on s’était un peu sorti les doigts, on aurait pu le faire. Dans ce film de 1969, la lune est en pleine colonisation et on exploite son sol. Bon ça parle d’une attaque de mercenaires contre une concession minière et d’une nana qui veut retrouver son frère mineur sur la lune. En gros on n’y est pas du tout, mais genre pas du tout du tout.

3. Selon "Les fils de l'homme", on ne pourrait plus avoir de gamins

L’excellent film se passe en 2027, mais le roman en 2021. Dans le bouquin, l’humanité est condamnée par l’impossibilité de se reproduire. C’est con dit comme ça, mais en vrai si on peut plus faire de gamins, bah on disparaît quoi, c’est assez logique. Alors très franchement je suis plutôt content qu’on ne soit pas proche de ce scénario là, c’est pas le plus optimiste.

Crédits photo (Creative Commons) : DatBot

4. Selon "Sans un bruit", des bestioles menaceraient de nous buter si on parle

Dans ce film de John Krasinski (oui oui, Jim de The Office) qui joue également dedans, le monde tel qu’on le connaît a été annihilé en 2020 par des extraterrestres aveugles mais super vener quand on fait un peu de bruit. Un genre de vieille bibliothécaire somme toute, mais dont la peau est blindée et du coup assez increvables. Par conséquent, dans le film qui se déroule en 2021, bah y’a plus grand monde sur Terre et les rares survivants parlent en langage des signes tout en vivant dans une peur perpétuelle. C’est pas vraiment le futur le plus cool qu’on puisse imaginer.

5. D'après "Resiklo", des aliens de type insecte auraient envahi la planète

L’histoire du film se déroule en décembre 2021, des aliens qui ressemblent à des insectes ont un peu foutu le bordel sur Terre et les survivants tentent par définition de survivre. Un scénario convenu et classique pour un nanard aux mêmes qualités. Bon y’a aussi une histoire d’humains qui ont muté et qui s’allient avec les aliens, du coup ça fait des ennemis en plus et on ne peut faire confiance à personne. 2021, une belle année de merde dans ce film.

6. Selon "Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare" un astéroïde devrait tout faire péter

Dans ce film de 2012 qui n’a vraiment pas marché au box-office, un astéroïde menace de s’écraser sur Terre et la dernière tentative pour l’en empêcher à échoué. Il reste donc trois semaines à l’humanité. Le personnage principal se fait quitter par sa femme, puis rencontre sa voisine, sympathise avec elle et gna gna gna. Bon, les gens passent aussi leur temps à faire des soirées et picoler ce qui est crédible par contre. Une belle manière de partir, en faisant une vraie teuf de trois semaines.

7. Selon "Dead Rising 3 et 4", on vivrait tout simplement avec des zombies

Si l’on en croit le scénario de cette série de jeux vidéo célèbres, les zombies seront partout, menaçant de nous bouffer. Et pire encore, les gens seront devenus dingues et du coup seront limite plus dangereux que les zombies. Bon c’est un peu ce qui se passe dans toutes les œuvres du genre, ça s’entretue, ça se fait mordre et tout le bordel. Donc clairement on peut encore espérer une année 2021 mieux que celle là.

8. Selon "The Drowning", les gens se transformeraient en bestiole après avoir été en contact avec un liquide noir

Ouais, on est toujours un peu dans le même thème quoi, un truc qui transforme les gens en genre de zombie. Les infectés font tout pour attirer les survivants dans la matière noire chelou et ainsi en transformer encore plus, parce que chez les zombies l’unité fait la force. Encore une fois le scénario de ce jeu vidéo n’est pas très original, mais bon il n’est pas resté dans les mémoires de toute façon. Je vous met la bande annonce, au cas où vous voulez vous faire kiffer.

9. Selon "Scorcher" on ferait des courses futuristes de malade

Eh ben enfin un peu de fun !! Bon dans ce jeu qui se déroule dans un monde dystopique il fait tout noir et tout moche et ça a clairement l’air tout pourri dehors, n’allez pas croire le contraire. Mais au moins on s’amuse un peu en faisant des courses cheloues dans des motos futuristes. Allez regarder la vidéo de gameplay, mais attention, ça fait vraiment saigner les yeux.

10. D'après "les enfants du temps", une fille serait capable d'arrêter la pluie

Enfin un truc plutôt positif pour ce bel animé. En résumé, un jeune homme s’installe à Tokyo et se rend compte qu’il pleut tout le temps, puis il fait la rencontre d’une jeune fille qui semble pouvoir faire revenir le soleil (d’où le titre anglais « Weathering with you »). Une belle histoire un peu plus heureuse que les trucs de zombies, d’aliens et d’astéroïdes des autres scénarios. Le tout réalisé par l’artiste à qui l’on doit « Your Name », Makoto Shinkai.

Vous voyez que parfois on nous prend quand même pour des cons, et en même temps y’a pas vraiment de scénario qui donne franchement envie. Bon, vous pouvez aussi aller voir les films et les jeux qui se passent en 2020, vous allez voir qu’il y a pas mal de différences également.