Dans notre société d’ultra consommation où la plupart des entreprises cherchent à se faire du pognon au détriment de toutes les valeurs qui existent (ouais je balance aujourd’hui), il reste quelques boîtes qui ont préféré choisir la voie de la morale et qui se sont assises sur un bon paquet de fric pour le bien du monde. C’est fou, mais ce genre de décisions, aujourd’hui, c’est presque devenu héroïque. On leur dit bravo.

1. Les pharmacies CVS ont arrêté de vendre des clopes pour la santé des consommateurs

Un des trucs un peu chelous aux Etats-Unis, c’est que leurs pharmacies vendent aussi des clopes. Oui, c’est dingue, mais pour eux c’est normal. En tout cas, en 2014, CVS, un des plus gros groupes de pharmacies du pays, a décidé d’arrêter les conneries et de ne plus vendre du tout de tabac. Ils ont tourné le dos à l’hypocrisie et à quelques milliards de dollars pour le bien de la santé publique. C’est beau, non ?

Source

Crédits photo (Domaine Public) : Siegel+Gale studio, NY

2. Le créateur de Calvin et Hobbes a toujours refusé de faire du merchandising avec ses personnages

Bill Watterson, le papa du comics Calvin et Hobbes, aurait pu se faire des millions s’il avait accepté qu’on vende des produits dérivés à l’effigie du petit Calvin et de son copain le tigre Hobbes. Seulement, Watterson s’est dit qu’il n’en avait pas besoin et que ça ne servait à rien d’inonder le marché avec ses personnages dont les gens finiraient par se lasser. Et même si c’était pas forcément son idée de départ, son choix a permis de ne pas encourager les gens à la consommation, et ça c’est encore plus cool.

Source

Crédits photo : inconnu

3. Six compagnies aériennes américaines refusent de transporter des enfants migrants séparés de leurs parents

Trump a mis en place une politique stricte d’expulsion des migrants, et les textes de lois autorisent le pays à renvoyer des enfants séparés de leurs parents dans leur pays d’origine, ce qui est totalement inhumain. Heureusement, il reste un peu d’humanité dans ce coin-là du monde, et six compagnies aériennes (American Airlines, Alaskan Airlines, Southwest Airlines, Frontier Airlines, United Airlines et Spirit Airlines) ont décidé de refuser de transporter ces enfants séparés de leurs parents. Bien sûr, on pourra toujours se demander s’il n’y a pas un peu de comm’ derrière, mais on a tendance à croire que ça part vraiment d’une bonne intention.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Alexandre Gouger

4. La société de données mParticle offre deux semaines de congés à ses employés s'ils adoptent un animal abandonné

Alors qu’aujourd’hui on se pose pas mal de questions sur la durée du congé paternité, mParticle voit encore plus loin en offrant un congé adoption à ses employés s’ils décident de recueillir un chat ou un chien abandonné. Chez Nina Hale, une boîte de marketing, c’est une semaine de télétravail autorisé pour accueillir un animal adopté. On sait pas pour vous, mais nous on n’en connaît pas beaucoup des entreprises qui font ça, et on trouve ça très mignon.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Eugen. D., who approved.

5. L'entreprise de sport Dick's Sporting Good a détruit son stock d'armes à feu

Après une série de meurtres de masse aux Etats-Unis, le PDG des magasins de sport a décidé de détruire pour 5 millions de dollars d’armes à feu. Il a gardé une partie de son stock mais a décidé de ne plus vendre d’armes à des mineurs (de moins de 21 ans, donc.) C’est pas encore parfait, mais c’est quand même un grand pas en avant pour un mec qui défendait le droit d’avoir des armes chez soi.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Michael Rivera

6. Le groupe de musique Super Furry Animal a refusé que Coca utilise une de ses chansons pour une pub

On parle d’une offre « à 7 chiffres » que les Gallois ont refusée, considérant que l’entreprise ne respectait pas suffisamment les droits de ses travailleurs. A la place, le groupe a décidé d’autoriser une association qui lutte contre la pauvreté à utiliser cette même chanson gratuitement. La classe.

Source

7. Patagonia a filé l'argent de ses allègements d'impôts à des causes écologiques

Trump avait mis en place des allègements fiscaux pour les sociétés en se disant que l’argent serait réinjecté dans l’économie, mais quand la marque de fringues Patagonia a économisé 10 millions de dollars sur ses impôts, elle les a donnés à des assos écolos au lieu de s’en mettre plein les poches. Et pour le coup, on est à peu près sûr qu’il ne s’agit pas de green washing, puisque Patagonia donne déjà 1% de ses bénéfices à des causes environnementales tous les ans. Pourquoi toutes les grosses entreprises ne font pas ça ? C’est la vraie question qu’on se pose.

Source

Crédits photo (CC BY 2.0) : Ajay Suresh from New York, NY, USA

8. Le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline a trouvé le vaccin contre la malaria et l'a vendu sans faire de profit

Pour sauver des millions d’enfants en Afrique, GSK a décidé de ne pas se faire d’argent avec son vaccin, le Mosquirix, qui n’est pas efficace sur toutes les souches paludisme mais représente une bonne avancée médicale. Seul 5% du prix du vaccin est réinjecté dans la société pour la recherche de nouveaux médicaments, mais s’ils l’avaient voulu, ils auraient pu se faire une tonne de fric avec leur brevet.

Source

9. Steven Spielberg a refusé d'être payé pour La Liste de Schindler

Le film à fait 321 millions d’euros de recettes, soit 15 fois plus que ce qu’il avait coûté à réaliser. Avec tout cet argent, Spielberg aurait pu grassement se payer et se mettre très très bien (bon il était déjà pas pauvre, certes), mais il a refusé de se faire du fric sur le drame de la Shoah, considérant que ce serait de l’argent sale s’il le gardait. A la place, il a filé ce qu’il aurait dû gagner à des associations juives. Le genre de geste qui fait plaisir.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Romain DUBOIS

10. Pour limiter la consommation, les Studio Ghibli ont limité leurs produits dérivés

Dans les créations des Studio Ghibli, l’écologie est souvent un thème important. Du coup, c’est encore plus important que l’entreprise respecte ses principes dans la « vraie vie », et c’est ce qu’ils font. Pour éviter de vendre trop de produits, les studios japonais ont décidé de limiter à 10 milliards de yen (80 millions d’euros) le fric qu’ils se feraient avec le merchandising. Ca reste pas mal, mais ils pourraient se faire bien plus que ça.

Source

Le monde serait peut-être un peu plus sympa si on le faisait tous.

On vous laisse aussi lire notre top des gestes écolos, des entreprises les plus stupides de l’histoire, et des entreprises qui ont mal choisi leur nom.