Il y a des films maudits à cause de leur tournage, de leurs recettes en salles ou tout particulièrement parce qu’au moment de leur promo un bad buzz est arrivé et que ça a complètement impacté les projets de l’équipe. Certains films ont réussi à surpasser ce cap et à se remettre de cette mauvaise image et d’autres ont directement sombré dans l’oubli parce que c’était trop tard (la vie est mal foutue). On a donc plusieurs exemples à vous montrer de films qui ont au moins marqué le cinéma pour une raison : avoir fait parler d’eux en mal avant même leur sortie.

1. "Les SEGPA"

Un film caricatural sur des élèves qui en prennent déjà plein la gueule et qui va à coup sûr être un tunnel de blagues usées (y’a qu’a voir la bande annonce) et jouer sur les clichés : c’est la dernière comédie française qui est pour le moment la cible de pas mal de critiques avant même sa sortie. Et ce même si elle est défendue par son producteur Cyril Hanouna, ce qui n’est pas le meilleur moyen de faire l’unanimité. Pas grand chose à dire, regardez la bande annonce ça se suffit à soi même.

2. "Les animaux fantastiques 3"

Le troisième volet des aventures de Norbert Dragonneau a souffert de deux bad buzz avant même la fin de son tournage : le premier est le rôle de Gindelwald joué par Johnny Depp qui était en plein procès et que la production a préféré refiler à Mads Mikkelsen et le deuxième concerne la créatrice de l’univers J. K. Rowling et ses déclarations jugées transphobes qui a été tout simplement écartée du projet. Compliquée la promo.

3. "Sonic"

Souvenez vous de la première bande annonce du film Sonic, un personnage qu’on adore pourtant vu qu’on vous a même dit que Sonic défonce Mario. Pourtant le design du personnage n’a pas DU TOUT été bien reçu par les fans. Heureusement le studio a complètement accepté les critiques et pris le bad buzz naissant comme un signal qu’il fallait changer des trucs, et quelques mois plus tard on a eu droit à une version du hérisson beaucoup plus fidèle et moins flippante. Beau changement de cap.

4. Exodus : Gods and kings

En pleine promotion de son film, Ridley Scott avait répondu à la question d’un journaliste qui lui demandait pourquoi les acteurs qui jouaient Moise et Ramsès étaient tenus par des acteurs blancs en déclarant qu’en gros il ne pouvait pas prendre un acteur arabe pour un film de ce budget car les studios ne le financeraient pas. Grosse critique d’Hollywood sur le « whitewashing » et les habitudes étranges de casting a Hollywood. Le truc a bien bad buzzé à l’époque, contre le film, le réalisateur et les studios.

5. Les visiteurs 3

Lorsque « Les visiteurs 3 » a dévoilé son affiche il y a eu comme un gros bad buzz, et pour cause, de tous les acteurs présents sur l’affiche le seul à ne pas avoir son nom d’écrit était Pascal N’Zonzi, également le seul acteur noir de la bande. L’erreur a bien vite pris de l’ampleur au point d’éclipser tout le reste sur la promo. Puis le film est sorti et il n’y avait plus tellement de doutes sur sa qualité.

6. Music

Le film de la chanteuse Sia qui parle d’une adolescente autiste a directement créé un bad buzz après la diffusion de sa première bande annonce pour deux raisons : la première c’est que l’actrice n’était pas autiste, ce qui a dérangé plusieurs personnes, et la deuxième c’est qu’on voyait dans les extraits une scène où un proche de la jeune fille lui faisait une prise de contention (plaquer au sol) pendant une crise. Cette technique est assez décriée car elle est jugée dangereuse et peut même s’avérer mortelle, les critiques sont alors tombées sur l’artiste et son film qui n’était pas encore sorti au point qu’elle a décidé de fermer son compte Twitter et d’annuler toutes ses interviews.

7. À bras ouverts

Le film raconte l’histoire d’un écrivain bobo qui accueille une famille de Roms chez lui car il y est obligé. Cherchez pas, c’est bien Christian Clavier dans le rôle du bobo. Le titre provisoire du film pendant le tournage était « Sivouplééé ! » et ça donnait direct le ton du projet. Jugé raciste, cliché et pointé du doigt par plusieurs associations le film a directement souffert d’un gros bad buzz avant sa sortie, ce qui ne s’est pas arrangé après quand les notes des spectateurs sont tombées.

8. Mulan (2020)

Premier problème du film Mulan en live-action : le tournage qui se déroulait en Nouvelle-Zélande ainsi que dans la région chinoise de Xinjiang (là où on trouve des camps d’internements) ce qui fait un lieu qui n’a rien à voir avec la Chine et un autre particulièrement polémique. Quand les choses commençaient à se tasser sur le film c’est l’actrice principale qui a soutenu la police face aux manifestants pro-démocratie de Hong-Kong qui a relancé un bad buzz de trop. Résultat : des gens (beaucoup de gens) ont appelé au boycott et le film est sorti directement sur la plate-forme Disney + à cause du covid (mais pas que, vous imaginez bien).

9. Cats

Adapter l’un des plus grands succès de Broadway de tous les temps est un projet déjà compliqué, mais le problème de Cats vient d’autre part, c’est arrivé directement après la diffusion de la bande annonce : ça foutait clairement mal à l’aise. Le design des costumes et l’ambiance qui se dégageait des images a vraiment refroidi tout le monde d’un coup et à partir de là c’était foutu. Le film a 2,8/10 sur le site IMDB, c’est un véritable carnage. Quelqu’un a donné la critique suivante qui résume bien le truc : « ce film est la pire chose qui soit arrivée aux chats depuis les chiens ».

10. Les Mondes de Ralph 2

Dans la première bande annonce du film on pouvait voir une scène dans laquelle plusieurs princesses Disney étaient rassemblées. Le problème c’est que des internautes ont tout de suite remarqué que la peau de Pocahontas et de Tiana avaient été éclaircies et qu’elles étaient « caucasianées » (pas moi qui ait inventé le terme). Forcément c’est ce dont tout le monde a parlé jusqu’à la sortie du film, même si celui-ci a quand même bien marché.

Si vous voulez vous pouvez aussi voir les films qui ont fait parler d’eux avant leur sortie, c’est proche mais différent ou encore les gens qui vont trop loin pour le buzz, mais là ça n’a plus trop de lien avec le cinéma.

Sources : Toute la culture, L’avenir, Le parisien, Écran large, HuffPost.