Depuis que tu as accouché, tu as peut-être du mal à accepter ce qu’est devenu ton corps qui vient de subir 9 mois d’occupation. Après avoir expulsé ton petit rôti, il est probable que les changements physiques te perturbent, et que tu aies du mal à t’y habituer. La perte de cheveux, le ventre et les seins qui pendent, ta cicatrice de césarienne ou ton épisiotomie, le poids en plus ou la fatigue permanente, ça peut ne pas être facile à gérer selon les changements. Déjà, tu peux te rassurer en te disant que ça ne durera pas. Et puis surtout, tu n’as absolument pas à en avoir honte.

1. Tu as porté un bébé à l’intérieur de toi, c’est pas rien

C’est normal tous ces changements, je te rappelle que tu as littéralement porté une vie à l’intérieur de ton utérus, tu te rends compte de ce que ça veut dire ? Tu as pu partager ton corps tout entier, tu es allée au bout d’un véritable marathon physique, et t’en es ressortie vivante. 9 mois à te faire squatter, c’est normal que ça laisse des traces.

2. Ce n’est pas grave

Ce n’est pas une mauvaise chose d’avoir un corps différent après un accouchement, c’est pas grave, c’est normal. Si tu l’acceptes et qu’il ne te gêne pas, tant mieux. Mais pour celles qui ont du mal à s’y retrouver, à tolérer ces changements : rien n’est grave, et rien n’est définitif. Oui tu ne retrouveras probablement ton corps d’avant parce que ces transformations physiques font maintenant partie de toi. Mais elles n’enlèvent en rien qui tu es.

3. Ton corps est la preuve de ce que tu as accompli

Non mais juste, regardons les choses deux minutes en face : ton corps n’a pas changé parce que tu as fait n’importe quoi avec ! Ton corps a changé parce que tu as porté un bébé, un truc qui a terminé par faire plus ou moins 3kg dans ton ventre, pendant 9 longs mois ! C’est pas incroyable comme expérience ?

4. C’est encore une preuve que le corps féminin est incroyable

Parce qu’il a prouvé encore une fois qu’il est capable de supporter des transformations physiques énormes, de supporter des douleurs affreuses, le tout sans claquer, et en se remettant relativement vite après tout ce qui vient de se passer. Laisse lui le temps de se remettre de ses émotions lui aussi.

5. Tu n’es pas la seule

Toutes les femmes galèrent après avoir accouché. Toutes. Même celles qui font croire avec des photos Instagram qu’elles n’en chient pas. Il y a des niveaux différents, bien sûr, mais toutes les femmes auront un corps différent après, personne n’y coupe.

6. Il n’y a rien, RIEN de honteux

Pourquoi tu devrais avoir une quelconque honte pour un truc auquel tu ne peux rien ? Pourquoi tu devrais avoir honte d’un phénomène humain et naturel ? Pourquoi les femmes devraient avoir honte de leur corps, alors qu’il vient de prouver, une fois encore, à quel point il pouvait être extraordinaire ? Franchement, arrêtons la flagellation.

7. Sans ce corps, tu n’aurais pas ton bébé

Si ton corps est différent aujourd’hui et qu’il ne te plait pas, n’oublies pas qu’il a permis de mettre au monde ce qui va pomper toutes tes économies pendant les 30 prochaines années : ton bébé. Si ton corps est si différent aujourd’hui, c’est qu’il t’a permis de porter ce petit machin qui braille, ça laisse des traces ces choses-là.

8. T’es belle, tout le temps

Ton corps est le tien, il est à toi. Il a été peut-être plus ferme, moins lourd, plus jeune ou plus vaillant : mais il est ton outil de vie, il te permet de faire des choses incroyables, d’avoir des orgasmes, de marcher, de manger, de rire et de pleurer. T’es belle tout le temps, avec des cheveux en moins ou en plus, avec ou sans vergetures, avec ou sans ventre vide, avec ou sans seins. Ton corps est ton outil, il a donné la vie, et il est très bien comme ça.

N’oublies pas que le post-partum n’est pas que physique, il est aussi mental. Si tu as du mal à faire fasse, parles-en : à des professionnels, à des amis, à de la famille. T’es pas seule.